Acheter une entreprise: les pour et les contre | BDC.ca
logo BDC

Achat d’une entreprise: les pour et les contre

Temps de lecture: 3 minutes

Partager

Quand est-il recommandé d’acheter une entreprise? Serait-il préférable de prendre de l’expansion ou encore de lancer une nouvelle entreprise?

Compte tenu des enjeux, vous devriez examiner de près vos objectifs d’affaires, votre tolérance au risque et les opportunités sur le marché avant de procéder à une acquisition. Voici les pour et les contre associés à l’achat d’une entreprise.

Les «pour»

  1. Antécédents – L’achat d’une entreprise vous procure une clientèle, une équipe, un plan d’affaires et un mode d’exploitation bien établis. Pas besoin de repartir à zéro.

  2. Revenus – Les meilleures cibles d’acquisition font déjà des ventes et des profits solides. D’un autre côté, il faut du temps à une nouvelle entreprise pour consolider son chiffre d’affaires et devenir rentable, et le risque d’échec est important. Selon Industrie Canada, seulement une nouvelle entreprise canadienne sur deux est toujours active au bout de cinq ans.

  3. Financement – Les actifs de l’entreprise que vous achetez peuvent être utilisés pour assurer le financement requis pour l’achat. Les prêteurs sont moins portés à s’impliquer dans une nouvelle entreprise.

  4. Aide du vendeur – Les propriétaires existants aident souvent à financer l’achat de leur entreprise en fournissant du financement. En plus d’être une bonne source de capital patient, l’investissement du vendeur motive ce dernier à effectuer une transition harmonieuse.

  5. Connaissance du marché – Une acquisition peut être une bonne stratégie d’expansion dans une nouvelle industrie ou dans une région où vous manquez de contacts et de connaissances.

Les «contre»

  1. Incompatibilité – Il peut être difficile de trouver une entreprise à acquérir qui soit compatible avec votre culture et vos objectifs stratégiques. Un mauvais choix peut transformer votre acquisition en gouffre financier et accaparer votre temps et vos ressources.

  2. Défis d’intégration – L’intégration d’une nouvelle entreprise dans vos activités existantes peut s’avérer plus difficile et plus longue que vous ne le pensez. Il est fréquent que les bénéfices attendus ne se matérialisent pas aussi vite que prévu.

  3. Divergence de vues – Il peut être plus difficile d’imposer votre vision à une entreprise qui possède déjà sa culture et son histoire que de poursuivre l’expansion d’une entreprise qui vous appartient déjà. Certains entrepreneurs aiment relever le défi que représente le démarrage d’une entreprise entièrement nouvelle, ou préparer un plan d’expansion en faisant leur marque dès le début.

  4. Influence de la «vieille garde» – Un changement de propriétaire difficile peut amener les employés clés à quitter l’entreprise et mettre en péril la relation clients. La situation peut être particulièrement éprouvante dans une entreprise qui dépend trop du propriétaire ou de certains employés.

La décision pourrait reposer sur les débouchés commerciaux et les occasions de croissance. Une acquisition constitue une bonne stratégie si les entreprises convoitées sont sous-évaluées, compte tenu des conditions du marché. Inversement, si l’évaluation est élevée, vous aurez besoin d’un financement plus important, ce qui risque de réduire les rendements à long terme de votre acquisition.

Un bon exercice consiste à comparer le coût d’acquisition d’une entreprise à celui du démarrage d’une nouvelle entreprise. Cette comparaison devrait inclure non seulement les charges financières et les rendements prévus, mais aussi l’évaluation de votre temps, de votre implication personnelle et de celle de votre équipe, et les dérangements que cela suscite dans vos autres projets.

Quelle que soit votre décision, les chances de réussite de votre projet seront meilleures si vous avez une vision claire et précise des raisons qui vous poussent à agir, et si vous savez de quelle façon le projet vous permettra d’atteindre vos objectifs d’affaires.

Partager

v17.9.0.10395