Vieillissement de la main-d’œuvre: comment votre entreprise peut réagir

Lecture de 3 minutes

Nous savons tous que la population canadienne vieillit. Mais quelles seront les incidences de cette évolution démographique sur les entreprises?

D’abord, la bonne nouvelle : la clientèle vieillissante a des habitudes d’achat différentes, ce qui peut se traduire par des débouchés si vous faites preuve de créativité.

La mauvaise nouvelle? À mesure que les baby-boomers prendront leur retraite, un grand nombre d’entreprises seront confrontées à des pénuries de main-d’œuvre, car il n’y aura pas suffisamment de jeunes travailleuses et travailleurs pour les remplacer.

Pour Pierre Cléroux, économiste en chef chez BDC, les entreprises qui ne s’adaptent pas à la réalité du vieillissement de la population pourraient faire face à de sérieuses difficultés et rater des occasions.

Les effets se font déjà sentir dans certains secteurs et certaines régions où les entreprises ont du mal à trouver du personnel plus jeune pour remplacer les retraités.

«Si nous ne gérons pas notre main-d’œuvre en fonction des nouvelles tendances, prévient Pierre Cléroux, les entreprises auront du mal à prospérer.»

Garder le personnel plus âgé

«Pour faire face aux pénuries de main-d’œuvre qui s’annoncent, les entreprises peuvent commencer par créer des conditions de travail plus flexibles afin d’inciter les membres du personnel vieillissants à retarder leur retraite», suggère Pierre Cléroux.

Ces personnes ne peuvent ou ne veulent plus travailler à temps plein. Un horaire flexible, un travail à temps partiel ou un emploi temporaire peuvent permettre de les conserver. D’ailleurs, certaines entreprises ciblent les personnes âgées dans leur recrutement afin de pallier les pénuries de main-d’œuvre.

«La main-d’oeuvre plus âgée a généralement une excellente éthique de travail et une précieuse expérience», explique Pierre Cléroux. «Les entreprises devront conserver les membres de leur personnel à leur service plus longtemps. À cet égard, il faudra changer la perception selon laquelle, à 65 ans, une travailleuse ou un travailleur n’a plus d’avenir professionnel.»

Les entreprises qui veulent retenir leur personnel plus âgé devraient éviter d’imposer un âge obligatoire pour la retraite, et offrir aux retraitées et retraités des emplois flexibles, à temps partiel ou temporaire. Il serait également avisé d’associer des travailleuses et travailleurs aînés à des plus jeunes pour favoriser la transmission des compétences.

L’immigration est aussi une solution qui a toujours joué un rôle important pour pallier les pénuries de main-d’œuvre au Canada.

«Les entreprises devront être plus flexibles pour accepter du personnel formé, éduqué et né hors du Canada», affirme Pierre Cléroux.

Augmenter la productivité

La productivité des entreprises canadiennes étant moins élevée que celle de leurs entreprises concurrentes internationales, il leur faut davantage de personnes pour produire la même quantité de biens et services. Pour que les entreprises canadiennes poursuivent leur croissance avec une main-d’œuvre vieillissante, elles devront accroître leur productivité.

Cependant, l’amélioration de la productivité ne passe pas forcément par un plus grand nombre d’heures de travail ou un effort accru. Il s’agit plutôt de trouver des façons plus efficaces de produire des biens et services en fournissant un effort équivalent.

Améliorer la productivité dans votre entreprise exige de la réflexion et de l’investissement. Il vous faut favoriser une culture de l’innovation et investir dans l’efficacité opérationnelle, l’équipement et les technologies.