Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Une pandémie productive: comment cette entrepreneure a profité de son temps d’arrêt pour préparer l’avenir

Deborah Foster-Stahle a trouvé de nouvelles sources de revenus et planifié des investissements qui alimenteront une croissance future
Partager
Deborah Foster-Stahle

Tout comme de nombreux entrepreneurs canadiens, Deborah Foster-Stahle a été touchée par les mesures de confinement occasionnées par la pandémie de COVID-19.

Le confinement a fait perdre instantanément 65 % de revenus à OfficeInc! Corp., l’entreprise à croissance rapide de Mme Foster-Stahle située à Barrie, en Ontario, qui loue des bureaux, des salles de réunion et une cuisine à des entreprises et à d’autres organisations.

Une grande partie de ses revenus provenait de clients qui louent les différentes salles de réunion, y compris un espace de 550 mètres carrés destiné à des événements commerciaux ou professionnels. Les événements intérieurs avec service traiteur ont été restreints pendant plusieurs mois en raison des mesures imposées par le gouvernement pour freiner la propagation du virus. «Les revenus étaient plutôt minces», déclare Mme Foster-Stahle.

Cependant, grâce à un virage rapide vers de nouvelles sources de revenus et aux conseils d’une coach de BDC, Mme Foster-Stahle a pu non seulement maintenir son entreprise à flot, mais aussi renforcer sa position pour une croissance future.

Mieux que les entreprises offrant seulement des espaces de cotravail

Mme Foster-Stahle s’en est mieux sortie que de nombreuses entreprises similaires qui offraient principalement des espaces de cotravail dans des bureaux partagés, lesquels ont été particulièrement touchés par les restrictions liées à la COVID-19.

Lorsqu’elle a lancé son entreprise en 2017, Mme Foster-Stahle a décidé d’offrir à la fois des salles de réunion ultramodernes, 15 bureaux privés à temps plein ou occasionnels, ainsi qu’un nombre très limité de postes dans un espace de cotravail, pour que son établissement puisse se distinguer sur le marché. Cette décision a porté ses fruits quand la pandémie a frappé, car les clients pouvaient continuer de louer des espaces fermés pour mener leurs activités.

Mme Foster-Stahle a rapidement adapté les locaux aux besoins des clients dans le respect des nouvelles exigences de lutte contre la COVID-19. Parmi les mesures prises, mentionnons un réaménagement des salles de réunion, l’installation de postes automatisés de désinfection des mains et d’une signalisation pour faciliter la distanciation physique, l’abandon du buffet au profit d’un service de repas à la carte, la collecte des coordonnées des visiteurs aux fins de traçage et le dépistage en ligne des symptômes du virus avant la visite.

Le fait qu’elle ait pu garder certains clients a également aidé, ceux-ci restant opérationnels en raison des services essentiels qu’ils fournissaient. Ces clients ont servi de bouée de sauvetage à OfficeInc!, puisqu’ils continuaient d’y louer des espaces de bureaux.

Temps d’arrêt mis à profit pour réfléchir stratégiquement

Heureusement, juste avant que la pandémie ne frappe, Mme Foster-Stahle avait entrepris un mandat de  consultation en planification stratégique avec une spécialiste de BDC..

Elle a profité de son temps d’arrêt pour réfléchir de manière plus stratégique à son entreprise. Avec l’aide de la coach de BDC, qu’elle a rencontré la plupart du temps en ligne, elle a mis au point des plans visant à étendre son concept d’espaces de bureaux à d’autres villes, au moyen de franchises ou de licences. Elle s’est également penchée sur ses faiblesses en tant que chef d’entreprise et a réfléchi aux moyens de renforcer sa capacité entrepreneuriale.

«J’ai une formation en planification stratégique mais, honnêtement, c’est difficile de planifier pour soi-même, déclare-t-elle. Comme j’avais plus de temps, je pouvais me concentrer sur des projets importants mais moins urgents sur lesquels je n’aurais pas pu travailler autrement.»

Cette réflexion a également convaincu Mme Foster-Stahle d’investir dans les nouvelles technologies pour aider son entreprise à passer au prochain niveau. Et elle n’est pas la seule propriétaire d’entreprise à avoir réalisé que cela était essentiel. Selon une étude de BDC réalisée en 2020, 40 % des entrepreneurs canadiens prévoient  investir dans les nouvelles technologies au cours des trois prochaines années. Permettre la distanciation physique, optimiser les processus et réduire les coûts, et améliorer l’expérience client en ligne sont les trois raisons les plus souvent citées pour décider d’investir dans les nouvelles technologies.

Mme Foster-Stahle, pour sa part, a jugé nécessaire d’investir dans un nouveau logiciel de comptabilité pour mieux gérer ses finances. Elle a également souscrit à un autre mandat de coaching auprès de BDC afin d’améliorer sa gestion financière, ce qui, selon elle, l’aidera à réaliser ses plans de croissance de façon plus efficace.

Enfin, Mme Foster-Stahle a investi dans de nouveaux systèmes de vente et de marketing pour aider son équipe à obtenir de nouvelles pistes de vente et à organiser des suivis.

Le coaching, une source de rétroaction

La coach de Mme Foster-Stahle est également devenue un important agent de rétroaction pour ce qui est de réfléchir à de nouvelles façons de générer des revenus.

La pandémie a entraîné une hausse significative des revenus de location de cuisines. Bon nombre de nouvelles entreprises du secteur alimentaire ont vu le jour dans la région pendant le confinement et elles avaient besoin d’une cuisine commerciale certifiée pour produire leurs plats. Mme Foster-Stahle a réussi à les attirer dans sa cuisine commerciale.

Avant le confinement, cet espace servait principalement à préparer des repas de traiteur pour des clients de bureaux ou pour des événements. Or, la cuisine était maintenant inutilisée à cause des mesures liées à la COVID-19.

Plusieurs entreprises en démarrage se sont adressées à Mme Foster-Stahle pour louer la cuisine afin de préparer des repas pour la livraison – un service qui pouvait encore être offert pendant le confinement. Deux de ces entreprises étaient dirigées par des personnes qui avaient perdu d’autres revenus à cause de la pandémie et qui avaient décidé de devenir ce que Mme Foster-Stahle appelle des «alimentrepreneurs».

La passion d’aider les entreprises en démarrage

Mme Foster-Stahle gagne maintenant plus d’argent au pied carré avec sa cuisine qu’avec la location des bureaux. Elle soutient les entreprises du secteur alimentaire en leur offrant des conseils informels en matière de certification de manipulation des aliments, de marketing et d’assurance, et elle les met en relation avec d’autres services aux entreprises.

«Aider les entreprises en démarrage fait partie de ma passion, déclare-t-elle. Le “Inc” dans OfficeInc! signifie en fait “incubateur”.»

L’alimentation a inspiré une autre source de revenus: un livre de recettes intitulé #Yum. Mme Foster-Stahle et sa directrice des services alimentaires ont corédigé ce livre qui contient les recettes préférées de l’équipe d’OfficeInc!, des fournisseurs et d’autres entreprises locales.

Les réunions en ligne ou hybrides: une nouvelle possibilité à exploiter

Tandis que les mesures de confinement commençaient à être allégées, Mme Foster-Stahle a vu une autre possibilité à exploiter: offrir des services de vidéoconférence dans ses locaux. Les clients peuvent maintenant louer un espace pour tenir des réunions en ligne ou hybrides, certains participants étant en ligne et d’autres présents en personne. OfficeInc! fournit un accès à des réunions en ligne et peut organiser des sondages, ce qui est idéal pour les réunions d’organismes à but non lucratif lors desquelles il doit y avoir un scrutin.

«Cette transformation fait naître de toutes nouvelles perspectives d’affaires, déclare Mme Foster-Stahle. Beaucoup d’entreprises ne rouvriront pas leurs bureaux avant longtemps. Nous sommes situés dans la grande banlieue de Toronto. Par conséquent, il existe un marché énorme pour les bureaux satellites ou occasionnels, ou pour les espaces permettant aux gens d’affaires de rencontrer leur équipe ou leurs clients dans un environnement sécuritaire et agréable.

«Nous commençons à avoir beaucoup plus de clients de ce type. Un grand nombre d’entre eux sont soucieux de leur santé et veulent s’assurer de disposer d’un espace de bureau ou de réunion sûr.»

Revenus perdus récupérés

Grâce à toutes les mesures qu’elle a prises pour s’adapter, Mme Foster-Stahle a non seulement réussi à continuer de faire tourner son entreprise, mais elle est même parvenue à récupérer les revenus qu’elle avait perdus.

D’ici la fin de l’année, elle s’attend à ce que ses ventes égalent celles de l’année dernière, même après la chute précipitée des revenus qui s’est produite durant les cinq premiers mois de la crise.

«Je suis assez optimiste, déclare-t-elle. Je n’ai pas tendance à rester négative. Nous sommes en train de nous reconstruire de manière plus solide.»

Trois conseils

Deborah Foster-Stahle, d’OfficeInc!, nous fait part de ses conseils, inspirés de la façon dont elle est parvenue à maintenir son entreprise à flot et à rebondir plus solidement pendant la pandémie.

Réfléchissez

«Utilisez judicieusement votre temps d’arrêt. Ne le voyez pas comme des vacances et ne restez pas les bras croisés. Travaillez sur votre entreprise.»

Adaptez-vous

«Faites preuve de souplesse pour trouver de nouvelles façons de générer des revenus.»

Améliorez-vous

«Tirez des enseignements des difficultés pour en sortir plus fort. Corrigez les faiblesses de votre entreprise et consolidez vos compétences en tant qu’entrepreneur.»

Partager