LightSpeed conquiert le monde… du commerce de détail

Lecture de 3 minutes

Partager
Dax Dasilva, CEO and founder, LightSpeed

Dax Dasilva estime que la popularité croissante du magasinage en ligne n’est pas une menace mais une occasion pour les entreprises de détail traditionnelles.

Dax Dasilva est le fondateur de LightSpeed Retail Inc., une société logicielle montréalaise en plein essor, qui permet aux entreprises de détail d’allier la commodité du magasinage en ligne avec l’expérience client virtuelle au point de vente.

C’est une formule gagnante pour LightSpeed, dont les ventes de logiciels ont bondi de 2 000 % dans les cinq dernières années. Près de 10 000 détaillantes et détaillants – boutiques de SoHo (New York), grands entreprises de détail comme Adidas et Vespa, et autres – d’une trentaine de pays ont adopté le concept d’achats et les produits logiciels de l’entreprise conçus pour ordinateurs Apple, iPads et iPhones.

«Toute une génération a pris l’habitude d’acheter en ligne, dit Dax Dasilva. Mais nous comprenons la magie qui entoure l’expérience du magasinage. LightSpeed marie le meilleur du commerce électronique avec le contact humain.»

De la vente mobile

Lorsque vous magasinez dans un établissement équipé du logiciel LightSpeed, vous verrez des vendeuses et vendeurs, appareils Apple en main, en train de servir la clientèle. Plus besoin de faire la queue devant une caisse enregistreuse! Les achats peuvent être effectués n’importe où dans le magasin à l’aide d’un appareil intelligent.

Avant de conclure une vente, les vendeuses et vendeurs peuvent utiliser l’appareil pour présenter à la clientèle d’autres articles qui ne sont pas sur les présentoirs et leur recommander des accessoires complémentaires (comme pour les achats en ligne).

LightSpeed offre un service d’arrière‑boutique entièrement intégré à cette expérience client, grâce auquel les entreprises de détail peuvent faire un suivi des ventes et du service, gérer les stocks, relier plusieurs magasins et exploiter leur site de commerce électronique.

Selon Dax Dasilva, «LightSpeed rend l’expérience de magasinage plus instructive et plus efficace pour la clientèle et procure aux détaillantes et détaillants plus de possibilités de vendre des produits associés et la capacité de fidéliser la clientèle».

Dax Dasilva a vu le potentiel que présentait un système de vente au détail sur la plateforme Apple après avoir développé des logiciels pour Mac et travaillé pour un détaillant Apple pendant des années. Il s'est employé à créer le logiciel LightSpeed et, en 2005, il a lancé l'entreprise avec une équipe de trois personnes.

L’entreprise, qui est cliente de BDC Financement et Services-conseils, a suscité l’intérêt non seulement des entreprises de détail, mais aussi des investisseuses et investisseurs. Accel Partners, de Palo Alto, en Californie, qui a investi notamment dans Facebook, Angry Birds et Groupon, a récemment injecté 30 millions de dollars dans LightSpeed.

Croissance à l’horizon

«Cet investissement nous aidera à accélérer notre croissance et notre expansion, indique Dax Dasilva. Mais les connaissances et les contacts qu’il nous apporte sont encore plus précieux.»

La première clientèle de LightSpeed étaient des détaillants Apple. «Nous l’avons ciblée d’abord, explique Dax Dasilva. Puis elle est devenue notre réseau de revendeuses et revendeurs. C’était idéal, car elle connait Apple et le produit.» Aujourd’hui, LightSpeed compte 400 revendeuses et revendeurs à travers 30 pays, qui jouent un rôle clé dans sa croissance.

Environ la moitié des ventes proviennent de ces entreprises revendeuses et l’autre moitié, de l’équipe des ventes interne.

Dax Dasilva attribue le succès de LightSpeed à une planification d’entreprise solide. «À nos débuts, lorsque nous avons demandé des subventions gouvernementales, nous avons dû produire un plan d’affaires. Je n’étais pas convaincu de la valeur de cet exercice mais, mettre ses projets par écrit permet de canaliser ses idées.»

«C’est fantastique de voir à quel point nous avons mis dans le mille. En nous en tenant à notre stratégie fondamentale, nous avons presque entièrement réalisé ce que nous prévoyions.»

Partager