3 conseils pour la survie de votre entreprise | BDC.ca
logo BDC

Comment permettre à votre entreprise de traverser les moments difficiles

Partager

Robert Stegmeier, Kaymor Machining and Welding

L’entrepreneur albertain Robert Stegmeier reconnaît que la croissance rapide de son entreprise d’usinage et de soudage lui avait donné un faux sentiment de sécurité. Lorsque la période de prospérité a subitement pris fin en 2008, il a été pris au dépourvu.

M. Stegmeier a peiné pendant des mois avant de réaliser que des mesures draconiennes s’imposaient pour assurer la survie de Kaymor Machining and Welding.

«J’espérais toujours que les choses s’arrangeraient», dit M. Stegmeier, de ses bureaux situés à Clairmont, en Alberta.

Le temps qu’il décide de réduire les coûts et de rationaliser les activités, il était trop tard. Kaymor avait manqué à ses obligations envers certains créanciers, dont BDC.

«Je n’étais pas prêt à renoncer»

M. Stegmeier en perdait le sommeil et est passé à un cheveu de perdre l’entreprise qu’il avait mis des années à transformer en leader de l’industrie. «Mais je n’étais pas prêt à renoncer», affirme-t-il.

Même les meilleurs entrepreneurs peuvent connaître une mauvaise passe qui menace la survie de leur entreprise. Reconnaître les premiers signes de difficultés et prendre des mesures décisives pour redresser la situation peut éviter une catastrophe et permettre d’amorcer une nouvelle phase de croissance.

«Les cycles économiques sont incontournables. Les entreprises doivent s’y préparer», dit René Leduc, vice président, Restructuration d’entreprise à BDC. Eric Bisson, directeur du groupe Restructuration d’entreprise de BDC pour l’Ouest canadien, est d’accord. «Les bonnes entreprises apprennent de leurs erreurs», dit il.

M. Bisson a aidé M. Stegmeier à remettre Kaymor sur pied. L’entreprise fabrique et répare de l’équipement spécialisé destiné aux secteurs pétrolier et gazier et à d’autres industries primaires.

Les ventes ont commencé à diminuer à un moment où l’entreprise cumulait des dettes de 3 millions de dollars attribuables principalement au nouvel immeuble de 1 700 mètres carrés dans lequel elle avait emménagé juste avant le ralentissement.

Mais M. Stegmeier était réfractaire à licencier des ouvriers hautement qualifiés, craignant de ne pouvoir les récupérer lorsque les affaires reprendraient. Or, les salaires représentaient 45 % des dépenses.

Au milieu de 2008, M. Stegmeier a compris qu’il risquait de perdre son entreprise. Il a ramené l’effectif de 42 à 25 employés, mais ce n’était pas suffisant. Il a fini par faire appel à BDC pour sauver Kaymor.

Retour en force

Eric Bisson se souvient d’avoir été impressionné par la détermination de M. Stegmeier et sa volonté de faire le nécessaire pour remettre son entreprise d’aplomb.

M. Stegmeier a proposé un plan pour réduire les coûts et accroître l’efficacité. Il a trouvé des moyens de rationaliser les opérations et réduit les coûts fixes de 25 % en trouvant des fournisseurs meilleur marché ou en économisant sur les services publics, les fournitures de bureau et les autres dépenses non liées à l’exploitation.

Reconnaissant les efforts de M. Stegmeier, Eric Bisson a permis à Kaymor de reporter les versements de capital sur le prêt de BDC.

M. Stegmeier tenait M. Bisson au courant des progrès à l’aide de rapports mensuels.

Aujourd’hui, M. Stegmeier est heureux d’avoir demandé de l’aide pour Kaymor. Il récolte à présent le fruit de ses efforts: son entreprise est redevenue rentable et les revenus ont retrouvé les niveaux de 2008 et continuent d’augmenter. «Cela démontre qu’il faut tout surveiller de près et être très rigoureux, indique t il. Nous serons désormais mieux préparés!»

Survie d’entreprise 101

1. Prévention

Examinez vos coûts et réduisez les autant que possible, même si vous ne manquez pas de liquidités. Surveillez aussi votre bilan. Tâchez en outre de rester informé des changements de la technologie et du marché, afin d’être mieux placé que vos concurrents pour surmonter les perturbations économiques.

2. Planification d’urgence

Planifier avant la crise pourrait vous éviter bien des tracas en cas d’effondrement des ventes. Préparez un plan d’urgence qui couvre les signaux d’alarme à surveiller (perte d’un client important, hausse soudaine des coûts ou autre).

3. Action rapide

Ne remettez pas les mesures décisives à plus tard lorsque des difficultés menacent. N’hésitez pas non plus, au besoin, à chercher conseil à l’extérieur


Partager

v17.9.0.10395