Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Achat d’une entreprise: comment profiter de la prochaine vague de départs à la retraite

Près de la moitié des entrepreneurs de plus de 50 ans envisagent de vendre leur entreprise dans un avenir rapproché

Temps de lecture: 4 minutes

Partager

Pour bien des baby-boomers, la retraite est en vue, ce qui sera avantageux pour les acheteurs d’entreprises au Canada.

En effet, près de 60 % des propriétaires de petites et moyennes entreprises ont au moins 50 ans et quitteront donc bientôt le navire.

D’après une étude que BDC a menée en 2017 auprès de 2 500 entrepreneurs, 41 % prévoient quitter leur entreprise au cours des cinq prochaines années sans en acquérir une autre.

L’étude indique également que plus de la moitié de ces entreprises orphelines seront accessibles à des acheteurs externes, tandis que les autres seront soit reprises par des proches soit fermées.

Plus de regroupements à prévoir au fil des acquisitions

Les vendeurs peuvent se réjouir: les acheteurs potentiels sont nombreux. Selon le sondage, 19 % des entrepreneurs ont déclaré qu’ils prévoyaient acquérir une entreprise d’ici cinq ans, soit pour compléter leurs activités actuelles, soit pour remplacer une entreprise qu’ils ont vendue.

Les propriétaires d’entreprises de plus grande taille sont encore plus désireux d’acheter: 44 % de ceux dont l’entreprise compte 20 employés ou plus envisagent une acquisition.

«Cette profusion d’acheteurs et de vendeurs devrait faire bondir le nombre d’acquisitions», déclare Pierre Cléroux, économiste en chef de BDC. «L’économie en profitera, car cette vague de consolidation va créer de plus grandes entreprises qui seront plus concurrentielles au Canada et à l’étranger.»

L’étude indique, sans surprise, que la plupart des acheteurs potentiels ont la volonté de faire croître leur entreprise et de prendre des risques pour y parvenir.

Les secteurs qui comptent le plus d’acheteurs potentiels sont ceux de l’exploitation minière et de l’énergie, où prédominent les répondants propriétaires de grandes entreprises.

Principale motivation des acheteurs: acquérir une entreprise concurrente

Pourquoi les entrepreneurs souhaitent-ils acquérir une entreprise? Avant tout pour acheter une entreprise concurrente, montre l’étude de BDC. Deuxième objectif le plus souvent cité: étendre sa présence géographique.

Les acheteurs recherchent des entreprises rentables, mais dont le taux de croissance n’est pas nécessairement très élevé. Si 61 % d’entre eux souhaitent acquérir une entreprise stable mais rentable, ils ne sont que 31 % à préférer une entreprise rentable mais en croissance.

Seulement 8 % des acheteurs potentiels seraient intéressés à relancer une entreprise en déclin ou non rentable. Il s'agit d'un message on ne peut plus clair pour les vendeurs: avant de mettre votre entreprise en vente, vous devez absolument vous assurer qu’elle est solide et rentable.

Par ailleurs, 62 % des acheteurs potentiels recherchent une entreprise de même taille ou plus petite que la leur. C’est notamment le cas des PME les plus grandes, y compris celles que le risque n’effraie pas.

4 conseils aux acheteurs

Allez au-delà des chiffres

Demandez-vous: Pourquoi le propriétaire veut-il se départir de son entreprise? Ensuite, passez au peigne fin les livres de l’entreprise et examinez attentivement son modèle d’affaires pour voir si celle-ci continuera de prospérer.

Faites preuve de discipline en ce qui concerne le prix

Ne payez pas votre acquisition trop cher, sans quoi l’opération sera peu rentable et vous vous exposerez à un risque accru de défaut de paiement.

Négociez des modalités de financement flexibles

Vous voudrez obtenir une structure de financement qui maximise la souplesse de remboursement et qui réduit au minimum votre exposition personnelle aux risques.

Faites-vous aider par des experts

Une acquisition et une intégration peuvent être complexes et prendre du temps. Faites appel à des professionnels comme un comptable, un banquier, un avocat et un gestionnaire de projet pour superviser l’intégration.

Partager