À qui devriez-vous demander conseil lorsque vous achetez une entreprise?

Réduisez les risques liés à vos décisions en faisant appel à des spécialites de confiance

Lecture de 5 minutes

Que vous débutiez votre carrière comme propriétaire d’entreprise ou que vous comptiez des années d’expérience, les conseils de spécialistes sont essentiels pour réaliser des transactions complexes comme l’achat d’une entreprise.

«Il y a tellement de détails techniques et de variables», explique Dan Hurrell, partenaire client principal, BDC Services-conseils. «Le fait d’avoir un groupe de conseillers et conseillères autonomes et complémentaires vous permet de ne rien échapper et de prendre de meilleures décisions.»

Dan Hurrell reconnaît qu’il n’existe pas deux transactions identiques. Certaines peuvent nécessiter un recours à des spécialistes possédant des compétences très particulières, comme des évaluateurs ou évaluatrices d’entreprise ou du domaine fiscal, des spécialistes des ressources humaines, des experts ou expertes en TI, des spécialistes de l’environnement et autres.

Selon Dan Hurrel, les trois principales personnes auxquelles chaque acheteur ou acheteuse d’entreprise devrait minimalement avoir recours pour obtenir des conseils sont un avocat ou une avocate, un ou une comptable et des partenaires financiers. Ces partenaires peuvent être des anges financiers, des spécialistes du secteur bancaire et d’autres fournisseurs et fournisseuses de capitaux qui financent la transaction.

«Vous avez besoin de partenaires qui peuvent vous aider à faire preuve d’un scepticisme sain à l’égard de la transaction afin de vous empêcher de trop vous emballer, précise Dan Hurrell. Les personnes avec lesquelles vous collaborez doivent pouvoir s’assurer que vous faites preuve de la diligence raisonnable financière et juridique nécessaire afin d’obtenir une juste valeur pour le prix que vous payez.»

Vos partenaires financiers

Vos partenaires financiers pourraient comprendre des investisseurs et investisseuses, des banquiers et banquières et d’autres fournisseurs et fournisseuses de capitaux.

Pourquoi vous en avez besoin

Les partenaires financiers sont des personnes clés dans la réussite de vos négociations.

«Si vous comptez sur des partenaires financiers pour conclure la transaction, vous aurez besoin de leur engagement le plus tôt possible afin d’éviter des surprises de dernière minute, explique Dan Hurrell. Ils et elles peuvent aussi vous aider à évaluer la viabilité à long terme de l’entreprise ciblée en examinant les marges bénéficiaires et en évaluant l’équipe de direction pour voir comment les choses ont été gérées.»

Quand les faire intervenir

Établissez des relations avec vos bailleurs ou bailleresses de fonds avant même de soumettre une offre afin d’en faire vos partenaires, et faites-les participer aux négociations lorsque vous présentez votre lettre d’intention.

Le fait d’avoir un groupe de conseillers et conseillères autonomes et complémentaires vous permet de ne rien échapper et de prendre de meilleures décisions.

Un ou une comptable

Cherchez un ou une comptable qui se spécialise dans la comptabilité d’entreprises de la taille de celle que vous voulez acheter. De plus, cette personne doit connaître les règlements fiscaux et commerciaux de votre province ou territoire.

Pourquoi vous en avez besoin

«Une transaction comme l’achat d’une entreprise génère beaucoup d’émotion, souligne Dan Hurrell. Il est facile de prendre des chiffres au pied de la lettre et d’y voir ce que vous voulez bien y voir, ce qui peut vous amener à payer trop pour la valeur réelle que vous obtenez.»

Un ou une comptable peut faire preuve d’une plus grande objectivité et examiner attentivement les livres du vendeur ou de la vendeuse. Cette personne saura ce qu’elle recherche et pourra déceler des indices de chiffres possiblement gonflés, avant la conclusion de l’entente.

Quand faire intervenir votre comptable

Commencez à parler à votre comptable tôt dans le processus. Il ou elle devra s’impliquer activement avant que vous présentiez votre lettre d’intention.

Un avocat ou une avocate

Un avocat ou une avocate en droit des sociétés qui possède de l’expérience en acquisition d’entreprise doit prendre part à la transaction dès le début. Selon votre situation, vous pourriez aussi avoir besoin d’avocats et avocates avec une expertise en propriété intellectuelle, en ressources humaines ou dans d’autres domaines.

Pourquoi vous en avez besoin

Les transactions importantes comme l’achat d’une entreprise comportent un grand nombre de contrats, d’ententes, de modalités et d’autres documents qui peuvent être difficiles à interpréter. Des conseils juridiques adéquats réduisent le risque de signer une entente qui pourrait avoir des conséquences inattendues. Un spécialiste juridique d’expérience saura quoi chercher et peut aussi vous faire économiser en vous aidant à éviter les modifications de contrat de dernière minute et les interprétations défavorables du libellé du contrat.

Quand le ou la faire intervenir

Faites participer votre avocat ou avocate au processus le plus tôt possible, mais assurez-vous que cette persone a un mandat précis, puisque les frais juridiques peuvent s’accumuler rapidement.

Comment trouver les bonnes personnes pour vous conseiller?

Les recommandations de personnes en qui vous avez déjà confiance sont presque toujours la meilleure façon de trouver de nouveaux conseillers ou de nouvelles conseillères, à condition qu’ils ou elles conviennent à la transaction. Une personne de votre réseau connaît peut-être un avocat ou une avocate d’expérience, mais si cette personne n’est pas spécialisée dans les acquisitions d’entreprise ou si elle travaille plutôt avec des sociétés beaucoup plus grandes (ou plus petites), elle pourrait ne pas être qualifiée pour le mandat.

En consultant des conseillers et des conseillères et en formant votre équipe, vous pouvez commencer à élaborer un bon processus décisionnel fondé sur des faits et une communication ouverte. Vous pourriez même envisager de mettre sur pied un comité consultatif auquel faire appel – même après la transaction – pour pallier vos manques de connaissances.

«Ce n’est pas qu’à l’achat d’une entreprise que vous aurez besoin de conseils, fait remarquer Dan Hurrell. L’apport d’un comité consultatif peut être inestimable en vous fournissant un deuxième avis objectif sur des questions qui surgissent tout au long du cycle de vie de votre entreprise.»

Et si vous formez le bon comité consultatif, la prochaine fois qu’une occasion d’acquisition se présentera, vous aurez peut-être déjà accès aux conseillers et conseillères dont vous avez besoin.