Comment calculer le ratio emprunt/capitaux propres?

Le ratio emprunt/capitaux propres évalue l’endettement total de votre entreprise par rapport aux sommes investies au départ par les propriétaires et les gains qui ont été conservés au fil du temps.

Le ratio emprunt/capitaux propres de votre entreprise est l’un des éléments qu’une banque examine pour évaluer votre situation avant de vous prêter une somme additionnelle.

Quelle est la formule pour calculer le ratio emprunt/capitaux propres?

Formule

Total du passif

Capitaux propres

Remplissez les champs ci-dessous:

Exemples de calcul du ratio emprunt/capitaux propres

Disons qu’une entreprise a une dette de 250 000 $, mais 750 000 $ de capitaux propres. Son ratio emprunt/capitaux propres est donc de 0,3. «C’est une compagnie très faiblement endettée qui est financée en grande partie par l’avoir des actionnaires», indique Pierre Lemieux, directeur, Comptes majeurs à BDC.

À l’opposé, une entreprise pourrait avoir une dette de 900 000 $ et 100 000 $ de capitaux propres, donc un ratio de 9. «Dans un cas comme celui-là, les prêteurs ont presque entièrement financé l’entreprise», ajoute Pierre Lemieux.

En général, le ratio emprunt/capitaux propres se situe entre ces deux extrêmes.

Exemple du ratio emprunt/capitaux propres dans un bilan d’entreprise

PASSIF    
Passif courant    
Comptes fournisseurs  250,000   
Tranche courante des dettes à long terme  15,000   
Total du passif courant    265,000 
Passif à long terme    
Dette à long terme    1,500,000 
Sommes à verser aux parties liées    100,000 
Total du passif à long terme    1,600,000 
TOTAL DU PASSIF    1,865,000 
     
CAPITAUX PROPRES    
Actions ordinaires    100 
Actions privilégiées    250 
Bénéfices non répartis    
Solde d’ouverture des bénéfices non répartis  540,000   
Revenu de la période courante  125,000   
Dividendes versés (45,600)  
Solde de clôture des bénéfices non répartis    619,400 
TOTAL DES CAPITAUX PROPRES    620,000 
     
Ratio emprunt/capitaux propres   3.01

Comment interpréter un ratio emprunt/capitaux propres?

L’objectif pour une entreprise n’est pas nécessairement d’avoir un ratio le plus bas possible. «Un ratio emprunt/capitaux propres très bas peut être le signe que la compagnie est très mature et qu’elle a accumulé beaucoup d’argent au fil des ans», indique Pierre Lemieux.

Cependant, il peut aussi être le signe que les ressources ne sont pas affectées de façon optimale. «C’est certain qu’il faut respecter le niveau de risque que peuvent soutenir les actionnaires, mais il est possible qu’un ratio très bas soit le signe d’une gestion trop prudente qui ne saisit pas les occasions de croissance», poursuit-il.

Il ajoute d’ailleurs qu’il n’est pas rare que des actionnaires minoritaires d’entreprises cotées en bourse critiquent le conseil d’administration parce que sa gestion trop prudente leur donne un rendement trop bas.

«Les actionnaires minoritaires par exemple peuvent être insatisfaits d’un gain en capital de 5 %, parce qu’ils visent 15 %, dit M. Lemieux. Pour atteindre 15 %, on ne peut pas s’asseoir sur un gros montant d’argent et gérer l’entreprise en étant super-prudent. Il faut que l’entreprise investisse dans des ressources productives en utilisant de la dette pour aller chercher l’effet de levier.»

Qu’est-ce qu’un bon ratio emprunt/capitaux propres?

Bien qu’il varie d’un secteur à l’autre, un ratio emprunt/capitaux propres autour de 2 ou de 2,5 est généralement considéré comme bon. Ce ratio indique à la banque que pour chaque dollar investi dans l’entreprise, environ 66 cents proviennent d'emprunts, tandis que 33 cents proviennent des capitaux propres de l’entreprise.

«C’est une entreprise très peu endettée, avec une structure financière saine», indique M. Lemieux.

Qu’est-ce qu’un mauvais ratio emprunt/capitaux propres?

Lorsque le ratio tourne plus autour de 5, 6 ou 7, c’est un signe d’un niveau d’endettement beaucoup plus important et la banque y portera attention.

«Cela ne signifie pas que l’entreprise a un problème, mais il faut regarder pourquoi son niveau d’endettement est si élevé, affirme M. Lemieux. Si elle vient d’investir dans un grand projet, c’est tout à fait normal que son ratio monte. Puis, l’entreprise fera des profits sur son investissement et son ratio tendra à descendre pour revenir plus à la normale.»

Il faut aussi savoir que le ratio emprunt/capitaux propres est naturellement plus élevé pour certains secteurs que pour d’autres. «Par exemple, une compagnie de transport doit emprunter énormément pour acheter sa flotte de camions, alors qu’une entreprise de services n’aura pratiquement qu’à acheter des ordinateurs», explique M. Lemieux.

Où trouver le ratio emprunt/capitaux propres moyen pour votre secteur?

Pour faire une analyse comparative (benchmarking), vous pouvez consulter différentes sources pour connaître la moyenne de votre secteur d’activité.

BDC fournit des données comparables par secteur et par taille d’entreprise à ses clients. Il est aussi possible de se procurer ces données auprès de certaines entreprises privées. Les centres de recherche universitaires peuvent également être de bonnes sources d’information.

Qu’est-ce que le ratio emprunt/capitaux propres à long terme?

C’est le même calcul, sauf qu’on tient seulement compte de la dette à long terme. On soustrait donc, par exemple, le solde de la marge de crédit d’exploitation et les sommes dues aux fournisseurs. «En gardant seulement la dette remboursable à long terme, c’est plus révélateur du vrai niveau d’endettement de la compagnie», indique M. Lemieux.

Si pour certaines entreprises, éliminer la dette à court terme ne fait pas une énorme différence sur le résultat final, pour d’autres, c’est majeur.

«Certains types d’entreprises, dans le domaine de la distribution par exemple, doivent avoir une grande quantité de stocks, ce qui gonfle leur dette, précise M. Lemieux. Or, ces montants sont remboursés au fur et à mesure que l’entreprise réalise ses ventes. Cela n’a rien à voir avec des prêts obtenus à la banque.»

Certaines banques utilisent ce ratio en prenant la dette à long terme, alors que d’autres gardent la dette totale.

Est-ce que le ratio emprunt/capitaux propres est grandement utilisé par les banques?

D’après Pierre Lemieux, le ratio emprunt/capitaux propres est intéressant parce qu’il se suit bien de mois en mois. Par contre, il constate qu’il est en perte de vitesse. Pourquoi?

«C’est un ratio exclusivement orienté vers le bilan, indique-t-il. Il ne regarde pas du tout les fonds générés par l’entreprise, donc le flux monétaire. Ainsi, une entreprise qui a un million de dollars de bénéfices après impôts et une autre qui profite de ses belles années passées et qui a maintenant un million de dollars en perte nette chaque année peuvent avoir le même ratio d’endettement. Pourtant, la première serait en bien meilleure position pour rembourser sa dette que la deuxième.»

C’est un ratio exclusivement orienté vers le bilan. Il ne regarde pas du tout les fonds générés par l’entreprise, donc le flux monétaire.

Le ratio dette portant intérêt (DPI)/bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA)

M. Lemieux indique que le ratio dette portant intérêt (DPI)/bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) prend de plus en plus de place, car il compense les faiblesses du ratio emprunt/capitaux propres en tenant compte du flux de trésorerie d’une entreprise et en excluant sa dette ne portant pas intérêt (comme les comptes fournisseurs et les sommes dues au gouvernement).

«Ce ratio porte sur le bilan de l’entreprise, mais aussi sur son flux de trésorerie, dit-il. Il permet donc davantage à la banque d’évaluer la capacité de l’entreprise à rembourser sa dette.»

Par contre, il précise qu’il est plus difficile de suivre l’évolution du ratio DPI/BAIIA mensuellement.

«Normalement, on le calcule à la fin de l’année financière, dit M. Lemieux. Il se calcule aussi de façon intérimaire, mais il faut alors utiliser une fenêtre mobile de 12 mois. Pour le calculer, disons en avril, il faut regarder les chiffres de l’entreprise des douze mois précédents, à partir de mai de l’année précédente. Ce ne sont pas toutes les PME qui sont outillées pour sortir ces données.»

Ainsi, si le ratio emprunt/capitaux propres n’est pas parfait, le ratio DPI/BAIIA ne l’est pas non plus. D’où l’avantage, pour les entreprises comme pour les institutions financières, de porter attention à plusieurs ratios.

Téléchargez notre guide gratuit Faire le suivi de la performance de votre entreprise pour plus d’information sur les ratios clés que vous pouvez utiliser dans la gestion de votre entreprise.

Nos autres calculateurs de ratios

Partager