Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Clearpath Robotics: objectif croissance

Temps de lecture: 4 minutes

Partager
Clearpath Robotics

En seulement quatre ans, Matt Rendall et ses associés ont transformé leur passion pour la robotique en une entreprise de plusieurs millions de dollars «spécialisée dans l’automatisation de tâches monotones, désagréables et dangereuses».

M. Rendall a créé Clearpath Robotics en 2009 avec Bryan Webb, Ryan Gariepy et Pat Martinson alors qu’ils étaient encore tous étudiants en génie à l’Université de Waterloo.

«Nous construisions des robots par plaisir et pensions qu’il serait formidable d’en faire notre gagne-pain», dit M. Rendall, 29 ans, qui est chef de la direction de Clearpath à Kitchener, en Ontario.

Le groupe était également motivé par le désir de faire avancer les choses grâce à la robotique. Son projet initial consistait à fabriquer un appareil de déminage télécommandé.

La dure réalité

«Nous avons appelé l’entreprise Clearpath Robotics pour illustrer notre mission originale, indique M. Rendall. Nous avons construit des prototypes et rédigé un plan d’affaires, mais nous nous sommes heurtés à des obstacles financiers et à des difficultés insurmontables pour une jeune entreprise étudiante.»

Le groupe a donc décidé de cibler un autre marché: celui des chercheurs qui travaillent dans des conditions difficiles ou dangereuses.

Le changement de cap reflétait l’opinion de M. Rendall voulant que nombre d’entreprises en démarrage échouent rapidement parce qu’elles ne tiennent pas compte des réalités du marché.

«Nous ne nous sommes incorporés qu’après avoir reçu notre premier bon de commande, dit-il. À quoi bon démarrer une entreprise si nous ne pouvions convaincre quelqu’un de nous fournir les fonds nécessaires.» En fait, nous avions six bons de commande avant même de produire notre premier robot et nous avons fait appel à des anges investisseurs pour en financer la construction.»

L’entreprise est devenue rentable en 18 mois et maintenant elle vend ses robots dans 35 pays. Elle emploie maintenant 37 personnes. Clearpath Robotics affiche un taux de croissance annuel de 100 % et sert une clientèle universitaire, industrielle et militaire, notamment l’Agence spatiale canadienne, la NASA et le Massachusetts Institute of Technology.

Destination Mars

Les robots de Clearpath comprennent des véhicules pouvant être munis de capteurs et d’équipement scientifique personnalisés pour effectuer des tâches sur tous les types de terrain et dans l’eau. L’entreprise, qui a ajouté un prêt de BDC aux capitaux des anges investisseurs, vend un large éventail de produits – dont le prix varie entre 2 000 $ et deux millions de dollars – en réponse à la grande diversité des besoins.

Par exemple, le populaire robot Husky patrouille les sites d’enfouissement pour déceler les émissions de gaz potentiellement nocives et est utilisé dans une mine à ciel ouvert au Chili pour repérer les dangers. Une mine d’or ontarienne se sert du véhicule amphibie Kingfisher pour la collecte sécuritaire de données dans un bassin de résidus.

«Nos plateformes sont également utilisées par les programmes spatiaux pour préparer l’exploration future de la Lune et de Mars, précise M. Rendall.»

Originaire de Toronto, M. Rendall attribue ses compétences au fait d’avoir grandi dans une famille d’entrepreneurs et au programme de maîtrise en affaires, entrepreneuriat et technologie de l’Université de Waterloo. L’Accelerator Centre de la région a aussi aidé à démarrer Clearpath.

Penser rentabilité

«Le soutien de BDC a été vital, car il nous a permis de libérer notre fonds de roulement et de conserver une participation supérieure dans l’entreprise, souligne M. Rendall. Nos capitaux propres n’auraient pas pu, autrement, être investis dans le recrutement et l’avenir de l’entreprise.»

M. Rendall et ses associés ont de grandes ambitions pour Clearpath et souhaitent investir dans la croissance. M. Rendall insiste également sur l’importance de surveiller la trésorerie. «Nous analysons chaque transaction pour veiller à ce qu’elle respecte nos critères de rentabilité.»

L’élément humain

«Les employés sont le cœur d’une organisation et peuvent faire votre fortune ou votre ruine, dit-il. Nous travaillons avec des spécialistes polyvalents et déterminés et sommes passionnés par notre travail.»

M. Rendall souligne l’importance d’innover constamment, surtout que la robotique se répand de plus en plus. Un élément important de la stratégie d’innovation de l’entreprise consiste à maintenir des relations étroites avec les clients et à recueillir leur rétroaction.

Un périple

M. Rendall voit le succès de Clearpath comme le triomphe de la passion pour la robotique sur les obstacles qui ont menacé la survie de l’entreprise. «Nous sommes fous de robotique. Autrement, nous aurions baissé les bras devant tant d’écueils à surmonter, dit-il. Malgré tout, je ne vois pas cela comme un travail. C’est ce que je faisais pour m’amuser avant de lancer l’entreprise. Nous continuerons parce que nous adorons cela… et parce que nous sommes obstinés.»

Leçons à retenir

  1. Confirmez qu’il existe une demande pour votre produit et modifiez-le si nécessaire ainsi que votre modèle d’affaires.
  2. Ayez une vision ambitieuse pour votre entreprise.
  3. Tenez compte de la rétroaction de vos clients pour guider vos projets d’innovation.
  4. Surveillez votre trésorerie et investissez dans la croissance.
  5. Soyez prêt à faire face aux revers qui surviendront immanquablement.
Partager