Pour cette entrepreneure, le jeu, c’est du sérieux

De solides processus ont permis à Park N Play de s’exporter un peu partout au Canada

Lecture de 5 minutes

Partager
Michelle Poffenroth

Quand ses enfants sont entrés à l’école primaire, Michelle Poffenroth était prête à réaliser un autre rêve et à se lancer en affaires. Résidente du comté de Rocky View, en Alberta, Michelle Poffenroth admet que concevoir et construire des terrains de jeux n’est pas la première idée qui lui est venue à l’esprit.

Cependant, quand elle a entendu parler de Park N Play Design, elle a sauté sur l’occasion.

«C’est la meilleure chose qui me soit arrivée, dit l’entrepreneure. C’est tellement gratifiant de voir le visage des enfants s’illuminer quand on termine un nouveau parc. Elles et ils nous voient comme des héros.»

Depuis qu’elle a acheté l’entreprise en 2003, les ventes annuelles sont passées d’environ 15 000 $ à 9 millions de dollars en 2017. Michelle Poffenroth dirige maintenant une équipe de 13 personnes qui conçoivent et construisent des terrains de jeux, des glissades d’eau, des parcs naturels et d’autres espaces publics.

Trop peu d’entrepreneure dans l’industrie de la construction

De façon générale, les femmes dirigeantes demeurent minoritaires dans le domaine des affaires. Selon Statistique Canada, seulement 6,1 % des entreprises de construction étaient détenues en majorité par des femmes en 2014. Se tailler une place dans un monde d’hommes a d’ailleurs été un défi au départ pour Michelle Poffenroth.

«J’avais beaucoup à prouver, dit l’entrepreneure. J’ai dû retrousser mes manches et montrer de quoi j’étais capable. Je participais aux installations. C’est comme ça que j’ai bâti ma réputation.»

Les femmes entrepreneures font souvent face à des réalités différentes de celles de leurs pairs masculins. Il arrive notamment qu’elles aient plus de difficulté à obtenir le financement et le soutien dont elles ont besoin pour faire croître leur entreprise.

Pour veiller à ce qu’elles aient toutes les ressources nécessaires, BDC s’est engagée à prêter 1,4 milliard de dollars à des entreprises détenues en majorité par des femmes de 2018 à 2021. La Banque collabore également avec des organisations afin d’offrir aux entrepreneures des occasions de coaching, de réseautage et de mentorat.

Les femmes peuvent bâtir de solides entreprises lorsqu’elles bénéficient d’un soutien approprié. Michelle Poffenroth est un excellent exemple.

«J’élevais mes enfants seule, dit Michelle Poffenroth. Malgré les difficultés et les sacrifices que tous ont dû faire, tous ces efforts ont valu la peine.»

Un apprentissage exigeant

La croissance et le succès de Park N Play ne sont pas le fruit du hasard. La courbe d’apprentissage, au départ, a été plutôt raide.

«Je ne savais rien des affaires, dit Michelle Poffenroth, et encore moins de la construction.»

Elle travaillait durant les heures d’école dans un local de 18,5 mètres carrés (200 pieds carrés) qu’elle louait, puis retournait au bureau tard le soir une fois que les enfants étaient au lit.

Par la suite, elle est devenue inspectrice de terrains de jeux agréée. Tout en puisant dans ses souvenirs d’enfance, elle dessinait des espaces à l’aide de logiciels, installait des équipements de terrains de jeux et s’occupait elle-même des ventes.

Park N Play

 

Se diversifier pour réduire les risques

Michelle Poffenroth a fini par embaucher plusieurs nouvelles personnes et a même étendu ses activités en Saskatchewan. Malheureusement, son entreprise a frappé un mur lors de la chute des prix du pétrole en 2008, qui a mis à mal l’économie de l’Alberta.

En cette période où l’Alberta était toujours son marché le plus important, les promotrices et promoteurs mettaient leurs projets sur la glace et les écoles faisaient face à des réductions budgétaires. De surcroît, le dollar canadien était faible, un obstacle majeur pour Michelle Poffenroth qui travaillait principalement avec des fournisseuses et fournisseurs des États-Unis. La situation était pour le moins préoccupante.

Cela dit, Michelle Poffenroth a vu dans cette situation une occasion pour Park N Play de prendre de l’expansion au Manitoba et en Ontario. C’était un projet majeur, qui représentait un défi énorme, mais elle savait que la diversification géographique était le meilleur moyen de renforcer son entreprise.

Systématiser ses processus

Michelle Poffenroth s’est tournée vers BDC pour financer son projet de croissance. Elle a également travaillé avec la Banque pour systématiser ses processus et gérer la charge de travail accrue découlant de cette expansion nationale.

Si elle admet avoir trouvé difficile de lâcher le contrôle lorsque son entreprise a commencé à prendre de l’expansion, la revue systématique de ses processus l’a aidée à réaliser qu’elle faisait partie du problème en ce qui concerne les retards. «Mon équipe me disait que je retardais le processus, dans le sens où certains dossiers étaient prêts à aller de l’avant, mais qu’il fallait attendre que je les approuve. Cela m’a ouvert les yeux. Je m’étais occupée de mon entreprise comme d’un bébé pendant si longtemps que cela a été dur pour moi d’admettre qu’il n’était pas nécessaire que j’approuve le moindre document.»

Créer une image de marque professionnelle

En 2015, Michelle Poffenroth était prête à se concentrer sur l’image de Park N Play. Elle a de nouveau fait appel à BDC pour créer une stratégie de marketing et établir le profil de ses fournisseuses et fournisseurs. Cet exercice lui a permis de mieux comprendre la façon de présenter et de positionner Park N Play comme l’entreprise professionnelle qu’elle est. L’étape suivante a été la conception d’un nouveau site Web convivial.

«Dans une organisation rationalisée comme la nôtre, nous n’avons pas de personnel en trop et nous portons tous plusieurs chapeaux. Je n’ai pas le temps de lancer une demande de devis pour un site Web, ajoute-t-elle. La Banque s’en est occupée pour moi, ce qui accélérera le processus.»

Leçons tirées

1. Faites preuve d’ouverture face au changement

Michelle Poffenroth a été à même de développer son entreprise en établissant des processus reproductibles. Cela dit, ces processus doivent être modifiés et optimisés régulièrement pour pouvoir garder le fil des activités.

«Je dis toujours à mon équipe que tous nos processus sont des documents vivants. Si vous voyez quelque chose qui gagnerait à être amélioré, portez-le à mon attention. La porte est grande ouverte. Il ne faut jamais faire du surplace.»

2. Sachez quelles sont vos forces et vos faiblesses

Avoir conscience de ses faiblesses aide à les compenser. Par exemple, Michelle Poffenroth ne considère pas les médias sociaux comme l’une de ses forces. Au lieu d’ignorer le problème, elle a recouru à l’aide d’un spécialiste externe.

«Tirez parti de vos forces et corrigez vos faiblesses, dit l’entrepreneure. Si vous n’êtes pas à votre meilleur dans un domaine, trouvez quelqu’un qui l’est.»

3. Ayez la bonne attitude

«Il n’y a rien d’impossible, indique Michelle Poffenroth. Il faut faire le maximum pour atteindre ses objectifs. Une fois, j’étais à Calgary avec mon installateur afin de mettre en place un terrain de jeux. C’était en décembre et il faisait -37°C. J’avais des glaçons dans les cils. Mais on a fait ce qu’il fallait faire. C’est notre travail.»

4. Rien ne remplace le dur labeur

«J’ai fait tout le contraire de ce que les livres vous disent pour démarrer votre entreprise, dit Michelle Poffenroth. Par contre, j’ai travaillé dur. Quand je disais à quelqu’un que j’allais faire son installation, je tenais parole. Et en cas de problème, j’étais là dans les 12 heures pour le régler.»

Partager