Quand la science rencontre la nature: Comment une entrepreneure du NunatuKavut a mis au point un pulvérisateur anti-tiques unique en son genre

Lisa Learning a créé Atlantick Repellent après que ses fils aient contracté la maladie de Lyme

Temps de lecture: 7 minutes

Partager

Lisa Learning, une entrepreneure de Mahone Bay, en Nouvelle-Écosse, peut remercier ses fils et son père de lui avoir donné l’idée de créer Atlantick Repellent Products.

En 2016, Mme Learning a remarqué que les genoux et les chevilles de ses deux fils, âgés de 9 et 11 ans, avaient soudainement enflé. Son fils aîné souffrait également d’une douleur à la hanche si intense qu’il ne pouvait pas marcher. Très inquiète, Mme Learning a emmené ses fils chez un médecin. Celui-ci a déterminé qu’ils avaient été piqués par des tiques, et il a diagnostiqué une arthrite de Lyme. Après avoir suivi un traitement à base d’antibiotiques, les garçons se sont rétablis.

Toutefois, cet incident a été éprouvant pour Mme Learning qui ne voulait pas que d’autres personnes vivent la même chose. Elle a donc commencé à faire des recherches sur les tiques et leur capacité à propager la maladie de Lyme.

Je me suis dit que j’allais créer un pulvérisateur scientifiquement testé et éprouvé, afin que d’autres mamans soient rassurées de savoir qu’il s’appuie sur des données scientifiques.

Comment se propage la maladie de Lyme?

Mme Learning a découvert que la maladie de Lyme pouvait être transmise par les tiques, qui sont des parasites externes de la taille d’un pépin de pomme.

«Une fois qu’une tique est sur vous, vous la sentez rarement», explique-t-elle.

Elle ajoute qu’avant de piquer, la tique injecte une sorte d’anesthésiant, et vous ne pouvez donc pas sentir la piqûre. Ensuite, la tique sécrète un liquide qui durcit, semblable à du ciment. Lorsque vous essayez de retirer une tique, votre peau se détache également. Cependant, la plupart des gens n’ont jamais eu l’impression d’avoir été piqués, jusqu’à ce qu’ils contractent plus tard la maladie de Lyme.

«La maladie de Lyme peut affecter les gens de nombreuses façons. Vous pouvez ne rien ressentir du tout, et des mois plus tard, vos genoux ou vos chevilles enflent. Les symptômes peuvent aussi ressembler à ceux de la grippe, ou la maladie peut même atteindre votre cœur ou votre cerveau. Dans de rares cas, elle peut entraîner la mort.»

Atlantick Repellent

À la recherche d’une solution sûre et naturelle

En se renseignant sur la maladie de Lyme, Mme Learning a eu l’idée de mettre au point un produit sûr contre les insectes et les tiques, sans utiliser de produits chimiques comme le DEET.

«Je voulais que mes fils aillent dehors, mais je craignais de leur mettre du DEET en raison de ses effets négatifs potentiels. C’est la raison pour laquelle j’ai créé mon entreprise.»

Mme Learning fait partie du Conseil communautaire de NunatuKavut, l’organe directeur qui représente des Inuit du Sud et du centre du Labrador. Les leçons qu’elle a tirées de son enfance à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador, ont eu un impact énorme tout au long de sa vie. «[Mon père] nous a appris à utiliser les ressources qui nous entouraient pour obtenir ce dont nous avions besoin. Quelle que soit la situation, il trouvait toujours un moyen d’observer la nature et de s’en servir comme d’un outil.»

«Quand mes fils sont tombés malades, je me suis dit que je devais trouver un moyen de faire en sorte que la Terre résolve ce problème. C’est exactement ce que fait ce pulvérisateur: il utilise nos ressources naturelles pour nous protéger.»

En parcourant les marchés fermiers, elle a rencontré d’autres personnes qui avaient déjà créé des pulvérisateurs contre les tiques en utilisant les huiles essentielles des plantes. Toutefois, lorsqu’elle a demandé s’ils étaient efficaces, on lui a simplement répondu qu’ils fonctionnaient sur la famille et les amis.

En creusant davantage, elle a remarqué que chacun de ces pulvérisateurs contenait des ingrédients différents. Comment pouvait-elle savoir lequel était le plus efficace?

Elle a commencé à faire des recherches en lisant des publications scientifiques révisées par les pairs. Elle a appris qu’il n’existait aucun pulvérisateur à base d’huiles essentielles contre les tiques qui ait été enregistré auprès de Santé Canada.

«C’était une information extrêmement importante. Cela signifiait que tous les pulvérisateurs anti-tiques à base de plantes ne basaient leurs allégations que sur des preuves anecdotiques et ne reposaient sur aucune donnée scientifique. Je me suis alors dit que j’allais créer un pulvérisateur testé et éprouvé scientifiquement et que je le ferais enregistrer auprès de Santé Canada pour que d’autres mamans soient rassurées de savoir qu’il n’est pas basé sur des preuves anecdotiques, mais sur des données probantes et scientifiques.»

Désireuse d’utiliser des ressources naturelles, mais toujours soucieuse d’apporter des preuves scientifiques, Mme Learning est entrée en contact avec Nicoletta Faraone, Ph. D., professeure adjointe de biochimie à l’Université Acadia de Wolfville, en Nouvelle-Écosse.

«J’ai fait créer trois formules originales, et la Mme Faraone les a testées pour déterminer leur efficacité contre les tiques. L’une des trois formules était la plus efficace, mais son efficacité n’était que de 80 à 85 % pour repousser les tiques», se souvient Mme Learning.

Création de son entreprise

Le pulvérisateur étant également efficace contre d’autres insectes, moins d’un an après que ses fils aient été piqués par des tiques, Mme Learning a créé son entreprise: Atlantick Repellent Products.

Elle a commencé modestement, à partir de sa cuisine. Depuis, elle a connu une croissance régulière.

Lisa Learning exerce désormais ses activités dans un bâtiment de 150 mètres carrés qui comprend un entrepôt, une chaîne de fabrication et des bureaux. Elle a trois employés à temps plein et chaque été, pendant la production, quatre personnes sont embauchées pour travailler sur la chaîne de fabrication.

Ses produits sont vendus en ligne ainsi que chez des détaillants du Canada atlantique, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique.

Mme Learning est titulaire d’un diplôme en administration des affaires, mais elle explique qu’il lui restait encore beaucoup de choses à apprendre avant de lancer cette nouvelle entreprise.

«Il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme en administration des affaires pour avoir une entreprise prospère, dit-elle. Tout ce qu’il vous faut, c’est l’envie d’apprendre et de comprendre les choses, et avoir la détermination d’aller jusqu’au bout. C’est ce qui est le plus difficile.»

Atlantick Repellent

Obtention de son premier prêt de BDC

Lisa Learning s’est adressée à d’autres personnes du milieu des affaires pour obtenir de l’aide. L’une d’entre elles lui a suggéré de contacter BDC.

L’accès au financement est toujours un défi pour les nouvelles entreprises, et selon Mme Learning, c’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’une jeune entreprise qui ne peut pas se prévaloir d’un bon ratio d’endettement ou d’autres critères financiers qu’utilisent les banques pour évaluer les entreprises.

«Mon tout premier prêt a été accordé par BDC. La Banque a été la seule organisation prête à examiner ma demande et à m’aider. BDC m’a facilité la tâche», dit-elle.

Nouveaux défis à relever concernant Santé Canada

Bien que sa formule soit efficace de 80 à 85 % contre les tiques, Lisa Learning a découvert que pour être enregistrée auprès de Santé Canada en tant que produit anti-tiques, la formule devait être efficace à plus de 95 %. Ce nouveau défi n’a pas ralenti Mme Learning.

«Nous avons repris notre formule et l’avons améliorée», explique-t-elle.

Lisa Learning est habituée à s’atteler aux problèmes et à les surmonter.

«Bien souvent, lorsqu’une personne se heurte à un obstacle, elle pense qu’elle incapable de le franchir. Pourtant, elle en est tout à fait capable. Il y a toujours un moyen de régler un problème, quel qu’il soit. Bien sûr, cela ne sera jamais évident. Il faut simplement trouver le moyen de le surmonter et de continuer à progresser. C’est ainsi que vous réussirez.»

Cela, c’était il y a trois ans. La recherche et les tests se sont poursuivis.

«La formule améliorée est désormais efficace à 98 % et dure plus longtemps, déclare fièrement Mme Learning. Le processus de dépôt de la demande finale auprès de Santé Canada est en cours.

C’est pourquoi le produit actuel, avec la formule originale, est appelé pulvérisateur pour l’extérieur, plutôt que formule contre les tiques.

Dans cinq ans, nous voulons être la marque de référence pour tout ce qui concerne les tiques.»

Partager