Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Comment Superior Strategies est devenue l’un des rares fournisseurs autochtones d’ÉPI au Canada

Découvrez comment ce fournisseur de Thunder Bay a surmonté son problème de trésorerie et de rupture d’approvisionnement pour poursuivre ses ventes à un moment crucial pendant la pandémie

Temps de lecture : 4 minutes

Partager

En 2008, Jason Thompson était superviseur dans une scierie de bois d’œuvre lorsque les prix se sont effondrés et les affaires ont dégringolé. Décidé à changer de voie, il est retourné à l’école, a étudié les ressources humaines et ouvert sa propre société d’experts-conseils dans la bande indienne de Red Rock, une Première Nation ojibwée du nord-ouest de l’Ontario. Il a commencé à proposer des services de gestion de projet ainsi que des formations en santé et sécurité.

Après avoir œuvré une dizaine d’années dans ce secteur d’activité, M. Thompson a commencé à vendre des fournitures de bureau, des vêtements de travail industriels, des fournitures médicales et des produits de nettoyage. Il a également développé son entreprise en ajoutant deux magasins à Thunder Bay.

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé le Canada en mars 2020, les ventes d’ÉPI et d’autres équipements sont montées en flèche.

«Au début, nous prenions tout ce qui nous tombait sous la main, raconte M. Thompson. C’était la folie. Nous manipulions tellement de produits en une journée! Nous étions débordés. Nos voisins devaient se demander ce qui se passait, avec tous ces camions qu’ils voyaient sortir de notre garage.»

Soucieux d’honorer les commandes, les fabricants ont demandé à M. Thompson qu’il règle d’avance le paiement des masques et des équipements de sécurité qu’il distribuait. Or, certains des nouveaux clients de M. Thompson étaient de grandes entreprises multinationales habituées à obtenir des délais de paiement de 30 ou 60 jours. Malgré le grand nombre de ventes, l’entreprise était à court de liquidités en raison du délai entre l’émission et l’encaissement des créances.

Nous puisions dans les comptes d’épargne uniquement pour que les produits continuent à circuler.

Petite, mais agile

La vente de fournitures médicales et de sécurité n’était pas facile avant que la pandémie de COVID-19 ne fasse bondir la demande de désinfectants pour les mains et de lingettes.

Comme il avait déjà un pied dans ce secteur d’activité, Jason Thompson a cerné une lacune dans le marché dès le début de la pandémie.

Nombre de ses concurrents ont éprouvé des problèmes de chaîne d’approvisionnement lorsque leurs fournisseurs existants n’ont pas pu honorer leurs contrats. Mais en tant que jeune entreprise, Superior Strategies n’était pas empêtrée dans des contrats préexistants et pouvait s’approvisionner n’importe où.

M. Thompson a acquis plus de 250 nouveaux clients en un an, essentiellement un mélange de petites entreprises et de grandes multinationales.

Pour résoudre son problème de trésorerie, il a négocié un paiement réglé d’avance. Il a également contracté un prêt de fonds de roulement auprès de BDC en octobre 2020 pour permettre à son entreprise de poursuivre sa croissance.

À l’heure actuelle, Superior Strategies fait de bonnes affaires en vendant des masques ainsi que des lingettes et des produits désinfectants conformes aux normes de Santé Canada. L’entreprise s’est également imposée comme l’un des rares fournisseurs autochtones dans le secteur canadien de la santé et de la sécurité.

Aider la communauté locale

Jason Thompson, un membre de la bande indienne de Red Rock, est fier que son entreprise soit entièrement détenue par des Autochtones.

«Ce que j’ai remarqué, c’est que si l’inclusion existe dans la main-d’œuvre, elle semble encore absente du côté des fournisseurs. C’est encore difficile d’avoir accès aux chaînes d’approvisionnement, dit-il. Or, pour exercer ses activités de manière éthique, il faut miser sur la diversité. Tout ce que nous faisons est basé sur l’inclusion.»

En tant que membre de la Chambre de commerce de Thunder Bay, M. Thompson participe activement aux activités économiques locales.

Le secteur formation et développement de Superior Strategies offre des cours sur la santé et la sécurité, le développement des compétences professionnelles et l’accueil. L’entreprise organise également des programmes de sensibilisation aux cultures autochtones. Le ministère des Transports et l’Association des femmes autochtones de l’Ontario comptent parmi ses partenaires les plus récents.

M. Thompson affirme qu’en tant qu’entreprise locale, Superior Strategies est déterminée à aider les membres de la communauté autochtone à trouver un emploi et à saisir les occasions qui se présentent.

«Si vous recherchez des travailleurs, je serai ravi de vous présenter des personnes de ma connaissance qui défendent les intérêts de la communauté et qui vous diront: “Hé, si vous cherchez des travailleurs, nous pouvons vous aider.”»

Superior Strategies collabore avec d’autres organismes de formation de la région de Thunder Bay pour aider les gens à trouver des placements professionnels. Elle contribue notamment à un programme de formation à des métiers spécialisés en machinerie industrielle au Cambrian College de Sudbury. Six étudiants autochtones y ont récemment obtenu leur diplôme.

«Lorsqu’elles envisagent des projets axés sur les ressources, les entreprises veulent savoir comment elles peuvent travailler avec les Premières Nations, et je crois que nous pouvons coopérer. Nous pouvons aider», déclare M. Thompson.

Les membres de nos communautés ne sont plus seulement des fabricants de raquettes ou de capteurs de rêves. Notre contribution va bien au-delà.

Le passé et l’avenir

M. Thompson estime que sa famille est une source de motivation quotidienne qui l’aide à surmonter les difficultés liées à la gestion d’une entreprise. Il n’a pas grandi dans le luxe et a été nourri, comme il le dit, «au bouillon à la saucisse à hot-dog et au macaroni au fromage Kraft». Il se souvient d’avoir vu son père travailler toute sa vie et faire face à l’adversité en tant que travailleur autochtone. Le grand-père de M. Thompson était pêcheur commercial, et la famille raconte les difficultés auxquelles il a été confronté des décennies auparavant.

«À une époque, les Autochtones ne pouvaient pas acheter de moteurs de bateau, car cela leur aurait donné un avantage supplémentaire pour la pêche. Alors, des gens comme mon grand-père ont retiré les moteurs de leurs voitures pour les mettre sur les bateaux, raconte M. Thompson en riant. Quand on pense à l’ingéniosité que cela représente, obtenir des masques et du désinfectant dans la chaîne d’approvisionnement est en fait plutôt facile.»

Son héritage est une source de fierté pour M. Thompson, qui explique que son projet à long terme est de fabriquer des ÉPI localement, sur les terres des Premières Nations, afin de créer davantage de possibilités économiques pour les communautés locales.

Tourné vers l’avenir l’avenir, M. Thompson est reconnaissant à BDC pour son soutien, qui lui a permis d’amener Superior Strategies là où elle est maintenant.

«Le processus d’obtention du prêt s’est déroulé sans heurt et rapidement. Pour un propriétaire d’une petite entreprise, cela n’aurait pas pu être plus facile. L’équipe locale a été d’un grand soutien, dit-il. Comme on dit dans ma propre langue – Chi-Miigwetch. Un grand merci d'avoir cru en nous et en Superior Strategies.»

Partager