Comment mesurer l’empreinte carbone de votre entreprise?

Le calcul des émissions de gaz à effet de serre de votre entreprise est une première étape essentielle pour réduire votre impact sur l’environnement. Voici comment vous y prendre.

Lecture de 14 minutes

Il est plus important que jamais de mesurer l’empreinte carbone de votre entreprise. La clientèle, les membres du personnel et les partenaires surveillent de plus en plus les entreprises en ce qui a trait à leurs émissions de gaz à effet de serre. Et il ne suffit pas d’en faire une estimation. Les entreprises ont besoin de données exactes et crédibles sur leurs efforts relativement à leur impact sur les changements climatiques et leur durabilité.

Le calcul de l’empreinte carbone de votre entreprise est la première étape à suivre pour déterminer comment réduire ses émissions. «Les données permettent de savoir exactement où vos activités ont un impact», explique Elizabeth Sheehan, directrice, Mobilisation stratégique de Climate Smart chez Radicle, société qui conseille les entreprises sur la façon de réduire leurs émissions.

Il n’est vraiment pas facile de faire ce calcul correctement. «Les réseaux électriques ne sont pas les mêmes en fonction de l’emplacement géographique, souligne Elizabeth Sheehan. Une entreprise de Vancouver aura une empreinte différente d’une entreprise ayant la même consommation d’énergie en Alberta ou en Ontario.»

Mesurer l’empreinte carbone de votre entreprise vous donne l’occasion de faire le point sur votre façon de faire des affaires.

Qu’est-ce que l’empreinte carbone?

L’empreinte carbone est la quantité totale de gaz à effet de serre que produit une organisation et qui s’évade dans l’atmosphère. Sept gaz à effet de serre visés par le Protocole de Kyoto sont habituellement mesurés, y compris le dioxyde de carbone (CO2), le méthane et l’oxyde de diazote.

L’empreinte carbone d’une entreprise se mesure en tonnes d’équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2). Il y a 1,2 million de petites et moyennes entreprises (PME) au Canada et elles produisent environ 200 millions de tonnes d’éq. CO2 par année, selon les calculs de Radicle. Cela correspond en moyenne à environ 165 tonnes par entreprise.

Il existe diverses normes qui précisent comment une entreprise peut mesurer son empreinte carbone de façon crédible et en rendre compte. Le programme Climate Smart de Radicle utilise la norme du Protocole des gaz à effet de serre (Protocole des GES), qui est la méthode la plus ancienne et la plus fréquemment utilisée. Une autre option est la norme ISO 14064, qui est une version adaptée à la norme ISO de la norme du Protocole des GES.

Les trois portées des émissions

Selon le Protocole des GES et la norme ISO 14064, les émissions sont réparties en trois catégories, appelées portées:

  • Portée 1: Émissions produites directement de sources détenues ou contrôlées par votre entreprise (p. ex., véhicules, fournaises, chaudière, équipement)
  • Portée 2: Émissions générées indirectement par la consommation d’énergie achetée par votre entreprise (p. ex., électricité, chauffage, refroidissement)
  • Portée 3: Toutes les autres émissions indirectes (p. ex., utilisation de matériaux, déchets, déplacements professionnels, déplacement du personnel avec des véhicules qui ne sont pas détenus ou contrôlés par votre entreprise)

Les entreprises sont tenues de déclarer toutes les émissions qui entrent dans les deux premières portées. La déclaration est facultative pour la portée 3. De nombreuses entreprises la déclarent, afin d’agir de façon plus durable et plus transparente.

«Il est étonnant de voir à quel point de nombreuses PME sont déterminées à en faire plus et incluent la portée 3, même si elle n’est pas obligatoire», souligne Elizabeth Sheehan.

Une entreprise doit avoir des données quantifiables sur son empreinte écologique pour demeurer concurrentielle au sein d’une chaîne d’approvisionnement.

Quels sont les avantages de mesurer votre empreinte carbone?

L’avantage le plus évident est le fait que vous aidez à sauver la planète. Mais la mesure de votre empreinte carbone offre de nombreux autres avantages. «Vous aurez besoin de ces données à l’avenir pour une foule d’utilisations potentielles», ajoute Elizabeth Sheehan. Les données peuvent servir à:

  • Créer une stratégie de réduction des émissions

    Les entreprises qui ont travaillé avec Radicle pour calculer leur empreinte carbone ont réalisé des réductions de 24 % de leurs émissions en moyenne.

  • Réduire les coûts

    La réduction des émissions peut entraîner des économies grâce à la réduction des déchets et de la consommation d’énergie et d’eau. Après avoir pris en compte les économies de coûts et les subventions, les entreprises réussissent souvent à rentabiliser leur investissement en aussi peu qu’une année ou deux dans bien des cas.

    «Mesurer l’empreinte carbone de votre entreprise vous donne l’occasion de faire le point sur votre façon de faire des affaires, vos activités, votre comportement et vos technologies, ce qui pourrait vous aider à réduire le gaspillage et les coûts d’énergie», souligne Elizabeth Sheehan.

  • Faciliter la production de rapports relatifs aux facteurs ESG, l’obtention de certifications ainsi que l’écoétiquetage

    Les entreprises peuvent inclure des données sur l’empreinte carbone dans leurs rapports sur leurs efforts en matière de facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Les données peuvent également être requises pour la certification B Corp, pour la norme ISO et Protocole GES, ainsi que pour l’écoétiquetage, la participation aux marchés du carbone et le calcul des taxes sur le carbone.

  • Améliorer l’accès aux chaînes d’approvisionnement et au financement

    Les entreprises s’interrogent de plus en plus sur l’empreinte carbone de leurs entreprises partenaires, notamment dans les demandes de propositions, les soumissions et les appels d’offres.

    Selon Elizabeth Sheehan, plus des deux tiers du PIB mondial sont liés d’une façon ou d’une autre à des organisations qui ont établi un objectif de carboneutralité, ce qui signifie qu’elles se sont engagées à atteindre l’objectif de zéro émission nette au moyen de réductions et de compensations correspondantes.

    «Une entreprise doit avoir des données quantifiables sur son empreinte écologique pour rester concurrentielle au sein d’une chaîne d’approvisionnement, dit-elle. C’est une excellente décision de commencer à calculer l’empreinte écologique de votre entreprise, car c’est une question de transparence. Vos partenaires et d’autres parties prenantes vous demanderont de plus en plus de la mesurer et d’en assumer la responsabilité.»

Par ailleurs, il est important et gratifiant pour les membres de votre personnel de savoir que leur entreprise prend des mesures positives.

  • Clientèle et personnel plus satisfaits

    La clientèle et les membres du personnel exigent de plus en plus que les entreprises prennent des mesures concrètes pour lutter contre les changements climatiques. Le fait de disposer de données quantifiables sur les efforts que vous déployez donne de la crédibilité à votre engagement en matière de durabilité.

    Selon Elizabeth Sheehan, une entreprise qui agit de manière consciencieuse aura plus d’attraits pour les membres de son personnel et cela favorisera l’embauche, la fidélisation et la mobilisation. «Un tel engagement montre que l’entreprise se modernise et que vous allez continuer à suivre le courant à l’avenir», dit-elle.

    «Il est important et gratifiant pour les membres de votre personnel de savoir que leur entreprise prend des mesures positives. C’est aussi l’occasion d’aider les membres de vos équipes responsables de la santé, de l’environnement et de la sécurité, et d’autres membres du personnel également, à acquérir des compétences liées au carbone, des compétences qui serviront tous les membres de votre organisation à l’avenir.»

Comment puis-je mesurer l’empreinte carbone de mon entreprise?

Suivez ces deux étapes pour la mesurer.

1. Comprendre vos objectifs

Tout d’abord, comprenez bien pourquoi vous voulez mesurer l’empreinte carbone de votre entreprise et comment cet exercice s’inscrit dans votre stratégie de durabilité et votre stratégie globale d’entreprise. Cela vous aidera à choisir la meilleure méthode pour mesurer les émissions et de hiérarchiser les projets de réduction.

Exemples d’objectifs possibles:

  • rapports internes
  • réduction des coûts
  • production de rapports pour l’écoétiquetage ou la certification
  • production de rapports à l’intention des organismes de réglementation ou des partenaires (p. ex., chaînes d’approvisionnement, institutions financières, compagnies d’assurance, investisseuses et investisseurs)
  • production de rapports pour la clientèle ou le personnel

2. Recueillir les données sur les émissions

La prochaine étape consiste à recueillir des données sur les émissions. Il est possible de le faire vous-même, mais si vous devez respecter certains critères d’exactitude et de précision, de crédibilité et de transparence, c’est une bonne idée de faire appel à une ou un spécialiste externe.

La ou le spécialiste effectuera tout le travail avec vous ou travaillera avec votre équipe sur l’évaluation.

D’une façon ou d’une autre, la prochaine étape consiste à choisir une norme appropriée pour recueillir les données en fonction des objectifs de votre entreprise. Si vous décidez d’utiliser le protocole des GES des entreprises, vous devrez décider si vous voulez inclure les émissions de la portée 3 ou vous en tenir uniquement aux portées 1 et 2.

Viendra ensuite le moment de recueillir des données sur les émissions de votre entreprise. Pour ce faire, vous devez passer en revue toutes vos activités et tous vos actifs afin de déterminer les émissions produites dans chaque secteur. Les étapes à respecter sont habituellement les suivantes:

  • recenser les installations, la machinerie, l’équipement, les véhicules et les activités de votre entreprise;
  • obtenir les factures pertinentes pour chacune d’elles, comme les factures de services publics et les factures d’essence de véhicule;
  • déterminer l’éq. CO2 en fonction de ce qu’on appelle les «facteurs d’émission», qui ont une incidence sur le calcul de l’éq. CO2 dans votre région. Ceux-ci peuvent comprendre l’intensité en carbone du réseau électrique local, les types d’énergie consommée et les modes de transport. Par exemple, le logiciel Climate Smart de Radicle calcule environ 250 facteurs climatiques et les met à jour continuellement à mesure que les conditions changent.

Les entreprises calculent généralement leur empreinte carbone sur une base annuelle. Pour rendre compte des données, vous devrez choisir entre deux approches:

  • Approche selon la part des capitaux propres: Selon cette approche, l’entreprise rend compte des émissions en fonction de sa part des capitaux propres dans une exploitation (p. ex., une filiale, une franchise ou une coentreprise).
  • Approche selon la part de contrôle: Cette approche exige que l’entreprise comptabilise 100 % des émissions provenant des activités sur lesquelles elle a un contrôle financier ou opérationnel.

Dans certains cas, vous devrez peut-être élaborer plusieurs ensembles de données pour différentes exigences de production de rapports. Ces exigences déterminent également comment vous effectuerez la ventilation des données (p. ex., par installation).

La collecte et l’examen des données peuvent mener à des révélations surprenantes. «Un schéma commencera à se dessiner et vous pourrez cibler les sources les plus importantes d’émissions, explique Elizabeth Sheehan. Les gens sont souvent surpris.»

Elle mentionne une entreprise qui a réalisé qu’elle payait le tarif résidentiel pour l’électricité plutôt que le tarif commercial inférieur.

«Dès que vous commencerez à mesurer, vous vous rendrez peut-être compte que le fait de laisser la porte de quai ouverte est inefficace du point de vue des émissions de carbone, mais aussi que votre argent s’envole dans le courant d’air. Il y a beaucoup de révélations.»

Par exemple, voici une ventilation des émissions pour les entreprises qui ont collaboré avec Radicle dans le secteur de la fabrication (SCIAN 33).

Provenance des émissions dans le secteur de la fabrication (SCIAN 33).

Provenance des émissions dans le secteur de la fabrication (SCIAN 33) Agrandir l'image

Comment puis-je réduire l’empreinte carbone de mon entreprise?

En sachant comment votre entreprise génère des émissions, vous aurez l’information nécessaire pour élaborer un plan de réduction. Les spécialistes se concentrent généralement sur les sources d’émissions les plus importantes. Il est utile d’examiner ce que d’autres entreprises ont fait, y compris celles de votre secteur.

Vous pouvez utiliser les principes de la production à valeur ajoutée et de l'efficacité pour trouver des façons de réduire les émissions. Une méthode pour établir l’ordre de priorité des solutions les plus efficaces est l'analyse Pareto ou la règle des 80-20, qui repose sur l’idée que la plupart des problèmes sont généralement attribuables à un petit nombre de facteurs.

Selon Elizabeth Sheehan, il est possible de réduire les émissions dans n’importe quel secteur. Elle mentionne le cas d’une entreprise de services professionnels qui ne pensait pas avoir beaucoup de possibilités de réduire son empreinte carbone. «Puis, nous avons analysé les données et l’entreprise a réussi à réduire de 10 % ses émissions en un an, tout simplement en changeant ses produits de bureau.»

La plupart des émissions se produisent dans quatre secteurs: l’électricité, le chauffage, les matériaux et le transport. Voici des exemples de projets possibles dans chacune des différentes catégories.

  1. L’électricité – domaines à privilégier:
    • les changements de comportement (éteindre et débrancher les appareils)
    • les immobilisations (investir dans des congélateurs plus récents et plus efficaces)
    • un équipement simple (passer à des lampes à DEL et à des capteurs de mouvement pour l’éclairage)
  2. Chauffage – domaines à privilégier:
    • les changements de comportement (ajuster les températures)
    • les immobilisations (moderniser les chaudières et les réservoirs d’eau chaude, moderniser les systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation)
    • un équipement simple (installer des aérateurs à faible débit sur les éviers et des gicleurs à faible débit sur les lave-vaisselle)
  3. Matériaux – domaines à privilégier:
    • l’emballage (réduire la taille des emballages, utiliser des matières recyclées)
    • l’utilisation de papier (passer aux relevés électroniques, acheter du papier 100 % recyclé)
    • le réacheminement des déchets (améliorer le tri des déchets, introduire de nouveaux flux de recyclage)
  4. Transport – domaines à privilégier:
    • l’expédition par des tierces parties (regrouper les commandes et les expéditions en un seul déplacement)
    • les voyages d’affaires (conférences Web, véhicules écoénergétiques)
    • le comportement de la flotte (réduire de la marche au ralenti, surveiller la vitesse, optimiser les itinéraires)
    • le changement de carburant de la flotte (utiliser des carburants de remplacement)
    • le remplacement de la flotte/des immobilisations (mettre à niveau les véhicules avec des modèles plus écoénergétiques)
    • les déplacements du personnel (permettre le travail à distance)

Lorsque vous planifiez votre stratégie de réduction des émissions, assurez-vous de faire participer votre équipe afin d’obtenir son avis et son adhésion aux changements. «En fin de compte, ce sont les membres de votre personnel qui réussissent à réduire les émissions, souligne Elizabeth Sheehan. Il est important d’avoir un très bon engagement et une équipe qui se sent outillée, habilitée et bien formée relativement aux occasions qui se présentent.»

La réduction des émissions n’est pas un projet ponctuel. Il s’agit d’un processus d’amélioration continue. À mesure que vous réalisez des projets et obtenez des résultats, rencontrez de nouveau votre équipe pour planifier la prochaine série de réductions.

Elizabeth Sheehan recommande d’informer votre personnel, votre clientèle et la collectivité des mesures que vous avez prises et des résultats obtenus. «Parler de vos efforts en matière de climat à d’autres est un acte de générosité, dit-elle. Vous partagez vos bonnes idées et votre esprit d’innovation sur les moyens de changer les choses plus rapidement et de meilleure façon.»