La persévérance est parfois la clé du succès en affaire | BDC.ca
logo BDC

Goûter au succès – Une mère monoparentale crée une pâtisserie primée alors qu’elle se remet d’un accident

Lisa Allain a relevé de nombreux défis pour bâtir une entreprise prospère

Partager

Lisa Allain

Lisa Allain était une jeune maman qui commençait tout juste à travailler comme infirmière lorsqu’un terrible accident de voiture a changé sa vie. Victime de graves lésions cérébrales et d’autres blessures qui l’ont clouée au lit pendant un an, elle a dû réapprendre à marcher et à tenir des objets. Comble de malheur, elle a appris qu’elle était atteinte d’une tumeur au cerveau!

Le mariage de Mme Allain a pris fin et elle a perdu son permis d’infirmière.

Devenue mère chef de famille et incapable de travailler, elle a dû recourir aux banques alimentaires pour nourrir ses trois enfants.

Puis, la chance a tourné lors du premier anniversaire de son plus jeune enfant. «J’ai fait des biscuits et les gens ne tarissaient pas d’éloges. Ils voulaient en acheter, raconte-t-elle. Je me suis dit: “Hum! Je pourrais peut-être faire un peu d’argent pour nourrir mes enfants.”»

Des œuvres d’art comestibles à prix abordable

De cette inspiration est née une remarquable histoire d’entrepreneuriat et de persévérance. Mme Allain n’avait jamais cuisiné auparavant, mais elle avait un esprit artistique et adorait la décoration. En 2016, elle a commencé à confectionner des gâteaux pour les fêtes d’anniversaire à partir de son domicile à Welland, en Ontario. Puis, elle a déménagé dans une plus grande maison pourvue d’une deuxième cuisine qu’elle a transformée en pâtisserie commerciale. Elle a appelé son entreprise Talent 2 Design et adopté comme slogan «Edible pieces of art – Affordable prices» («Des œuvres d’art comestibles à prix abordable»).

Les affaires ont rapidement pris leur envol. Mme Allain cuisinait souvent la nuit après que les enfants s’étaient endormis. Son secret consistait à utiliser des recettes simples, attrayantes et abordables. «Il y a beaucoup de mères monoparentales et de parents qui travaillent fort pour pouvoir offrir de belles choses à leurs enfants, dit-elle. Mais certains chefs pâtissiers mettent un prix trois fois plus élevé que moi sur ces articles.»

«Il est possible de faire en sorte que les produits soient plus abordables. Mon marché est constitué de gens qui travaillent dur, comme moi.»

Un revers transformé en occasion

Afin d’acheter de l’équipement et un véhicule pour l’entreprise, Mme Allain a obtenu un prêt de Rise Asset Development, un organisme sans but lucratif qui offre du financement et du coaching aux entrepreneurs aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie. BDC a aidé Rise à financer des prêts ainsi que son programme de mentorat, et lui a fourni du personnel pour servir de coachs bénévoles.

Mais le malheur a de nouveau frappé Mme Allain lorsqu’un refoulement des égouts municipaux a inondé sa cuisine commerciale de 40 cm d’eau. Elle a dû installer sa famille à l’hôtel pendant deux mois et n’a pas pu exploiter son entreprise. «Cela a été mon point de rupture, lance-t-elle. Tout ce que j’avais créé, tout ce que j’avais investi, mon prêt commercial… qu’est-ce que je pouvais faire?»

Mme Allain a décidé de transformer ce revers en occasion. Elle a déménagé son entreprise de pâtisserie dans un local ayant pignon sur rue au centre-ville de Welland. L’ouverture officielle a eu lieu en 2018. Même le maire était présent.

«Je me suis lancée dans l’entrepreneuriat par nécessité. Je n’avais pas réalisé que j’étais une entrepreneure avant d’ouvrir le magasin», dit-elle.

Le goût de la réussite

Après son accident, Lisa Allain croyait avoir tout perdu. Elle s'est remise sur pied en créant sa propre entreprise.

Lauréate de nombreux prix

Par la suite, l’entreprise de Mme Allain a connu une croissance encore plus rapide. Elle compte maintenant cinq employés et deux étudiants stagiaires. Talent 2 Design a remporté de nombreuses distinctions, dont celle de meilleure entreprise de pâtisserie de la ville pendant trois années consécutives. Elle a également reçu le prix de la réussite entrepreneuriale décerné par Rise.

L’entrepreneure n’était toutefois pas au bout de ses peines. Peu après l’ouverture de son magasin, elle a appris qu’elle devait subir une chirurgie au cerveau en raison de complications liées à sa tumeur. C’était pratiquement plus que ce qu’elle pouvait endurer.

«Il y a eu de nombreux épisodes où j’ai franchi le pas de la porte et je me suis effondrée, dit-elle. Je me sentais tellement minable. Je pouvais à peine marcher. C’était mon personnel qui me disait: “Ça vaut le coup.” Je suis heureuse d’avoir pu compter sur eux et d’avoir eu ma pâtisserie pour me distraire.»

Les jours les plus sombres

Ses enfants l’ont aussi aidée à continuer à aller de l’avant. «Parfois, je vivais mes jours les plus sombres, se souvient-elle. Puis mes enfants venaient me dire: “Je t’aime, maman”, ou ils me serraient dans leurs bras. Ça m’a montré qu’il y a une raison pour laquelle je suis ici.»

Mme Allain s’est également beaucoup appuyée sur les conseils de ses mentors à Rise. Ils l’ont aidée à préparer un plan d’affaires, à acquérir des compétences entrepreneuriales et à embaucher des employés pour combler les connaissances qui lui manquaient. «La chose la plus importante que j’ai apprise a été de cerner mes lacunes et d’embaucher les gens qui peuvent les compenser», dit-elle.

Reconnaissante du soutien de sa collectivité, Mme Allain ne ménage pas les efforts pour redonner à la communauté. Chaque mois, elle fait don de pâtisseries à l’église qui gère la banque alimentaire. Elle fait aussi des dons aux écoles, aux événements locaux et aux organismes de bienfaisance.

De grands projets d’expansion

Mme Allain embauche également des personnes handicapées à qui elle fournit des aménagements en milieu de travail, tels que des espaces de travail ou des horaires adaptés. «On m’a offert une seconde chance, et je crois que je suis ici pour permettre à d’autres personnes de bénéficier de la possibilité de subvenir aux besoins de leurs enfants. J’ai un handicap et je ne veux pas regarder les gens différemment», dit-elle.

Mme Allain a de grands projets pour continuer à développer son entreprise, dont l’ouverture d’un deuxième magasin et la vente de ses produits dans des magasins de détail.

Elle n’arrive toujours pas à croire à sa réussite. «Quand je prépare la paie, je trouve toujours surréel d’avoir créé cette entreprise, dit-elle. Ce n’est pas facile d’être entrepreneure. Des obstacles vont se présenter, mais il faut persévérer. Le jeu en vaut la chandelle.»

Partager

v17.9.0.10395