Étapes essentielles avant d’acheter une entreprise | BDC.ca
logo BDC

Étapes essentielles AVANT d’acheter une entreprise

Temps de lecture: 5 minutes

Partager

Avant de faire l'acquisition d'une entreprise, vous devez savoir exactement ce que vous achetez. Cela peut s'avérer difficile. L'évaluation d'une entreprise n'est pas un exercice simple ni une science exacte. Elle fournit seulement un chiffre théorique qui vous donnera une idée du juste prix à payer pour votre achat.

Diligence raisonnable

La première chose à faire lorsque vous désirez acheter une entreprise est d'évaluer ses états financiers, son statut juridique et ses actifs, notamment les stocks, l'équipement et les comptes clients. Pour ce faire, vous devriez retenir les services de spécialistes externes et internes.

Vous devez aussi confirmer la bonne foi du vendeur et la viabilité de l'entreprise. Si la plupart des ventes sont générées par un petit nombre de clients, par exemple, vous devrez vous assurer que ceux-ci sont disposés à continuer de faire affaire avec la société une fois que vous en aurez fait l'acquisition.

Vous devez aussi prendre en compte les changements que vous avez l'intention d'apporter au sein de l'entreprise une fois que vous l'aurez acquise. Aussi essentiels que puissent être ces changements, les coûts qu'ils entraîneront pourraient réduire considérablement le rendement du capital que vous avez investi.

Évaluation des actifs

Le vendeur doit vous fournir la liste détaillée des actifs mis en vente. Ceux-ci peuvent comprendre les terrains, les bâtiments, l'équipement, les stocks, le nom de l'entreprise, sa liste de clients et tout contrat qui a été conclu avec les employés et les fournisseurs, ainsi que les charges payées d'avance et la propriété intellectuelle.

Lorsque vous déterminez la valeur de l'équipement d'une entreprise, assurez-vous d'avoir les numéros de modèle, les dates d'achat et un journal de l'état du matériel ou de l'équipement, ainsi que les calendriers d'entretien et les détails des garanties. Pour évaluer les stocks, vérifiez leur âge et leur état. Certains sont-ils désuets? S'il s'agit de biens périssables, reste-t-il encore beaucoup de temps avant que leur date de péremption soit dépassée? Au moment d'évaluer les comptes clients, vous devrez déterminer dans quelle mesure les montants dus seront remboursés. Les comptes clients sont-ils vieux? Sont-ils recouvrables? La provision pour créances irrécouvrables est-elle suffisante? Certains comptes font-ils l'objet d'un litige?

Dettes de l'entreprise

Selon la nature des actifs, il est possible que vous deveniez responsable, en tant qu'acheteur, de prêts ou d'autres dettes de l'entreprise. Un ancien prêteur pourrait même être en mesure de procéder à la saisie des actifs de l'entreprise en guise de remboursement d'un prêt, vous laissant par le fait même les mains vides. Vous devez savoir si l'entreprise a conclu des ententes susceptibles de diminuer la valeur des actifs ou de restreindre votre liberté d'action.

Évaluation de la juste valeur marchande (JVM)

La juste valeur marchande d'un actif peut être calculée de différentes façons. Dans le cas d'actifs comme des biens immobiliers, de grosses pièces d'équipement ou de stocks spécialisés, une évaluation par un spécialiste peut s'imposer. De même, une agence de recouvrement peut vous aider à évaluer la véritable valeur des comptes clients, particulièrement si vous évaluez une entreprise qui a beaucoup de clients.

Ne vous en remettez jamais au seul jugement de votre comptable ou du vendeur. Il est toujours préférable d'obtenir un rapport indépendant d'un spécialiste en évaluation d'entreprise. Ce domaine n'est pas réglementé, mais l'Institut canadien des experts en évaluation offre des lignes directrices ainsi qu'un code d'éthique.

Il existe deux méthodes principales pour évaluer une entreprise: l'une est fondée sur les actifs, l'autre, sur les bénéfices et les flux de trésorerie. La méthode de la valeur des actifs (ou approche patrimoniale) repose soit sur la valeur comptable – l'actif de l'entreprise moins son passif, comme le démontrent les états financiers – soit sur la valeur de liquidation: ce qu'une entreprise pourrait rapporter si on liquidait tous ses actifs, payait toutes ses dettes dont ses impôts, et que l'on distribuait ensuite le montant restant à ses actionnaires. Une évaluation par les bénéfices (ou approche bénéfices) porte plus particulièrement sur les flux de trésorerie actuels et prévus de l'entreprise.

Bien qu'il soit recommandé de comparer votre acquisition potentielle avec celle d'une transaction similaire, il s'avère rarement possible de le faire. En général, peu de renseignements sont rendus publics sur des ententes de ce genre, et les modalités de toute entente sont souvent trop étroitement liées aux conditions économiques particulières à un secteur pour qu'il soit réellement possible d'établir des comparaisons.

Acquisition des actions – qu'en est-il?

Quiconque achète des actions d'une entreprise, acquiert une part de l'entreprise, et cela vient avec tous ses actifs et toutes ses dettes, que celles-ci soient ou non inscrites dans ses livres comptables. Une convention d'achat peut renfermer une clause stipulant que l'acheteur participera activement à la gestion de l'entreprise ou qu'il sera un associé passif. Grâce à cette dernière option, il est possible de procéder à une transition plus graduelle entre les propriétaires, en réduisant le prix payé par l'acheteur et en permettant aux propriétaires actuels d'initier les acheteurs au fonctionnement de leur entreprise. L'acheteur a parfois l'option, d'acheter plus tard le reste des actions et de devenir ainsi l'unique propriétaire de l'entreprise. Ce scénario est surtout possible dans les cas où l'entreprise que vous convoitez est cotée en bourse et si l'acheteur a acheté un nombre suffisant d'actions pour exercer une certaine influence sur la façon dont elle est dirigée. Si l'entreprise est une société privée, les propriétaires pourraient préférer une vente pure et simple.

Ces transactions comportent toujours certains risques. Des ententes de ce type peuvent tourner au vinaigre si l'acheteur ne s'entend pas avec les propriétaires antérieurs ou si les nouveaux et les anciens propriétaires ont des stratégies conflictuelles. L'acheteur peut aussi devenir involontairement responsable de passifs, tels que des avis de redressement, actions en justice et réclamations liées à des garanties et autres, qui n'étaient pas comptabilisés dans les états financiers de l'entreprise. Le nouveau propriétaire doit aussi éviter d'être lié par les plans d'amortissement de l'ancien propriétaire, qui peuvent être modifiés selon le prix d'achat.

Partager

v17.9.0.10395