Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Envisagez-vous de prendre votre retraite? Voici comment planifier votre départ

Préparer une entreprise à la vente peut en accroître la valeur

Temps de lecture: 6 minutes

Partager

De nombreux entrepreneurs ont du mal à envisager de quitter leur entreprise alors qu’ils s’y sont investis corps et âme pendant tant d’années. Par conséquent, la planification d’une transition éventuelle se fait souvent à la dernière minute.

«La gestion des activités quotidiennes d’une entreprise est déjà suffisamment ardue. Il est difficile pour le propriétaire d’entreprise de trouver du temps pour réfléchir à son plan de sortie», explique Jade Hipson, directrice de comptes principale à BDC. «En commençant à élaborer un plan de sortie quelques années avant votre départ prévu, vous aurez plus de chances de partir selon vos propres conditions le moment venu.»

Ce «moment» peut sembler bien lointain, d’autant plus que de nombreux entrepreneurs gardent un pied dans leur entreprise bien au-delà de 60 ou 70 ans. Malgré tout, préparer votre retraite vous permettra de mieux examiner les options qui s’offrent à vous et de maximiser la valeur de votre entreprise.

Comment vous retirerez-vous? Trois options s’offrent à vous

En général, les entrepreneurs peuvent quitter une entreprise pour prendre leur retraite de trois manières. Chacune d’entre elles s’accompagne de ses propres considérations émotionnelles et financières.

1. La relève

Vous pourriez envisager de vendre votre entreprise à un membre de votre famille, à votre équipe de gestion ou à un employé clé, ou même à une personne de votre réseau que vous aurez vous-même choisie. Il s’agit d’une option intéressante si vous êtes très soucieux de la manière dont l’entreprise poursuivra ses activités après votre départ, en gardant la même vision et les mêmes valeurs que celles que vous lui avez données.

Une succession interne est également plus susceptible de se faire en douceur, puisque les dirigeants, les employés ou votre famille connaissent déjà l’entreprise. Cela vous permet de vous assurer que les employés sont pris en charge puis de quitter l’entreprise progressivement, ce qui peut être plus facile pour l’entreprise comme pour vous.

2. La vente

Vendre à un acheteur extérieur pourrait vous permettre de partir avec un pécule très confortable: un acheteur extérieur est davantage susceptible de proposer un prix de vente plus élevé.

Cependant, les ventes à une partie extérieure sont souvent plus agitées que les autres options qui s’offrent à vous. Si l’héritage ou la longévité de l’entreprise vous préoccupe, vous devriez prendre le temps de trouver un acheteur dont les valeurs sont semblables aux vôtres.

Vendre à un acheteur extérieur peut souvent prendre beaucoup de temps, alors préparez-vous.

Vous pouvez envisager de faire appel à une entreprise pour chercher des acheteurs en votre nom. Vous devrez constituer, à l’intention des acheteurs potentiels, un dossier d’information à regroupant des renseignements sur l’historique de l’entreprise, son évaluation, ses aspects financiers, etc. Passer en revue les offres au fur et à mesure qu’elles arrivent et trouver celle qui vous convient peut prendre du temps.

L’étape suivante consiste à faire preuve de diligence raisonnable à l’égard d’un acheteur potentiel, ce qui peut également être une source de distraction et prendre du temps. Assurez-vous que vous êtes prêt à vous soumettre à ce processus ou de charger des personnes de s’occuper de certains éléments de celui-ci. Il arrive souvent que des accords échouent à l’étape de la diligence raisonnable. Il convient d’être prêt à repartir de zéro si cela se produisait.

Dans quelle mesure continuerez-vous de participer après la vente?

En tant que vendeur, vous devez décider du type de transition que vous souhaitez effectuer avec un acheteur extérieur.

Voulez-vous vous retirer complètement ou souhaitez-vous proposer de rester pendant un certain temps sous contrat (c’est une pratique très courante)?

Êtes-vous prêt à accepter un billet du vendeur ou êtes-vous déterminé à n’accepter que les offres en vertu desquelles vous recevrez un paiement 100 % en espèces? La plupart des entrepreneurs qui vendent à un acheteur extérieur privilégient le billet du vendeur afin de maintenir le lien avec l’entreprise pendant la phase de transition et d’être en mesure de contribuer à la réussite de la vente.

3. La fermeture

Certains entrepreneurs pensent qu’il s’agit de la seule option qui s’offre à eux, estimant que leur entreprise n’a pas de valeur de vente. Cependant, les actifs incorporels, comme la propriété intellectuelle (PI), ne doivent pas être négligés.

Obtenez une évaluation professionnelle

Selon Mme Hipson, il est important d’obtenir l’avis d’un professionnel afin de connaître la valeur de votre entreprise, surtout avant de décider de fermer tout simplement boutique. Elle se souvient d’une amie qui pensait que son entreprise n’avait aucune valeur. Cette amie a fait appel à des professionnels pour obtenir des conseils, ce qui l’a aidée à vendre sa liste de clients à un concurrent à un prix d’achat calculé sous forme de pourcentage des revenus découlant de ces clients sur plusieurs années.

Même si votre entreprise a peu d’actifs, n’oubliez pas que votre liste de clients ou tout autre élément de propriété intellectuelle a de la valeur.

«Même si votre entreprise a peu d’actifs, n’oubliez pas que votre liste de clients ou tout autre élément de propriété intellectuelle a de la valeur», explique Mme Hipson. «Ces actifs pourraient vous permettre de négocier à la hausse la valeur de votre entreprise lorsque vous prendrez votre retraite. Ne l’oubliez pas.»

Votre conseiller peut également vous faire des recommandations sur la manière d’améliorer votre évaluation. Si vous vous y prenez tôt, vous aurez le temps de les mettre en œuvre et d’accroître la valeur de votre entreprise.

Augmentez la valeur de votre entreprise

Si la vente de votre entreprise fait partie de votre plan de retraite, il existe des moyens d’en accroître la valeur pour en tirer le meilleur prix. Plus vous prenez ces mesures tôt, idéalement au moins cinq ans avant votre retraite, plus les résultats que vous obtiendrez seront satisfaisants.

1. Comprendre comment votre secteur influe sur les évaluations

Les entreprises sont évaluées différemment selon le secteur dans lequel elles évoluent.

Vous devez bien comprendre comment des entreprises comme la vôtre sont évaluées à l’externe. L’évaluation se fonde-t-elle sur un multiple du BAIIDA? Sur un multiple basé sur les recettes?

Une fois que vous aurez compris ce qui crée de la valeur au sein de votre entreprise, vous pourrez élaborer un plan visant à obtenir une meilleure évaluation. Si la vente de votre entreprise se fonde sur un multiple du BAIIDA, la stratégie à suivre consiste à trouver des moyens d’améliorer cet indicateur au cours des années suivantes.

Les propriétaires d’entreprises ont souvent une perception différente de la valeur de leur entreprise par rapport à ce qu’un acheteur est prêt à payer. Demander conseil tôt peut vous aider à comprendre ces différences. Il serait dommage de découvrir que votre entreprise vaut beaucoup moins que ce que vous pensiez juste avant de la mettre en vente.

2. S’assurer d’être remplaçable

En tant que fondateur et propriétaire de votre entreprise, vous jouez un rôle essentiel dans sa croissance, sa réussite et son caractère. Cependant, ce n’est pas vous que les acheteurs potentiels acquièrent. Ils achètent vos activités. Si vous participez encore beaucoup aux activités quotidiennes de l’entreprise, commencez à donner au membres de votre équipe de gestion l’autonomie nécessaire pour qu’ils puissent prendre des décisions sans vous. Envisagez de quitter votre rôle de PDG quelques années avant de prendre votre retraite, afin que votre successeur ait la possibilité de faire la preuve de ses capacités.

3. Produire des rapports financiers détaillés et fiables

Selon les experts, les acheteurs potentiels souhaitent généralement examiner le rendement financier de l’entreprise sur au moins les trois dernières années. Bien qu’une piste de vérification sur trois ans ne soit pas absolument nécessaire, elle donne aux acheteurs extérieurs une confiance totale dans les chiffres présentés. À défaut, trois années de rapports financiers préparés dans le cadre d’une mission d’examen (le deuxième niveau le plus solide d’états financiers préparés par un expert-comptable agréé) seraient considérées comme étant adéquates.

Des rapports fiables montrant un flux de trésorerie sain avant le transfert de propriété contribueront grandement à maximiser la valeur de l’entreprise. Il est possible d’y parvenir en limitant les coûts d’exploitation, mais aussi en évitant les dépenses inutiles, notamment celles liées au mode de vie personnel du propriétaire, qui peuvent s’accumuler au fil du temps. Un exemple: les véhicules utilisés à la fois à des fins professionnelles et non professionnelles.

Partager