Prêt à taux fixe ou prêt à taux variable: lequel convient le mieux à votre entreprise?

La décision repose sur les tendances en matière de taux, l’appétit pour le risque, les perspectives de croissance et bien plus encore.

Lecture de 11 minutes

Un taux fixe ou un taux variable? Lequel devriez-vous choisir pour votre entreprise?

C’est l’une des principales questions que se posent les propriétaires d’entreprise au moment de demander un prêt auprès d’une banque. La réponse dépend de la situation.

Il ne s’agit pas simplement de déterminer si les taux augmenteront ou diminueront. De nombreux autres facteurs entrent en jeu, comme votre appétit pour le risque, vos perspectives de croissance, la période d’amortissement du prêt et la stabilité de vos revenus.

Tout n’est pas noir ou blanc. Les taux d’intérêt ne sont qu’un morceau du casse-tête. Chaque situation est unique. 

«Tout n’est pas noir ou blanc, souligne David Ure, directeur, Financement corporatif, BDC. Les taux d’intérêt ne sont qu’un morceau du casse-tête. Tout dépend de votre entreprise, de votre vision du marché et d’une foule de facteurs internes propres à vos activités.»

Il souligne que les clientes et les clients lui demandent souvent s’il est préférable d’opter pour un taux fixe ou un taux variable. Il s’agit d’une question épineuse puisque la situation de chaque entreprise est unique. «Nous pouvons renseigner la cliente ou le client pour l’aider dans sa décision, mais nous ne pouvons pas lui dire quoi faire. Chaque situation est unique.»

Quelle est la différence entre un taux fixe et un taux variable?

Un taux d’intérêt fixe reste le même pour toute la durée du prêt. Les institutions financières fixent généralement le taux en fonction du rendement des taux obligataires en vigueur.

Il est généralement impossible de rembourser un prêt à taux fixe avant la date prévue sans l’autorisation de la prêteuse ou du prêteur, auquel cas une pénalité est habituellement exigée.

Un taux d’intérêt variable peut changer pendant toute la durée du prêt. Il repose sur un taux de référence qui, dans la plupart des cas, correspond au taux préférentiel plus quelques points de pourcentage d’intérêt supplémentaire pour couvrir le risque que la prêteuse ou le prêteur court en prêtant l’argent. Le taux préférentiel est fondé sur le taux à un jour de la Banque du Canada.

Par exemple, si le taux préférentiel est de 5 %, une institution prêteuse peut exiger 3 points de pourcentage de plus que le taux préférentiel pour couvrir le risque bancaire, soit un taux d’intérêt de 8 %.

La Banque du Canada ajuste son taux à un jour selon l’inflation et d’autres facteurs économiques. Le taux préférentiel suit généralement les fluctuations du taux à un jour – à la hausse ou à la baisse –, parfois en décalage de quelques jours. Ces fluctuations se répercutent ensuite dans une mesure équivalente sur les prêts à taux variable.

Contrairement à un prêt à taux fixe, il est généralement possible de rembourser un prêt à taux variable au moyen de paiements forfaitaires de capital jusqu’à concurrence d’un montant précis, sans pénalité.

(BDC permet à sa clientèle de rembourser jusqu’à 15 % du capital par année, sans pénalité, autant pour les prêts à taux fixe que pour les prêts à taux variable.)

Les taux variables sont-ils moins élevés que les taux fixes?

Les taux fixes et variables se distinguent généralement par la façon dont ils sont établis. Les taux fixes sont presque toujours plus élevés que leurs équivalents variables, mais cela peut changer dans des contextes économiques plus volatils. En effet, les institutions financières peuvent exiger une prime sur les prêts à taux fixe pour tenir compte du risque qu’elles courent en fixant le taux (appelé risque de corrélation).

Le risque réside dans la possibilité que les taux augmentent. Dans une telle situation, la valeur marchande des prêts à taux fixe diminuerait, augmentant considérablement le risque pour la prêteuse ou le prêteur.

Par comparaison, le prêt à taux variable présente beaucoup moins de risque pour la prêteuse ou le prêteur, car c’est alors l’emprunteuse ou l’emprunteur qui assume le risque.

Quelle est la différence entre les versements combinés et les paiements de capital et d’intérêt?

Il est possible de rembourser un prêt à taux fixe au moyen de versements combinés ou de paiements de capital et d’intérêt (qu’on appelle aussi amortissement linéaire)

Les versements combinés restent les mêmes pendant toute la durée du prêt ou de la période d’amortissement. À mesure que le capital est remboursé, une plus grande part des versements mensuels est appliquée au remboursement de celui-ci.

Quant aux paiements de capital et d’intérêt, le montant total payé chaque mois diminue pendant toute la durée du prêt ou de la période d’amortissement. Vous remboursez le même montant de capital chaque mois, et le montant des intérêts mensuels diminue parallèlement au solde du capital.

Au bout du compte, moins d’intérêts seront perçus à la fin du prêt dans le cas des paiements de capital et d’intérêt qu’avec la méthode des versements combinés, en supposant le même taux d’intérêt. Cela s’explique par le fait que dans le premier cas, une plus grande part du paiement est appliquée au capital pendant la période initiale.

Les prêts à taux variable assortis de versements combinés ne sont généralement pas offerts pour les prêts commerciaux.

Dans quel contexte devriez-vous choisir un prêt à taux fixe ou un prêt à taux variable?

Les entreprises doivent soupeser plusieurs facteurs pour choisir entre le prêt à taux fixe ou le prêt à taux variable.

1. Tendances des taux d’intérêt

À quelle étape du cycle des taux d’intérêt sommes-nous? Il s’agit de la première question que se posent les emprunteuses et les emprunteurs lorsqu’ils envisagent de contracter un prêt à taux fixe ou à taux variable. Et pour cause. Ce choix pourrait faire en sorte de payer trop cher pour le prêt pendant des années ou d’épargner des sommes considérables.

«C’est souvent une question de vision personnelle du marché, précise David Ure. Si vous pensez que les taux augmenteront, il est peut-être préférable d’opter pour un prêt à taux fixe. Si vous croyez qu’ils ont atteint un sommet, alors vous irez probablement pour le taux variable.»

En règle générale, il est plutôt facile de savoir si les taux vont augmenter, diminuer ou rester stables pendant un certain temps. Les banques centrales et les économistes parlent habituellement des tendances à venir sur les taux d’intérêt des mois à l’avance. «Ces choses ne se matérialisent pas en vase clos, ajoute David. On en entend habituellement parler longtemps à l’avance. C’est à ce moment-là qu’il faut commencer à y réfléchir, pour ne pas être pris de court.»

Il recommande de surveiller l’économie et l’environnement des taux d’intérêt au moyen de sources comme la Lettre économique mensuelle de BDC.

Vous avez probablement avantage à prendre un prêt à taux variable si votre horizon de prêt est à long terme. 

2. Période d’amortissement

La période d’amortissement – ou la durée nécessaire pour rembourser le prêt – entre aussi en ligne de compte dans votre décision d’opter pour un taux fixe ou un taux variable. De façon générale, plus votre horizon de prêt est à long terme, plus il sera logique d’opter pour un taux variable, même en contexte de hausse des taux d’intérêt.

«Vous avez probablement avantage à prendre un prêt à taux variable si votre horizon de prêt est à long terme, souligne David Ure. Vous paierez peut-être un peu plus maintenant si les taux sont élevés, mais à un moment donné, vous paierez moins que si vous aviez opté pour un taux fixe. Au fil du temps, le taux variable vous procurera probablement un léger avantage.»

Par contre, si votre période d’amortissement est de cinq ans ou moins, il pourrait être plus judicieux de choisir un taux fixe, surtout si les taux augmentent ou sont sur le point de le faire.

3. Perspectives de croissance

Les propriétaires d’entreprise qui s’attendent à ce que leurs revenus ou marges augmentent s’inquiètent probablement moins de la hausse des taux d’intérêt et pourraient avoir une préférence pour des prêts à taux variable. En effet, des ventes ou des bénéfices plus élevés sont susceptibles de compenser toute hausse de taux d’intérêt. Ainsi, en suivant les fluctuations du marché, ces propriétaires pourraient profiter de taux d’intérêt plus bas au fil du temps.

«Ce n’est pas aussi important si votre entreprise affiche une croissance importante, précise David. Vous êtes plutôt à l’aise avec une éventuelle hausse des taux, mais vous en tirerez aussi un avantage s’ils diminuent.»

Ce qui importe alors est d’avoir une solide planification financière, qui comprend vos prévisions de trésorerie. De cette façon, vous pourrez voir l’incidence des hausses de taux sur votre fonds de roulement et préparer un plan d’urgence.

4. Stabilité des revenus

Une entreprise qui prévoit générer des revenus très constants durant les prochaines années pourrait tirer avantage d’un prêt à taux fixe. Elle pourrait transformer un coût variable en un coût fixe, ce qui lui permettrait de dresser un portrait plus stable de ses finances.

«Un taux fixe permet d’établir des marges exactes et de prévoir sa rentabilité avec précision», souligne David.

Les exploitantes et exploitants d’immeubles commerciaux dont les locataires paient un loyer fixe pendant plusieurs années en sont un exemple. «Vous obtenez un revenu fixe et vous connaissez vos marges. Il est donc logique d’opter pour un taux d’intérêt fixe même si la période d’amortissement est plus longue, simplement parce que vous connaissez vos revenus», ajoute David.

Une situation semblable serait le prêt pour l’achat d’équipement pour un projet précis. «S’il s’agit d’un projet de cinq ans et que vous amortissez le financement sur cinq ans, en connaissant les coûts fixes du financement, vous avez une meilleure idée de vos marges pour la durée du projet, explique David. Vous pouvez geler le coût du financement de façon à ne plus vous en préoccuper et à mieux contrôler vos marges.»

5. Taille de l’entreprise

La taille de votre entreprise peut jouer dans la décision d’opter pour un taux fixe ou un taux variable. Une grande entreprise privilégiera souvent le prêt à taux variable puisqu’il a tendance à être moins cher à long terme. De plus, elle est habituellement mieux placée pour absorber le risque d’une éventuelle hausse des taux d’intérêt.

Quant à la petite entreprise qui doit composer avec une trésorerie plus limitée, elle aura une préférence plus marquée pour le prêt à taux fixe pour se protéger contre les hausses inattendues des taux d’intérêt.

6. Appétit pour le risque

La tolérance au risque influe grandement sur la décision. Une entrepreneure ou un entrepreneur dont l’appétit pour le risque est élevé pourrait opter pour un taux variable si cela lui permet d’économiser de l’argent. Inversement, une personne qui a une aversion pour le risque pourrait choisir un taux fixe pour avoir l’esprit tranquille.

David Ure prend l’exemple d’un entrepreneur dont l’entreprise était en pleine croissance, mais qui a tout de même opté pour un prêt à taux fixe. Il a dit à David qu’un taux fixe lui évitait de s’inquiéter d’éventuelles surprises. «Pour lui, c’était une préoccupation de moins, dit-il. C’était réglé et il pouvait simplement se concentrer sur la croissance de son entreprise et d’autres éléments sur lesquels il n’avait peut-être pas autant de contrôle.»

Peut-on passer d’un taux variable à un taux fixe?

Il est généralement possible de passer d’un prêt à taux variable à un prêt à taux fixe pendant la durée du prêt (et vice versa), mais certaines mises en garde s’imposent.

1. Passer d’un taux variable à un taux fixe

Il est possible de passer d’un taux variable à un taux fixe; des frais de modification mineurs seront exigés. Vous pouvez aussi passer des versements combinés à taux fixe à des paiements de capital et d’intérêt à taux fixe.

2. Passer d’un taux fixe à un taux variable

Il est aussi possible de passer d’un taux fixe à un taux variable, mais il faut habituellement assumer une pénalité établie en fonction du capital restant et de tout écart entre le taux variable et le taux fixe. Cela peut représenter une somme considérable si cet écart est important.

Un tel changement peut s’avérer judicieux si l’écart entre le taux variable et le taux fixe est très faible et que vous vous attendez à ce que les taux d’intérêt diminuent, mais seulement si le solde de votre prêt n’est pas élevé. «Si vous optez pour ce changement, il est préférable de le faire si vous avez contracté le prêt il y a un certain temps, car votre capital est alors moins élevé», précise David.

Dans ce cas-ci, il est uniquement possible de transformer les paiements de capital et d’intérêt à taux fixe en leurs équivalents à taux variable. Les prêts à taux variable assortis de versements combinés ne sont généralement pas offerts pour les prêts commerciaux.

Qu’est-ce qu’un prêt à taux variable fermé?

Comme son nom l’indique, le prêt à taux variable fermé a un taux variable, mais il est assorti de versements mensuels fixes. Il s’agit en fait d’un prêt à taux variable, à versements combinés. Ces prêts sont parfois disponibles dans le cas de prêts hypothécaires résidentiels, mais ils ne sont généralement pas proposés pour les prêts commerciaux.

Est-ce que tous les prêts permettent de choisir entre un taux fixe ou un taux variable?

Oui, c’est le cas à BDC.

BDC propose-t-elle d’autres types de prêts que ceux à taux fixe et à taux variable?

Non. Tous les prêts proposés par BDC sont soit à taux fixe soit à taux variable.

Établissez un calendrier d’amortissement d’un prêt commercial

Utilisez le calculateur de prêt commercial de BDC pour calculer les coûts d’un prêt commercial et établir un calendrier d’amortissement mensuel.