Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Quel est le meilleur système de traitement des paiements en ligne pour votre entreprise?

4 aspects clés dont vous devez tenir compte quand vous choisissez un système de paiement pour le commerce électronique

Temps de lecture: 4 minutes

Partager

Mettre votre petite entreprise sur le Web en offrant un site de commerce électronique peut être un excellent moyen de trouver de nouveaux clients et d’assurer votre croissance. Mais avant de vous lancer, vous devez absolument savoir comment traiter les paiements en ligne.

Selon Martin Wiedenhoff, directeur, Croissance de revenus et expansion à BDC, il faut tenir compte de quatre principaux aspects quand vous étudiez la question du traitement des paiements sur votre site de commerce électronique.

1. Vous devez connaître vos clients

De quelle façon vos clients en ligne voudront-ils payer? Vous voudrez peut-être leur offrir les mêmes options de carte de crédit, de carte de débit et de carte prépayée qu’aux clients de votre magasin conventionnel, si vous en avez un. Cela dit, en allant sur le Web, vous aurez sans doute une variété de clients, dont certains voudront payer de façon différente.

Le plus simple est d’offrir les mêmes options qu’en magasin, mais vous devez aussi tenir compte de l'impact que cela pourrait avoir sur vos ventes si vos clients n’ont pas les options de paiement qu’ils préfèrent en ligne.

Par exemple, il est possible que vous n’acceptiez pas une carte de crédit en particulier dans votre magasin parce que les clients locaux ne l’utilisent pas – mais cela pourrait ne pas être le cas pour les clients en ligne. D’autre part, même si les cartes de débit sont largement utilisées dans les magasins, ce n’est peut-être pas la meilleure option pour le commerce électronique, car les Canadiens s’en servent rarement pour faire d’importants achats en ligne. Faites une étude de marché pour savoir où se trouvent vos clients potentiels et quelle méthode de paiement ils préféreront utiliser. Vous pouvez commencer par examiner les options de paiement offertes par vos concurrents.

M. Wiedenhoff estime qu’au bout du compte, la plupart des petites entreprises peuvent se limiter à trois ou quatre systèmes de traitement des paiements pour le commerce en ligne.

«Il n’est pas rentable d’offrir 25 options de paiement, dit-il. Vous devez cependant évaluer les coûts des occasions perdues à cause des options que vous n’offrez pas.»

2. Vous devez examiner toutes les possibilités

Comme pour les systèmes de points de vente, il existe de nombreux fournisseurs et plateformes de paiement en ligne, chacun avec ses avantages et ses inconvénients. Toutes les solutions ne sont pas disponibles dans tous les pays, ce qui est un point dont vous devez tenir compte si vous vendez à l’international.

Il est possible que votre banque offre une solution de paiement en ligne, comme Moneris, qui est probablement un prolongement du système de paiement par cartes de crédit et de débit que vous utilisez en magasin. Vous aurez peut-être droit à une ristourne si votre système de points de vente et votre système de paiement en ligne proviennent tous les deux de votre fournisseur actuel.

D’autres fournisseurs font appel à l’infonuagique et offrent des plateformes de paiement SaaS (software-as-a-service ou logiciel-service). PayPal et Stripe appartiennent à cette catégorie. Ces solutions peuvent être plus chères que les options plus connues, mais sont souvent accompagnées de fonctions supplémentaires, comme le règlement des différends et la protection contre les fraudes, ce qui permet d’offrir globalement une meilleure expérience client. (Si vous vous intéressez à une solution SaaS, regardez d’abord si elle sera facile à intégrer à votre logiciel de comptabilité.)

3. Vous devez comprendre les frais associés

Comme pour les systèmes de points de vente en magasin, les fournisseurs de systèmes de paiement pour le commerce électronique facturent des frais sous forme de pourcentage pour chaque transaction (généralement, moins de 5 %). Étant donné que leurs taux sont différents, assurez-vous de visiter leur site Web pour avoir l’information la plus à jour. Vérifiez aussi s’il existe d’autres frais, par exemple, des frais mensuels, des frais de quantité minimale, des frais de refacturation ou des frais de conversion de devises – tout cela peut faire augmenter rapidement votre facture. Si un fournisseur exige des frais plus élevés, qu’offre-t-il en retour?

4. Vos données doivent être sécurisées

Vous ne pouvez pas traiter les paiements en ligne sans avoir une bonne sécurité informatique. Qu’arriverait-il à vos clients – et à votre réputation – si quelqu’un entrait par effraction dans votre système et volait des renseignements personnels ou financiers? Vous devez vous assurer que votre site de commerce électronique peut crypter et sécuriser les données fournies par vos clients.

En conclusion

Martin Wiedenhoff vous recommande de calculer soigneusement votre marge de profit pour chaque élément de facturation d’une transaction en ligne lorsque vous essayez de déterminer quel est le meilleur système de paiement.

Si vous additionnez tous les coûts – et pas seulement les frais de transaction liés à votre système de paiement, mais aussi les frais d’expédition, de retour, etc. – et que vous réalisez encore un bénéfice, tout va bien. Sinon, vous déciderez peut-être de vendre certains produits en magasin seulement.

«Il est facile de croire que vous vendrez davantage de produits à un plus grand nombre de consommateurs du simple fait d’avoir un site de commerce électronique, souligne M. Wiedenhoff. Mais si vous faites des recherches et que vous examinez tous les coûts à prévoir, vous aurez une idée beaucoup plus précise de ce qu’un tel site peut vous apporter.»

Cela vous demandera peut-être un peu plus de travail au début, mais si vous prenez le temps de faire ces calculs, vous serez en mesure de prendre de meilleures décisions à l’égard de votre système de paiement en ligne et de votre stratégie globale de commerce en ligne.

Partager