Comment rendre compte des efforts que vous déployez pour atténuer les risques liés au climat?

L’adoption d’une approche structurée relativement aux risques liés au climat vous aidera à construire une entreprise plus durable.

Temps de lecture: 11 minutes

Partager

Chaque propriétaire d’entreprise sait que la gestion d’une entreprise comporte des risques. Les chefs d’entreprises qui connaissent le succès savent déterminer ces risques et prendre des mesures pour y faire face.

Les changements climatiques constituent l’un des plus grands risques auxquels sont actuellement confrontées les entreprises canadiennes, et il est facile de négliger ce risque dans un quotidien surchargé, dit Laura Zizzo, cofondatrice et directrice générale de Manifest Climate, une entreprise qui reçoit du soutien de BDC.

«Toutes les entreprises, et non seulement celles des secteurs énergivores, devraient considérer le risque lié au climat comme un impératif financier, un élément essentiel de leurs activités», dit-elle.

Laura Zizzo donne les conseils suivants aux propriétaires d’entreprises qui souhaitent prendre des mesures pour atténuer les risques liés au climat et commencer à rendre compte de leurs progrès.

Il ne s’agit plus uniquement de durabilité. C’est une question de viabilité, une question à laquelle la haute direction doit réfléchir. 

Comment aborder les risques liés au climat?

Pour faire face aux risques liés au climat, vous devez les intégrer à votre planification stratégique.

Cela ne doit pas nécessairement prendre beaucoup de temps ou être compliqué. Réfléchissez aux ressources que votre entreprise utilise, à leur coût, à l’évolution possible de ces coûts et à ce qu’il pourrait en coûter pour éviter les pires conséquences des changements climatiques.

Il y a deux grandes catégories de risques et de coûts liés au climat auxquels il faut penser.

1. Les risques transitionnels alors que le monde passe à une économie sans combustibles fossiles

Réfléchissez aux secteurs de vos activités qui dépendent des combustibles fossiles, que ce soit pour le transport, le chauffage ou la fabrication.

  • Combien vous coûtent-ils actuellement?
  • Comment ces coûts évolueront-ils à mesure que les combustibles fossiles seront de moins en moins disponibles?
  • Quelles sont les sources d’énergie de remplacement disponibles?
  • Quand allez-vous pouvoir les mettre en œuvre?
  • Comment tout cela va influer sur vos coûts?

2. Les risques physiques liés à des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus fréquents

Réfléchissez à des stratégies qui protègent votre entreprise des conséquences de tels événements.

  • À quelles conditions météorologiques pouvez-vous vous attendre dans votre région?
  • Quelles mesures de protection pouvez-vous mettre en place et comment pourraient-elles changer votre façon de travailler? Par exemple, quels sont vos plans d’urgence si votre chaîne d’approvisionnement est perturbée par les conditions météorologiques?
  • Quels sont les coûts liés aux changements que vous pourriez devoir faire?
  • Quels sont les coûts potentiels de ne pas mettre en place de mesures de protection?

Vos efforts en matière d’environnement se traduiront également par des possibilités pour votre entreprise.

  • Efficacité des ressources – L’efficacité énergétique ainsi que la réduction de la consommation de matériaux et d’eau peuvent générer d’importantes économies pour votre entreprise.
  • Sources d’énergie – L’adoption de sources d’énergie à faible taux d’émission pourrait avoir un impact financier positif sur votre entreprise, tout comme la participation à un marché du carbone ou l’utilisation de nouvelles technologies.
  • Produits et services – Le développement de nouveaux produits ou services, la diversification de vos activités ou l’évolution des préférences des consommateur.trices peuvent faire augmenter vos revenus et améliorer votre position concurrentielle.
  • Marchés – Les entreprises qui développent un modèle commercial durable pourraient par exemple faire affaire avec les gouvernements ou sur les marchés financiers verts.
  • Résilience – La création d’un produit plus résilient pourrait augmenter la valeur de votre entreprise et protéger vos revenus en temps de crise.

Le tableau ci-dessous permet de comprendre rapidement comment les risques et les possibilités liés au climat peuvent interagir avec vos revenus, vos dépenses, vos actifs et vos passifs, ainsi que vos capitaux et votre financement.

Risques climatiques, possibilités et impact financier

Source : GIFCC, rapport 2017, pp. 8-9

Atténuez les risques liés au climat dans votre entreprise

Après avoir déterminé les principaux risques pour votre entreprise, commencez à les surveiller et prenez des mesures pour les atténuer.

1. Mesurez votre l’empreinte carbone actuelle de votre entreprise

L’empreinte carbone est la quantité totale de gaz à effet de serre que votre entreprise émet dans l’atmosphère. Ces émissions sont généralement réparties en trois catégories, ou portées.

  • Portée 1: Émissions produites directement de sources détenues ou contrôlées par votre entreprise (p. ex., véhicules, fours, chaudière, équipement)
  • Portée 2: Émissions générées indirectement par la consommation d’énergie achetée par votre entreprise (par ex., électricité, chaleur, refroidissement)
  • Portée 3: Toutes les autres émissions indirectes (par exemple, utilisation de matériaux, déchets, déplacements professionnels, déplacements du personnel avec des véhicules qui ne sont pas possédés ou contrôlés par votre entreprise)

Les entreprises commencent généralement par évaluer les émissions des portées 1 et 2 et prendre des mesures pour les réduire.

Cela signifie faire l’inventaire des installations, machines, équipements, véhicules et activités de votre entreprise et déterminer la quantité de gaz à effet de serre qu’ils émettent.

Vous pouvez lire une explication plus détaillée dans l’article intitulé Comment mesurer votre empreinte carbone.

2. Réduisez les émissions de gaz à effet de serre de votre entreprise

Lorsque vous aurez déterminé les sources des émissions de gaz à effet de serre de votre entreprise, vous pourrez élaborer un plan de réduction. La majorité des émissions se produisent dans les quatre secteurs suivants:

  • Électricité
  • Chauffage
  • Matériaux
  • Transport

La plupart des entreprises commencent par s’occuper des plus grandes sources d’émissions. Par exemple, vous pourriez remplacer certaines immobilisations et investir dans des machines plus efficaces ou rénover votre bâtiment pour en améliorer l’isolation.

3. Rendez compte de vos initiatives

Après avoir pris des mesures pour atténuer l’impact de votre entreprise, vous devriez vous efforcer de rendre compte aux employé.es, aux client.es et à la collectivité des initiatives que vous avez prises et de leurs résultats. Non seulement vous montrerez ainsi que vous agissez, mais cela peut aussi aider à donner des idées aux autres. Selon sa forme, votre rapport peut également vous aider à faire un suivi de vos efforts pour que l’action en matière de climat reste une priorité.

Quel format devrait prendre le rapport environnemental?

Bien qu’il n’existe pas de modèle de rapport environnemental standard et unique, de nombreuses sociétés ouvertes ont commencé à utiliser un cadre créé par le Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (GIFCC).

Les sociétés ouvertes sont tenues par la loi de divulguer les informations susceptibles de nuire à leurs finances (y compris les facteurs environnementaux). Elles peuvent également communiquer ces informations dans les plans d’entreprise à usage interne et dans les rapports annuels adressés aux actionnaires.

Les sociétés fermées ne sont pas tenues de publier des informations financières, mais il peut y avoir de bonnes raisons de le faire – et même si le GIFCC a été créé pour les grandes sociétés ouvertes, il peut quand même inspirer vos propres rapports.

Selon Laura Zizzo, les entreprises privées, plus petites, décident d’établir des rapports environnementaux pour deux raisons:

  • Elles vendent ou fournissent des services à une grande entreprise qui a besoin de préciser les risques liés au climat dans sa chaîne d’approvisionnement, que ce soit pour gérer ses objectifs ou pour produire ses propres informations sur le climat.
  • Il est préférable d’agir de manière proactive et de commencer à rendre compte de la durabilité, par exemple, avant que les pressions du marché ou les exigences réglementaires ne le rendent obligatoire.

L’objectif de votre rapport environnemental en déterminera le format. Si l’une de vos entreprises clientes vous demande de rendre compte des risques liés au climat, le format à utiliser sera probablement dicté par cette organisation.

Si vous essayez simplement de prendre les devants, il n’existe pas de format de rapport standard. Toutefois, Manifest Climate recommande de créer un document d’une page décrivant la façon dont vous abordez les changements climatiques. Cela peut être l’occasion de déterminer les risques et d’y réfléchir, de documenter un plan d’affaires ou un plan stratégique, et de prendre des décisions et de les présenter aux investisseur.euses, aux prêteur.euses, aux compagnies d’assurance ou aux client.es si on vous le demande.

Que devrait comprendre le rapport environnemental?

Qu’il s’agisse d’un format prescrit ou du formulaire d’une page que vous aurez créé, les éléments à y intégrer varieront d’un secteur à l’autre. Par exemple:

  • une entreprise de technologie pourrait rendre compte de ses plans pour réduire les déchets dangereux;
  • une entreprise de transport pourrait rendre compte de sa transition vers les véhicules électriques;
  • un fabricant de produits chimiques pourrait rendre compte de sa consommation d’eau.

Tous les rapports visent à faire mieux connaître les ressources naturelles utilisées par une entreprise, afin d’en utiliser moins si possible et d’alléger leur impact global sur l’environnement.

Pourquoi rendre compte des risques liés au climat?

1. Pour éviter les mauvaises surprises

Selon Laura Zizzo, les facteurs qui rendent les rapports environnementaux importants pour les grandes sociétés ouvertes le sont également pour les entreprises plus petites ou les sociétés fermées. Quelle que soit la taille de l’entreprise, les risques liés au climat et les questions de développement durable peuvent avoir une incidence sur ses actifs, ses passifs, ses coûts et même sa capacité à faire des affaires et à générer des revenus.

«La hausse des prix de l’essence, les restrictions d’approvisionnement, la rotation du parc automobile, la rareté des ressources ou l’incertitude quant au marché sont toutes des questions

vraiment importantes dont les entreprises de toutes tailles doivent tenir compte afin de ne pas être prises par surprise.

Si les investisseurs et investisseuses se soucient de la durabilité, ce n’est pas seulement pour faire bonne impression. C’est parce qu’elle est essentielle pour le succès à long terme de l’entreprise.

2. Pour prendre des décisions opérationnelles plus judicieuses

En faisant un suivi minutieux de la façon dont votre entreprise utilise ses ressources, vous disposerez de plus de données pour la planification stratégique et vous serez en mesure de prendre de meilleures décisions en matière de dépenses pour améliorer la rentabilité de votre entreprise et la protéger.

Par exemple, une évaluation lucide des risques et des possibilités en matière d’environnement pourrait vous aider à renforcer vos activités en procédant à:

  • des améliorations des processus qui réduisent le gaspillage, comme le passage au zéro papier;
  • des investissements qui réduisent les coûts énergétiques, par exemple dans de nouvelles portes et fenêtres, et dans l’isolation;
  • des changements qui préparent votre entreprise pour mieux résister aux catastrophes naturelles.

3. Pour attirer et retenir les investisseur.euses et les client.es

Les banques, les compagnies d’assurance, les institutions prêteuses et les investisseur.euses savent que la durabilité est essentielle à la viabilité d’une entreprise.

«Si vous cherchez du capital de risque, les investisseurs et investisseuses commencent par poser des questions à ce sujet, et les entreprises qui ne font pas partie de la solution climatique sont pénalisées, explique Laura Zizzo. En revanche, l’accès au capital disponible est grandement facilité si vous pouvez débattre de votre contribution à cet égard.

Ce n’est pas qu’une question de coûts. Il s’agit de réfléchir à ce que fait votre entreprise, à son apport à la transformation climatique et à la manière dont vous devriez aborder ces questions pour la réussite à plus long terme de votre entreprise.

Les grandes entreprises s’efforcent également de plus en plus de créer des chaînes d’approvisionnement durables. Le fait de réfléchir dès maintenant à la divulgation de vos données sur les risques liés au climat et de planifier un avenir plus vert pourrait vous placer dans une position particulièrement favorable pour vendre à ces entreprises.

Il en va de même si vous souhaitez vendre votre entreprise à une société de capital-investissement ou à un.e acheteur.euse stratégique. Ces entreprises intègrent de plus en plus les critères de durabilité dans leurs décisions d’investissement, non seulement pour gérer les risques, mais aussi pour créer de la valeur. La mise en place de technologies propres, de processus à faible production de déchets, de plans d’émissions nettes nulles et de politiques de diversité et d’inclusion rendra votre entreprise encore plus attrayante pour ce type d’investisseur.euses.

Partager