De champion du monde à entrepreneur en série | BDC.ca
logo BDC

De champion du monde à entrepreneur en série

Après une longue carrière en ski acrobatique, Lloyd Langlois s’est réinventé comme entrepreneur

Partager

Lloyd Langlois

Lloyd Langlois avait 14 ans quand un conseiller en orientation lui a demandé quel métier il souhaitait faire. Le jeune homme lui répond simplement qu’il veut être champion du monde de ski acrobatique. Rien de moins!

«Je ne voulais pas seulement être skieur acrobatique, mais aussi champion du monde», se rappelle fièrement celui qui était membre de la célèbre “Québec Air Force”, cette équipe de Québécois qui a dominé la discipline sur la scène internationale dans les années 1980 et 1990.

Avec plus de 100 épreuves de Coupe du monde en carrière, l’athlète de Magog aura réalisé son rêve à deux reprises, en plus d’avoir gagné une médaille de bronze aux Jeux olympiques de Lillehammer de 1994.

Mais la carrière de sportif n’est pas éternelle. Comme tout bon athlète de haut niveau qui voit poindre la fin d’une fabuleuse aventure, M. Langlois en vient alors à se demander ce qui l’attend après sa carrière sportive. Par chance, il avait déjà un sens des affaires bien développé.

«Outre l’immobilier et le commerce, j’ai toujours été mon propre agent et je négociais moi-même mes contrats de commandite», souligne-t-il.

Cette passion pour les affaires lui a permis de poursuivre la compétition dans une tout autre sphère. Entrepreneur en série, M. Langlois a enchaîné les projets les uns après les autres pour se retrouver maintenant propriétaire d’un parc immobilier et d’un restaurant populaire.

L’entrepreneuriat: une passion de jeunesse

M. Langlois s’est lancé très tôt en affaires. «Dès que j’ai commencé à faire de l’argent, j’ai voulu investir dans l’immobilier», précise-t-il. Il achète ses premiers immeubles à revenus avec l’argent gagné pendant ses 15 années passées sur le circuit de la Coupe du monde et en participant à divers spectacles.

Dès que j’ai commencé à faire de l’argent, j’ai voulu investir dans l’immobilier.

Alors qu’il est encore skieur professionnel, M. Langlois ouvre avec sa conjointe, sur la rue Principale de Magog, un commerce spécialisé dans la vente de cadres, affiches et laminages. «Ça a été ma première expérience en affaires directement avec le public, le service à la clientèle.»

Mais après deux ans et au terme du bail, le couple ferme boutique. «Il y avait probablement quelque chose de plus grand qui m’appelait», explique-t-il.

De skieur à bûcheron

Arrivé à la fin de son parcours de skieur, Lloyd Langlois décide de pousser plus loin sa volonté d’entreprendre. Propriétaire de terres forestières achetées quelques années auparavant, il se lance dans la coupe de bois et l’exploitation d’une petite scierie et de séchoirs à bois. «Je viens d’une famille qui travaillait dans le bois. Je voulais poursuivre la tradition de mon père et de mon grand-père.»

L’usine grandit jusqu’à compter 10 employés. Mais le conflit sur le bois d’œuvre entre le Canada et les États-Unis touche de plein fouet sa petite entreprise. La réalité des opérations de cette entreprise s’avère aussi différente de ce que M. Langlois avait envisagé.

«Ce n’était pas tout à fait comme je croyais que c’était pour être, explique-t-il. J’ai réalisé que ce n’était pas ça que je voulais faire.»

Après sept ans d’efforts et des pertes d’argent, M. Langlois décide de mettre la clé sous la porte. L’expérience s’avère malgré tout enrichissante. «J’ai vendu les équipements, la bâtisse, le terrain et réussi à payer mes créanciers. J’en suis ressorti la tête haute et avec le sentiment d’avoir grandi en affaires», affirme-t-il.

Au-delà des affaires: un saut en affaires

D'athlète olympique à entrepreneur: Lloyd Langlois n'a jamais eu peur de prendre des risques. Découvrez son histoire.

Pizza et immobilier

M. Langlois se lance presque immédiatement dans une autre aventure, cette fois en restauration. Il acquiert alors avec sa conjointe un restaurant de la chaîne La Piazzetta, à Magog, qu’il exploite toujours. «J’ai simplement approché le propriétaire pour lui dire que je serais intéressé si jamais le restaurant était à vendre, raconte-t-il. C’est à ce moment que la business que j’ai toujours voulu faire a commencé.»

Trois ans plus tard, M. Langlois et sa conjointe achètent aussi l’immeuble qui abrite leur restaurant, avec l’aide d’un financement immobilier de BDC. Cet achat est accompagné de plusieurs autres investissements en immobilier qui ont permis à M. Langlois de réaliser enfin sa vision en affaires.

«J’ai essayé plein de choses, mais ce que j’ai toujours eu en tête c’était de créer un parc immobilier, dit-il. J’ai vraiment trouvé ce que je voulais faire. Ça a été long, mais maintenant, je me sens bien dans ce que je fais.»

Trois conseils sportifs pour réussir en affaires

1. Accrochez-vous à vos rêves

Lloyd Langlois a travaillé très fort pour accomplir ses exploits sportifs. Il s’est lancé en affaires avec le même désir de vaincre. «J’ai toujours cru que quand tu t’accroches à tes rêves, à tes projets, ils vont se réaliser. Tout ce que j’ai voulu faire s’est concrétisé.»

2. Prévoyez les imprévus

Le sport a amené Lloyd Langlois à faire de la visualisation. Un an avant sa participation aux Jeux olympiques de Lillehammer, il s’y est préparé au point de savoir avec précision jusqu’à quels vêtements il porterait et ce qu’il mangerait le jour de la compétition.

«Quand tu prévois les choses, ça te donne plus d’énergie pour affronter et vaincre les imprévus, dit-il. Quand tu visualises ce que tu veux accomplir, ça va se réaliser. C’est ce que j’ai fait en affaires et ce que j’applique encore aujourd’hui.»

3. Ne baissez pas les bras devant l’adversité

La vie d’athlète et d’entrepreneur est parsemée d’embûches. Mais, «il ne faut jamais lâcher», insiste celui qui prêche la persévérance. «L’immobilier, c’est long à construire. Ça ne se fait pas du jour au lendemain; ça prend des années», conclut-il.

Partager

v17.9.0.10395