4 conseils pour un transfert d’entreprise harmonieux | BDC.ca
logo BDC

4 conseils pour assurer un transfert harmonieux quand vous vendez votre entreprise

Votre acheteur pourrait vous demander de demeurer au sein de l’entreprise pour faciliter la transition

Partager

Félicitations – vous avez vendu votre entreprise. Mais ne sortez pas votre sac de golf ou votre planche de surf tout de suite. Votre travail n’est pas terminé.

Vous devrez encore intervenir pour assurer une transition tout en douceur. Vous devez annoncer la nouvelle à vos employés et à vos partenaires, passer les rênes de l’entreprise aux nouveaux propriétaires et aider ces derniers à partir du bon pied. Ce faisant, vous contribuerez au succès de votre entreprise après votre départ et augmenterez les chances de vous faire rembourser le prêt que vous avez accordé à l’acheteur.

«Vous ne quitterez probablement pas immédiatement après la vente», explique Matthew Kellow, vice-président, Capital de croissance et transfert d’entreprise, l’équipe de BDC qui finance les transferts d’entreprise.

«Vous devriez vous attendre à ce que l’acheteur vous demande de demeurer au sein de l’entreprise afin d’assurer un transfert en douceur. Les vendeurs sont rarement préparés à ce processus.»

Suivez les quatre conseils suivants pour que votre transfert se déroule en douceur.

1. Négociez un contrat de vente avantageux pour vous

Le secret d’un transfert harmonieux réside dans la planification de la transaction. Le processus commence par la négociation d’un contrat de vente clair et détaillé et la recherche du bon acheteur. Le bon acheteur est quelqu’un avec qui vous vous entendez bien et qui partage votre vision de l’entreprise.

«Si la relation entre le vendeur et l’acheteur est harmonieuse, il y a de meilleures chances que la transaction se déroule sans heurt», indique M. Kellow. «Il est possible que l’acheteur considère votre connaissance de l’entreprise, de la clientèle et des employés comme un réel avantage. Il y a donc de bonnes chances qu’il souhaite conclure une entente qui soit mutuellement avantageuse afin de tirer profit de ce savoir.»

2. Planifiez le transfert avec l’acheteur

L’acheteur ne peut pas tout apprendre pendant la période de diligence raisonnable. Un plan de relève bien pensé facilitera la transition tant pour l’acheteur que pour ses partenaires financiers (prêteurs et investisseurs en capitaux propres). Plus vous collaborez avec lui à la planification du transfert, moins il y aura de pépins.

Consultez votre avocat, votre comptable et vos autres conseillers pour savoir quels renseignements vous devez fournir et quand vous devez les communiquer. «L’acheteur voudra recevoir beaucoup d’information sur le déroulement du transfert», prévient M. Kellow. «Il faut planifier toute cette communication. Il s’agit d’une période risquée pour lui. Un transfert peut occasionner beaucoup de perturbations pour l’entreprise.»

3. Communiquez avec les employés et les partenaires

N’oubliez pas que vos employés vivront des émotions et du stress au cours du transfert. Planifiez avec l’acheteur une façon de les rassurer. Une bonne communication est cruciale. Vous devrez peut-être offrir des incitatifs, comme des primes et des options sur actions, pour qu’ils restent.

«Du point de vue d’un acheteur, vos employés représentent une bonne partie de la valeur de l’entreprise», ajoute M. Kellow. «Il se peut qu’ils détiennent de l’information importante à propos de l’entreprise. Vos employés ont besoin de temps pour s’adapter. Vous ne souhaitez pas que votre meilleur représentant décide de partir immédiatement après l’annonce de la vente. N’oubliez pas l’aspect humain de la transaction.»

Déterminez également avec l’acheteur comment vous vous y prendrez pour annoncer la vente aux clients, aux fournisseurs et aux partenaires financiers.

4. Soyez prêt à lâcher prise

Il est possible que le nouveau propriétaire souhaite que vous mainteniez une relation officielle avec l’entreprise après la vente, par exemple, en occupant un poste au sein du conseil d’administration ou en agissant comme consultant. Cela est particulièrement courant dans le cas d’une vente à un particulier ou à un acheteur du domaine des finances, comme une société de financement par capitaux propres. Si vous conservez une participation minoritaire ou fournissez du financement à l’acheteur, vous voudrez connaître le degré d’influence dont vous jouirez lors des décisions importantes et le rôle que vous assumerez dans l’entreprise après la conclusion de la vente.

Par ailleurs, vous devriez également être prêt à lâcher prise. «Le vendeur est habitué à avoir tout le pouvoir et il est rarement prêt à l’abandonner», affirme M. Kellow. «Les vendeurs devraient comprendre ce qu’on attend d’eux au moment du transfert afin d’assurer la réussite de cette transition et de protéger leur héritage.»

Partager

v17.9.0.10395