Planifier la relève: 4 stratégies pour quitter l'entreprise familiale

Lecture de 2 minutes

Toute personne qui exploite une entreprise arrive un jour à un stade où elle doit choisir, par envie ou pour des raisons d'âge ou de santé, de tirer sa révérence. Plusieurs stratégies de départ s'offrent alors à elle: prendre sa retraite, vendre son entreprise ou encore la liquider.

Toute entreprise devrait se doter d'une stratégie de départ. Pourtant, rares sont les PME qui en possèdent une, principalement parce que la plupart des propriétaires passent trop de temps à s’occuper du démarrage et de la croissance de leur entreprise pour songer à planifier leur départ.

Comme pour toute autre stratégie, la planification d'une stratégie de départ suit un schéma prévisible. D'abord, les propriétaires doivent se livrer à une introspection personnelle et recueillir des données afin de définir une vision pour leur entreprise, et pour eux-mêmes. Après avoir déterminé leur stratégie de départ, elles et ils doivent commencer à planifier le processus et entreprendre les démarches qui leur permettront de réussir leur sortie. Comme le transfert d'une entreprise est un processus de longue haleine, il importe de l'amorcer longtemps avant la date de départ prévue. Les spécialistes conseillent généralement de s'y prendre au moins deux ans à l'avance.

Voici quelques stratégies de départ courantes:

1. Transmission de l'entreprise à une autre personne de la famille

Il importe ici d'identifier les candidates et candidats possibles, puis de les former pour qu'elles et ils puissent gérer l'entreprise avec succès. Cette option peut exiger un certain temps, selon la complexité de l'entreprise.

2. Vente de l'entreprise

La ou le propriétaire doit préparer la vente de son entreprise si elle ou il veut en obtenir le maximum. Il est rarement rentable d'apporter des changements superficiels de dernière minute à une entreprise en vue de la vendre. La vente d'une entreprise requiert habituellement un processus de gestion stratégique de longue haleine qui fait ressortir le potentiel de croissance et les avantages de l'entreprise pour les acheteuses et acheteurs éventuels. Il faut en outre s'y prendre à l'avance pour identifier les acheteuses et acheteurs probables et créer des alliances ou «préparer le terrain». Dans certains cas, la vente peut consister tout bonnement à fermer l'entreprise et à vendre sa liste de clientes et clients à une entreprise concurrente.

3. Rachat de l'entreprise par les cadres ou les salariées et salariés

C'est souvent la première option vers laquelle se tournent les propriétaires qui n'ont aucun candidat ou candidate en vue pour assurer leur relève et qui souhaitent perpétuer la culture organisationnelle. Ces situations entraînent habituellement des formalités juridiques, par exemple une restructuration du capital-actions, qui doivent être réglées avant toute chose.

4. Prise de contrôle ou départ progressif

C'est souvent la stratégie retenue par la ou le propriétaire qui souhaite se retirer sans toutefois quitter définitivement son entreprise. Elle permet de transférer graduellement l'entreprise à une nouvelle personne encore en formation. La ou le propriétaire vend une part de l'entreprise à une ou un partenaire, et cette part s'accroît à mesure qu'augmentent les responsabilités de cette personne à la tête de l'entreprise.