Savez-vous combien vaut votre entreprise?

5 choses que les propriétaires d’entreprise doivent savoir sur l’évaluation

Lecture de 3 minutes

En tant que propriétaire, bien des raisons peuvent vous pousser à vouloir connaître la valeur de votre entreprise. Vous voulez peut-être la vendre ou offrir des actions aux membres du personnel. Vous pourriez vouloir acheter les parts d’une associée ou un associé. Cette donnée peut aussi s’avérer utile aux fins de la planification fiscale, de la planification de la relève ou d’un gel successoral.

La détermination de la valeur d’une entreprise est un processus complexe, qui relève à la fois de la science et de l’art. Un élément peut compliquer les choses: nombreux sont les propriétaires d’entreprise qui ont une vision trop optimiste de la valeur de leur entreprise.

Voici cinq choses que vous devez savoir pour déterminer la valeur de votre entreprise.

1. Les attentes divergentes peuvent être source de conflits

Souvent, les propriétaires d’entreprise ont en tête une valeur différente de celle des acheteuses et acheteurs potentiels, des successeures et successeurs dans la famille, des partenaires financiers ou des répartitrices et répartiteurs de l’impôt. Cette situation peut mener à des différends, faire dérailler des négociations ou avoir des répercussions sur les projets post-transferts de propriété.

Même si vous cédez l’entreprise à une ou un membre de votre famille, vous pourriez avoir besoin d’une évaluation par une tierce partie pour atténuer les conflits familiaux, planifier votre succession et optimiser le traitement fiscal.

En raison de la complexité de la transaction et de ses enjeux, il est utile de recourir à une ou un spécialiste en évaluation d’entreprise pour obtenir une compréhension objective et réaliste de la valeur de votre entreprise ou pour déterminer si une offre est raisonnable.

Le processus peut également vous aider à déceler des faiblesses dans votre entreprise, à trouver des façons d’en augmenter la valeur et à prendre des mesures pour réduire vos obligations fiscales avant une vente.

2. Diverses méthodes d’évaluation existent

Plusieurs méthodes d’évaluation, plus ou moins détaillées, sont couramment utilisées. Leur coût varie, et certaines donnent des résultats plus fiables que d’autres.

La combinaison la plus appropriée dépend de l’objet de l’évaluation et des caractéristiques de l’entreprise, comme sa rentabilité, ses perspectives d’avenir et la composition de son actif.

3. Les diverses méthodes d’évaluation peuvent donner des résultats différents

Pour déterminer la valeur d’une entreprise, trois grandes méthodes sont fréquemment utilisées. Une évaluatrice ou un évaluateur peut appliquer une ou plusieurs méthodes, selon les renseignements disponibles et les types d’entreprise et de transaction. Chaque méthode peut donner lieu à une valeur différente; la plus élevée reflète habituellement la juste valeur marchande de l’entreprise.

Méthodes fondées sur les bénéfices

Ces approches sont couramment utilisées pour les entreprises qui génèrent des profits raisonnables et dont la valeur est supérieure à celle de leur seul actif net.

Une évaluatrice ou un évaluateur détermine la valeur de l’entreprise en examinant les résultats passés et les flux de trésorerie ou les bénéfices prévus. On adopte différentes méthodes d’évaluation fondées sur les bénéfices selon qu’on s’attend à ce que ceux-ci soient stables ou non au cours des prochaines années.

Méthodes fondées sur le marché

Ces approches consistent à appliquer aux calculs un multiple d’évaluation, qui peut être basé sur le BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements), les recettes ou d’autres paramètres. Le chiffre précis utilisé et le type de ratio varient en fonction de nombreux facteurs, notamment le secteur d’activité et la taille de l’entreprise, les conditions du marché et les multiples utilisés pour la vente ou l’achat d’entreprises similaires.

Méthodes fondées sur l’actif

Les approches fondées sur l’actif sont généralement utilisées pour les entreprises dont la valeur repose sur l’actif plutôt que sur les activités, par exemple dans le secteur immobilier. Elles sont également appliquées lorsque l’entreprise ne génère pas un rendement suffisant ou lorsqu’elle doit faire l’objet d’une liquidation.

4. Les actifs peuvent être attrayants

Votre entreprise peut valoir plus cher «en pièces détachées» qu’en une seule entité. Par exemple, une acheteuse ou un acheteur peut vouloir acheter vos activités, mais pas votre portefeuille immobilier. Une évaluation peut vous permettre de cerner des façons de rendre votre entreprise plus attrayante pour les acheteuses et acheteurs potentiels, notamment en plaçant des biens immobiliers dans une société de portefeuille que vous pouvez vendre séparément.

5. L’évaluation n’est qu’une ligne directrice

N’oubliez pas que la valeur établie par une évaluatrice ou un évaluateur n’est qu’une ligne directrice sur la façon d’engager les négociations dans le cadre d’une vente. Le prix final de la transaction est souvent différent, et il dépend de nombreux facteurs, comme votre empressement à vendre, les intérêts stratégiques de l’acheteuse ou acheteur ou les synergies qu’elle ou il prévoit, le financement, la diligence raisonnable et la capacité de l’entreprise à assurer un transfert de propriété en douceur.

Une acheteuse ou un acheteur pourrait par exemple être un mesure de payer plus cher pour votre entreprise parce qu’elle correspond bien à ses besoins.