Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Le secteur du tourisme au Canada: des stratégies pour améliorer la compétitivité des entreprises

Temps de lecture: 6 minutes

Partager

De la Colline du Parlement aux montagnes de Colombie-Britannique, en passant le front de mer de Halifax, les Canadiens ont célébré le 150e anniversaire du pays en 2017. Le secteur du tourisme en a ressenti les effets bénéfiques et a connu cette année-là une croissance importante.

L’été 2018 touche à sa fin, et il semble que l’activité touristique du pays est sur le point de dépasser celle de 2017.

Le Conference Board du Canada s’attend à ce que le secteur connaisse une croissance de 2,6 %. Cette croissance est due, entre autres, au choix d’un nombre accru de familles de rester au pays pendant leurs vacances. On prévoit également une hausse de 6,7 % des séjours de voyageurs internationaux, découlant en partie de la désignation de 2018 comme année du tourisme Canada-Chine. En outre, les séjours de plus de 24 heures de voyageurs venant des États-Unis devraient augmenter de 3,4 % cette année.

Une part importante de l’économie canadienne

Il s’agit de bonnes nouvelles pour l’économie canadienne. L’apport direct des voyages et du tourisme au PIB a été de 36,9 milliards de dollars en 2016, ce qui équivaut à environ 1,6 % du PIB du Canada pour la même année, selon le Conseil mondial du voyage et du tourisme.

Les données de Statistique Canada montrent également que le tourisme est une source d’emploi importante.

Plus de

700 000

Canadiens sont directement employés dans le secteur du tourisme.

Environ

4,5 %

de tous les travailleurs canadiens font partie du secteur du tourisme.

Ces chiffres sont comparables à ceux des secteurs du financement et de l’assurance, qui emploient directement 725 000 travailleurs. En outre, beaucoup d’autres emplois sont indirectement liés au tourisme par l’intermédiaire de sa chaîne d’approvisionnement.

Étant donné l’importance du secteur du tourisme pour l’économie canadienne, il vaut la peine de se demander comment les entrepreneurs peuvent s’y prendre pour améliorer leur compétitivité.

Les entrepreneurs du secteur du tourisme doivent investir pour rester concurrentiels

Un certain nombre de facteurs favorisent la croissance du secteur touristique:

  • On prévoit que l’activité des navires de croisière augmentera dans de nombreuses provinces cette année.
  • On s’attend à ce que l’activité liée aux congrès soit forte en 2018.
  • La capacité de transport aérien intérieur continue de s’accroître, et de nouveaux transporteurs à très bas prix voient le jour.
  • De nouveaux vols directs en provenance de l’Europe, de l’Asie-Pacifique et de l’Amérique du Sud permettent au Canada d’accéder à de nouveaux marchés internationaux.

Cependant, l’augmentation des prix de l’essence réduit le revenu disponible des voyageurs potentiels et fait augmenter le coût des déplacements. En outre, les prix élevés de l’hébergement dans certaines régions peuvent dissuader les éventuels visiteurs.

Les entrepreneurs du secteur du tourisme devraient envisager de réinvestir une partie de leurs bénéfices en vue d’améliorer leur compétitivité et d’être prêts à faire face à un éventuel ralentissement économique. De récentes études de BDC révèlent que l’amélioration de la productivité par l’investissement, l’utilisation accrue des technologies numériques et l’embauche de nouveaux immigrants pour combler les pénuries de main-d’œuvre sont des stratégies prometteuses pour les entreprises du secteur du tourisme.

L’année du tourisme Canada-Chine

Les gouvernements chinois et canadien ont désigné 2018 comme année du tourisme Canada-Chine afin de célébrer les liens qui unissent les deux pays. Environ 5 % de la population canadienne a des ancêtres chinois. En 2016, plus de 610 000 touristes chinois ont visité le Canada. Le gouvernement du Canada s’est fixé comme objectif de doubler ce nombre d’ici 2021

En quoi les entreprises les plus performantes du secteur du tourisme se démarquent-elles?

Notre étude de mai 2018 sur les entreprises les plus performantes au Canada montre que 4,2 % des entreprises du secteur du tourisme sont très performantes. Ce pourcentage est légèrement plus élevé que la moyenne pour l’ensemble des secteurs, qui est de 4 %. Les entreprises les plus performantes affichent une croissance des revenus et une rentabilité supérieures à celles de leurs pairs (mesurées par la valeur médiane du secteur).

Nous avons découvert que les entreprises les plus performantes dans le secteur du tourisme sont plus productives et investissent davantage dans la machinerie et l’équipement, comme les technologies de l’information et des communications (TIC).

Comparaison des entreprises les plus performantes* dans le secteur du tourisme avec leurs pairs

  Entreprises les plus performantes Autres Différence
Productivité (ventes/employé) 65 179 $ 46 853 $ 40 % plus élevée
Marge bénéficiaire (revenus nets avant impôts/ventes) 17% 3% 5,7 fois plus élevée
Actifs nets en machinerie et équipement par employé 4 109 $ 3 467 $ 19% plus élevés
Actifs nets en TIC par employé 499 $ 235 $ 2,1 fois plus élevés

Source: Statistique Canada, calculs de BDC, moyenne 2013-2015.

Stratégies pour les entrepreneurs du secteur du tourisme qui veulent devenir très performants

Petites PME: Concentrez-vous sur la productivité pour assurer votre croissance

Les entreprises les plus performantes dans le secteur du tourisme sont plus productives, ce qui leur permet de se développer et de réaliser des économies d’échelle afin d’accroître leurs bénéfices.

Moyennes PME: Investissez davantage

Les moyennes entreprises du secteur du tourisme doivent réinvestir leurs bénéfices pour améliorer leur compétitivité et être mieux en mesure de saisir de nouvelles occasions dans une économie de plus en plus automatisée et numérisée.

Grandes PME: Diversifiez vos marchés

Les grandes PME doivent prendre de l’expansion à l’international. Les entreprises les plus performantes dans le secteur du tourisme sont particulièrement diversifiées par rapport à leurs pairs. En effet, 38 % d’entre elles font affaire sur plusieurs marchés étrangers, contre seulement 5 % des autres entreprises.

Les entreprises du secteur du tourisme doivent accroître leur utilisation des technologies numériques

Nous avons récemment mené une étude en vue d’évaluer la maturité numérique des petites et moyennes entreprises au Canada.

Nous avons découvert que 23 % des entreprises du secteur du tourisme sont avancées sur le plan numérique, ce qui est supérieur à la moyenne pour l’ensemble des entreprises canadiennes, qui est de 19 %. Ces entreprises avancées utilisent efficacement les technologies numériques pour mener leurs activités et possèdent la bonne culture pour favoriser le changement au sein de leur organisation.

En revanche, 59 % des entreprises du secteur du tourisme sont conservatrices en ce qui a trait au numérique. Étant donné leur grand nombre, on peut encore agir pour hausser le niveau de maturité numérique dans le secteur.

Visitez bdc.ca/spme pour en savoir plus sur la numérisation. Essayez notre nouvel outil d’évaluation de la maturité numérique qui sera disponible le 15 octobre 2018 et obtenez des conseils personnalisés sur la manière de faire passer votre entreprise au numérique.

Les pénuries de main-d’œuvre touchent particulièrement les entreprises du secteur du tourisme

Une autre étude récente a évalué l’ampleur des pénuries de main-d’œuvre au Canada ainsi que leur incidence sur les entrepreneurs.

Dans le secteur du tourisme, 48 % des entrepreneurs ont dit avoir des difficultés à embaucher de nouveaux employés. Ce pourcentage est beaucoup plus important que la moyenne pour l’ensemble des secteurs, qui est de 39 %.

Notre étude montre que les pénuries de main-d’œuvre empêchent les entreprises de se développer. Plus précisément, les entreprises les plus touchées par les pénuries de main-d’œuvre sont 65 % plus susceptibles de connaître une faible croissance.

Nous avons notamment découvert que les entreprises du secteur du tourisme sont plus susceptibles d’embaucher du personnel moins expérimenté ou des employés plus jeunes en raison d’un manque de travailleurs. Le temps et les efforts supplémentaires requis pour former des employés moins expérimentés empêchent les cadres supérieurs de se consacrer à des tâches à forte valeur ajoutée, comme le renforcement des relations avec les clients ou le lancement de nouveaux projets.

Des stratégies pour vous permettre d’embaucher les travailleurs dont vous avez besoin

Notre étude présente également des solutions possibles.

Seulement 21 % des entreprises du secteur du tourisme ont indiqué qu’elles embaucheraient des immigrants ou des nouveaux arrivants au Canada pour compenser l’effet d’une pénurie de main-d’œuvre. Il s’agit d’une occasion manquée, surtout lorsqu’on sait que, d’ici 2022, 64 % de la croissance démographique canadienne sera attribuable à l'immigration.

Voici d’autres stratégies que les entrepreneurs du secteur du tourisme peuvent adopter pour atténuer l’incidence d’une pénurie de main-d’œuvre:

  • élaborer une proposition de valeur aux employés;
  • améliorer l’efficacité opérationnelle;
  • améliorer l’utilisation des technologies en passant au numérique ou à l’automatisation;
  • externaliser les tâches à faible valeur;
  • officialiser les politiques de RH pour conserver les employés et faciliter l’embauche.
Partager