Succès commercial : FIG Clothing gagne en altitude│BDC.ca
logo BDC

FIG Clothing: un concept qui voyage


Partager

FIG Clothing: Un concept qui voyage

Lorsque Yan Bariteau a acheté FIG Clothing en 2009, l’entreprise montréalaise de vêtements pour femmes ne détenait pratiquement aucun actif et croulait sous des dettes de 150 000 $.

«J’ai acheté 40 rouleaux de tissu, deux vieux ordinateurs et quelques bureaux», dit l’entrepreneur âgé de 43 ans. «Mais j’entrevoyais un excellent potentiel.»

Vétéran de l’industrie des vêtements sport, avec à son actif 15 ans d’expérience comme représentant commercial de marques telles que The North Face, Prana ou Arc’teryx, M. Bariteau s’est vu proposer en 2005 de représenter FIG Clothing, une jeune entreprise établie dans le quartier montréalais créatif et branché du Mile-End.

Conquis par le concept de vêtements prêts-à-porter inspirés du voyage et destinés aux femmes actives, M. Bariteau a même décidé d’investir dans l’entreprise et de la racheter entièrement quatre ans plus tard.

Des efforts qui portent fruit

L’agence Yan Bariteau, une autre entreprise appartenant à M. Bariteau, qui agit comme représentant exclusif du fabricant de vêtements et d’équipements de plein air haut de gamme Arc’teryx pour l’Est du Canada, a financé FIG Clothing pendant la première année suivant l’achat.

«Nos débuts ont été vraiment difficiles, dit-il. Nous avons travaillé fort et réussi à sauver l’entreprise.»

Tout de suite après l’achat, M. Bariteau a rapatrié les activités de FIG dans les locaux de l’agence Yan Bariteau à Laval et commencé à mettre en œuvre une stratégie d’affaires centrée sur la distribution à des détaillants indépendants, qui vendent à des femmes actives qui aiment voyager.

Les ventes ont quintuplé entre 2010 et 2012. Présentement, environ 60 000 vêtements sont vendus sous la griffe FIG dans plus de 220 boutiques à l’échelle du Canada et dans une trentaine de magasins aux États-Unis.

Le président de FIG a entamé des négociations avec un distributeur Européen afin de vendre ses vêtements en France, en Italie, en Espagne et au Portugal.

Un avantage concurrentiel

À contre-courant de l’industrie du vêtement, qui a tendance à externaliser sa production vers des marchés moins chers, M. Bariteau est fier de fabriquer ses vêtements de A à Z au Canada.

En effet, c’est là, selon M. Bariteau, le principal avantage concurrentiel de son entreprise. «Cela nous donne un meilleur contrôle sur la qualité et nous permet de “faire du juste à temps”.»

Pour compenser les coûts de fabrication plus élevés, l’entreprise travaille très fort sur ses processus internes et pratique un contrôle serré des dépenses afin de garder les frais généraux aussi bas que possible.

Une stratégie harmonieuse

Une approche cohérente à l’égard de l’image de marque a également contribué au succès de l’entreprise. Le concept du voyage est repris dans chaque petit détail, du produit au marketing, en passant par les ventes et les relations avec les clients.

Chaque modèle est identifié par un code d’aéroport international, et les étiquettes des vêtements ressemblent aux étiquettes à bagages.

Récemment, l’entreprise a lancé le concept d’ambassadrices FIG – une douzaine de jeunes femmes qui aiment la marque. Elles présentent leur vêtement préféré et leur style de vie dans le site Web de l’entreprise.

«Notre offrons une solution de rechange raffinée aux vêtements de voyage traditionnels – des vêtements qui permettent aux femmes d’être à l’aise aussi bien à Manhattan que lors d’un safari en Tanzanie.»

Excellentes relations

D’excellentes relations avec ses huit employés, ses fournisseurs et ses sous-traitants ont d’ailleurs permis à M. Bariteau d’alimenter la croissance de son entreprise. «Nous n’avons perdu aucun fournisseur depuis 2009.»

Avec l’aide de BDC Financement, l’entreprise a acheté un nouveau local à Montréal, dans le Mile-End, et y déménagera ses activités.

Être présent partout aux États-Unis et ouvrir au Canada des boutiques partenaires gérées par des propriétaires indépendants, mais conservant l’identité de FIG, sont les projets les plus importants de M. Bariteau à court et moyen terme.

«Ma plus grande ambition est que FIG grandisse, tout en restant vraie. Je ne veux faire aucune concession en ce qui a trait à la qualité de nos produits et à la production locale.»


Partager

v17.9.0.10395