Les partenariats constituent-ils la clé de la commercialisation des innovations en technologies profondes?

Lecture de 6 minutes

Partager

L’un des principaux objectifs de notre nouveau Fonds pour les technologies profondes, doté de 200 millions de dollars, sera de soutenir les entreprises en démarrage canadiennes dans leurs efforts pour introduire des innovations de classe mondiale sur les marchés internationaux.

En faisant des recherches sur les industries des technologies profondes avant le lancement de notre Fonds, nous avons rapidement constaté l'ampleur des possibilités que représentent les entreprises en mesure de commercialiser leurs innovations et de grandir pour répondre à la demande internationale.

Ce potentiel est illustré par le grand nombre de licornes des technologies profondes – des sociétés dont la valorisation boursière est égale ou supérieure à 1 milliard de dollars – qui ont déjà vu le jour. Les entreprises des technologies profondes ont obtenu 11 % du financement de démarrage entre 2014 et 2019, mais elles ont été à l’origine de 17 % des licornes au cours de cette période.

Le terme «technologies profondes» désigne les technologies de pointe issues de la recherche dans des domaines tels que les sciences de l’information quantique, la photonique, l’électronique, l’intelligence artificielle fondamentale et les chaînes de blocs. Ces technologies ont le potentiel de transformer des industries entières dans les années à venir.

De plus en plus d’entreprises en démarrage spécialisées dans les technologies profondes voient le jour à l’échelle mondiale et le secteur suscite un vif intérêt de la part des investisseurs en capital de risque et des sociétés. Toutefois, le Canada risque de se laisser distancer par d’autres pays qui ont mieux réussi à commercialiser les applications des technologies profondes.

La mise en marché des innovations est un défi de taille

L’écart entre le Canada et les autres pays en matière de demandes de brevets est un des moyens de mesurer notre mauvaise performance en ce qui a trait à la commercialisation des innovations.

Bien que nos capacités de recherche universitaire soient excellentes, il n'en a pas résulté une croissance des brevets et d'autres éléments de propriété intellectuelle (PI), qui constituent la matière première des applications commerciales.

Le nombre de brevets délivrés au Canada stagne depuis 2010 à un taux de croissance de seulement 1,1 %, alors que dans la plupart de nos pairs, il a connu une croissance beaucoup plus forte (par ex., 19 % aux États-Unis et 10 % au Royaume-Uni). Le nombre de demandes de brevets canadiens est inférieur à la croissance du PIB, et le nombre de brevets canadiens détenus par des étrangers continue d'augmenter.

Dans le cadre de notre analyse des secteurs des technologies profondes, nous avons organisé des tables rondes avec une soixantaine de parties prenantes issues du gouvernement, du secteur privé et du milieu universitaire. Ces tables rondes ont fait ressortir plusieurs défis importants à relever pour améliorer la commercialisation.

Quatre stratégies pour faciliter la commercialisation des technologies profondes

Pour relever les défis de commercialisation des technologies profondes, l’équipe de notre Fonds pour les technologies profondes se concentrera sur les lacunes tant au niveau des entreprises que de l’écosystème afin d’aider les entreprises à réaliser leur valeur marchande dans une période plus courte.

1. Améliorer la coordination entre les ministères gouvernementaux

Un grand nombre de pays se sont fixé comme priorité de développer des écosystèmes solides de technologies profondes et le Canada ne fait pas exception. Bon nombre de ministères et agences fédéraux souhaitent renforcer leur collaboration avec les entreprises de technologies profondes. Cependant, les acteurs gouvernementaux ont souvent du mal à s’engager auprès du secteur privé, tandis que les entreprises en démarrage peinent à accéder aux programmes d’approvisionnement public.

L’équipe du Fonds pour les technologies profondes de BDC Capital s’efforcera d’agir comme intermédiaire entre le gouvernement et les entreprises en démarrage. Nous souhaitons mettre en relation les ministères et les agences avec des entreprises technologiques de pointe.

Par exemple, l’entreprise d’informatique quantique Xanadu a récemment été sélectionnée pour un projet de recherche fédéral de 150 000 dollars ainsi que pour un projet de prototype de 1 million de dollars. Nous pensons que ce genre de collaboration entre l’industrie et le gouvernement peut contribuer grandement à la commercialisation des technologies profondes au Canada.

2. Renforcer les liens avec les sociétés

Les grandes entreprises n’investissent pas suffisamment dans la recherche-développement au Canada et, en conséquence, notre pays perd des talents et une importante propriété intellectuelle au profit d’autres pays. Même si de nombreuses grandes entreprises locales et étrangères sont désireuses de collaborer avec des entreprises canadiennes de technologies profondes, les entreprises en démarrage sont souvent mal outillées pour présenter leur proposition de valeur et susciter de l’intérêt. D’une manière générale, l’écosystème est encore jeune et doit déployer davantage d'efforts pour se faire connaître des grandes entreprises.

Notre équipe spécialisée dans les technologies profondes a déjà établi des relations avec la haute direction de grandes entreprises désireuses de soutenir le développement d’entreprises canadiennes. Par le Fonds, l’équipe s’efforcera d’encourager les sociétés à soutenir les entreprises canadiennes de technologies profondes en devenant de grands clients ou des partenaires de développement pour celles-ci.

3. Renforcer le soutien technique et de gestion

Le développement des entreprises en démarrage est souvent ralenti à cause de lacunes sur le plan de l'expertise technique et de gestion. De plus, en raison de la jeunesse de l'écosystème, la mobilisation des communautés des technologies profondes au Canada, et la coordination entre celles-ci, sont faibles. Les grappes de technologies profondes ont plutôt tendance à collaborer avec les marchés étrangers plutôt qu’entre elles.

Notre équipe fournira une expertise technique et des renseignements sur des segments précis et facilitera l’entrée sur le marché des entreprises du portefeuille. Nous leur fournirons également de l’encadrement, des possibilités de réseautage, des données sur les marchés et un accès à des clients potentiels. Au niveau de l’écosystème, nous avons de nombreux partenariats qui nous placent en bonne position pour cultiver une communauté canadienne des technologies profondes réunissant un ensemble diversifié de participants de différentes industries au bénéfice de tous.

4. Réduire le calendrier de commercialisation

Les entreprises de technologies profondes prennent généralement plus de temps pour arriver à maturité que les autres entreprises financées par capital de risque. Outre leurs technologies nouvelles, leurs applications comportent souvent une composante de matériel, qui nécessite une mise au point plus longue. De plus, le manque de financement des entreprises canadiennes des technologies profondes a eu tendance à ralentir leur développement.

Nous sommes conscients des calendriers de développement plus longs de ces industries. C’est pourquoi notre fonds a une durée de vie de 12 ans, contrairement à la durée habituelle de dix ans d’un fonds de capital de risque général. Notre rôle est d'être un partenaire patient pour les entreprises, en investissant suffisamment de capitaux dans le cadre de rondes de financement successives pour leur permettre de prendre de l’expansion et de développer leurs produits. Néanmoins, nous pensons que grâce à un meilleur financement, à des liens plus étroits avec le gouvernement et les acteurs du secteur public, et à un meilleur accès à du soutien technique et de gestion, les entreprises en démarrage des secteurs des technologies profondes peuvent considérablement accélérer leurs calendriers de commercialisation.

Vers un secteur des technologies profondes dynamique

À BDC Capital, nous sommes convaincus que le Canada a tous les atouts en main pour façonner un secteur des technologies profondes à la fois dynamique et concurrentiel à l’échelle mondiale. Toutefois, il reste encore beaucoup à faire pour que les entreprises en démarrage bénéficient du soutien dont elles ont besoin pour traduire des découvertes passionnantes en produits et services transformateurs.

L’équipe de notre nouveau Fonds pour les technologies profondes sait qu'il faudra plus que de l'argent pour amener les innovations canadiennes sur les marchés mondiaux. C'est la raison pour laquelle nous jouerons un rôle de premier plan pour cultiver les partenariats entre les ministères et organismes gouvernementaux, les acteurs du secteur privé et les entreprises en démarrage afin de faire naître des champions internationaux dans l’intérêt des Canadiens pour les décennies à venir.

Communiquez avec nous si vous souhaitez collaborer avec nous au renforcement de l’écosystème des technologies profondes.

Partager