Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Pourquoi nous avons lancé le fonds de capital de risque le plus important au Canada entièrement consacré aux technologies profondes

Temps de lecture: 6 minutes

Partager

À BDC Capital, nous avons observé avec attention l’émergence d’un nouveau secteur, les technologies profondes.

Les technologies profondes regroupent les avancées nouvelles dans des domaines comme les sciences de l’information quantique, l’intelligence artificielle fondamentale, la photonique et l’électronique, qui ont une incidence dans tous les secteurs d’activité et attirent une part toujours croissante d’investissements en capital de risque partout dans le monde.

Comme il s’agit de technologies hautement spécialisées, elles exigent d’importants investissements en recherche et développement pour l’élaboration d’applications pratiques pour les entreprises ou les consommateurs.

Par exemple, les technologies quantiques sont une nouvelle génération de dispositifs optiques et électroniques qui utilisent les effets quantiques pour améliorer considérablement la performance par rapport aux technologies conventionnelles existantes. Xanadu et 1Qbit sont deux exemples d’entreprises canadiennes d’informatique quantique à l’avant-garde du développement quantique.

La science de l’information quantique existera pendant des générations, voire des siècles. Pensez à l’industrie automobile en 1900; l’informatique quantique est son équivalent actuel.

Le Canada a le potentiel pour devenir une grande puissance en matière de technologies profondes

Le Canada regorge de talents et de potentiel dans les secteurs des technologies profondes, surtout en raison de décennies de recherches de classe mondiale. Il est important que le Canada fasse partie des premiers pays à développer un secteur d’importance dans ce domaine.

Toutefois, notre analyse montre qu’il existe un manque important de financement pour les entreprises de technologie profonde au Canada; jusqu’à présent, ce secteur a été financé de façon plus dynamique par d’autres pays développés.

Plutôt que de courir le risque de voir des talents quitter le pays, nous pensons qu’il est préférable de tirer parti des avantages que le Canada possède dans les technologies profondes et de cultiver les secteurs d’activité naissants dans ce domaine. Celui-ci représente également une excellente occasion d’investissement, qui affiche désormais des rendements du capital investi égaux ou supérieurs à ceux de la catégorie d’actifs de capital de risque.

À BDC Capital, nous croyons fermement en l’avenir des technologies profondes au Canada. C’est pourquoi nous lançons un nouveau fonds de capital de risque entièrement consacré aux entreprises en démarrage dans les secteurs des technologies profondes. Ce fonds de 200 millions de dollars est le plus important fonds de capital de risque au Canada consacré entièrement aux technologies profondes.

Pourquoi lançons-nous un fonds d’investissements dans les technologies profondes maintenant?

Nous observons des signes importants qui indiquent que la science et le marché des technologies profondes gagnent en maturité, ce qui fait que le moment est bien choisi pour lancer un fonds spécialisé.

Comme je l’ai expliqué en détail dans un article de blogue précédent, ces technologies ont une incidence dans tous les secteurs d’activité et leur importance pour la sécurité nationale ne cesse de croître.

Les recherches montrent également que les entreprises de technologie profonde ont un impact beaucoup plus grand que les entreprises financées traditionnellement par du capital de risque, qui sont le plus souvent des entreprises de logiciels. En revanche, nombre d’entreprises de technologie profonde possèdent une importante composante dans le matériel. Les entreprises de technologie profonde ont obtenu 11 % du financement de démarrage entre 2014 et 2019, mais ont été à l’origine de 17 % des licornes au cours de cette période.

À notre avis, quatre facteurs clés justifient notre investissement dans ce secteur à l’heure actuelle.

1. L’investissement mondial dans les entreprises de technologie profonde ne fait qu’augmenter

Les investisseurs ont démontré un intérêt grandissant à mesure que l’importance stratégique de ces entreprises ainsi que leur importance pour la sécurité augmentaient. Les investissements mondiaux dans les technologies profondes n’ont cessé de croître, surtout dans des domaines comme la biotechnologie, l’intelligence artificielle et la photonique.

L’investissement mondial dans les technologies profondes a augmenté à un rythme de croissance annuel composé de 25 % de 2015 à 2019 (graphique 1), pour un financement en capital de risque mondial cumulé de 40 milliards de dollars américains en 2019.

Bien que des entreprises canadiennes comme LeddarTech, société québécoise qui utilise la photonique pour construire une plateforme LiDAR (détection et télémétrie par ondes lumineuses), ont bénéficié de ces investissements, la plupart de ces investissements se font actuellement à l’extérieur du Canada.

L’investissement mondial dans les entreprises de technologie profonde ne fait qu’augmenter

2. Le rendement du capital de risque dans les entreprises de technologie profonde a considérablement progressé

Parallèlement, le rendement dans le secteur des technologies profondes a également considérablement progressé depuis 2010 (graphique 2). Alors que, de 2000 à 2009, les investissements dans les technologies profondes et le matériel accusaient un retard par rapport à l’ensemble de la catégorie d’actifs de capital de risque, ils les ont depuis surpassés ou ont enregistré un rendement équivalent.

Nous sommes donc d’avis que ces technologies sont de plus en plus sensée d’un point de vue financier, tant sur le plan des coûts que des revenus. On constate également que le marché a évolué au point où la commercialisation devient de plus en plus viable.

Le rendement du capital de risque dans les entreprises de technologie profonde a considérablement progressé

3. Les entreprises de technologie profonde ont besoin de plus de temps pour arriver à maturité

Au Canada, des fonds de capital de risque établis ont démontré un intérêt pour les technologies profondes. Toutefois, le secteur canadien du capital de risque général n’est pas structuré de manière à soutenir un écosystème de technologies profondes en émergence. Par conséquent, les entreprises en démarrage ont de la difficulté à mobiliser des capitaux au Canada, ce qui pourrait entraîner une fuite de talents vers les États-Unis.

La période de détention dans le secteur des technologies profondes est souvent plus longue que celle du secteur des logiciels (graphique 3), ce qui porte à croire qu’un modèle traditionnel sur 10 ans pourrait avoir des effets pervers incitant les parties à rechercher la liquidité avant que la pleine valeur ne soit réalisée.

Les entreprises de technologie profonde ont besoin de plus de temps pour arriver à maturité

Nous proposons la création d’un fonds à long terme (12 ans et périodes de prolongation) pour les entreprises en démarrage afin de mieux concorder avec les calendriers plus longs de développement des entreprises de technologie profonde et de nous assurer de pouvoir saisir les rendements qui sont générés aux étapes ultérieures.

Par exemple, une partie des innovations de technologie profonde que nous avons étudiées avant de lancer ce fonds comportent au moins une composante de matériel. Comme on le sait, la mise au point de matériel informatique peut prendre plus de temps. Nous voulions donc en tenir compte dans la durée de nos investissements.

4. Le manque de financement patient limite la croissance des entreprises de technologie profonde au Canada

Malgré les données probantes indiquant que les entreprises de technologie profonde à l’échelle mondiale ont commencé à atteindre plus rapidement la maturité, le manque de financement au Canada a entraîné l’allongement constant des calendriers, ce qui a rendu nécessaire la prolongation de la durée de vie des fonds.

Les entreprises de technologie profonde du portefeuille de BDC qui affichent le meilleur rendement ont eu besoin de cinq ans de plus pour réaliser leur pleine valeur que le temps qu’il a fallu à la licorne des technologies profondes moyenne pour atteindre une valorisation d’un milliard de dollars américains à l’échelle internationale.

Notre analyse (graphique 4) montre que les entreprises canadiennes de technologie profonde ont tendance à mobiliser des sommes semblables à celles de leurs pairs à l’échelle mondiale au cours des premiers cycles de financement, mais beaucoup moins pendant les stades ultérieurs.

Le manque de financement patient limite la croissance des entreprises de technologie profonde au Canada

Le Fonds d’investissements en technologies profondes, d’un montant de 200 millions de dollars, sera en mesure d’investir des sommes suffisamment importantes pour aider ces entreprises à croître et à développer leurs produits, tout en tenant compte du fait que la concurrence pour attirer les talents est mondiale et que les entreprises de notre portefeuille sont en concurrence avec des entreprises de tous les pays. Nous croyons que ce fonds est suffisamment important pour jouer un rôle majeur dans le développement de champions canadiens de la technologie.

En moyenne, la valeur des transactions devrait avoisiner les 4 à 5 millions de dollars. Certaines seront plus importantes, et d’autres, moins.

Financement et soutien de l’écosystème des technologies profondes

J’aborderai cette question plus en détail dans mon prochain billet de blogue, mais le Fonds sera également en mesure de combler les lacunes de l’écosystème pour aider les entreprises du portefeuille à réaliser leur valeur en une période plus courte.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le Fonds d’investissements en technologies profondes ou si vous pensez que nous pouvons contribuer à la croissance de votre entreprise, n’hésitez pas à communiquer avec moi ou avec d’autres membres de l’équipe.

Partager