Escomptes pour paiement hâtif: faut-il en profiter? | BDC.ca
logo BDC

Les escomptes pour paiement hâtif, plus avantageux que vous le croyez

Partager

Les entreprises offrent souvent des escomptes aux clients qui règlent leurs factures rapidement. Sur le plan financier, gagneriez-vous à profiter de ces escomptes?

C’est habituellement le cas. En fait, ces escomptes peuvent se révéler très intéressants pour votre entreprise, et il peut être judicieux d’utiliser vos surplus de liquidités ou d’emprunter pour vous en prévaloir.

Ces escomptes ne sont toutefois pas avantageux pour toutes les entreprises. Pour déterminer s’ils le sont pour la vôtre, vous devez prendre en considération quelques facteurs, comme le rendement du capital investi, le coût du financement et les flux de trésorerie.

Voici comment déterminer s’il vaut la peine de payer rapidement vos factures pour obtenir un escompte, et s’il est approprié d’en offrir un à vos propres clients.

Un rendement annualisé de 37 %

Supposons que votre fournisseur offre un escompte de 2 % aux clients qui règlent leurs factures dans les 10 jours; autrement, le plein montant est exigible dans les 30 jours. Ce type d’escompte est communément appelé une clause 2 %/10, 30 nets.

En réglant une facture dans les 10 jours, vous renoncez à disposer de vos liquidités pendant 20 jours en contrepartie d’un rabais de 2 %. Un rendement de 2 % sur 20 jours est plutôt impressionnant; il se traduit par un rendement annualisé de 37 %. Une clause 1 %/10, 30 nets, quant à elle, offre un rendement annualisé de 18 %.

La bonne solution pour votre entreprise?

Cependant, ces escomptes n’en valent pas toujours la peine. Il faut évaluer les avantages par rapport au rendement du capital investi, au coût du financement et aux flux de trésorerie.

Si un investissement dans votre entreprise vous offre un rendement inférieur à 37 %, ou si vos paiements au titre de votre dette sont inférieurs à ce seuil, vous avez intérêt à profiter d’une clause 2 %/10, 30 nets.

Toutefois, si votre rendement du capital investi est supérieur à 37 % (ce qui est surtout le cas de certaines entreprises en démarrage), il n’est pas judicieux, sur le plan financier, d’avoir recours à un escompte, car vous obtiendriez un meilleur rendement en investissant dans votre entreprise.

De même, dans l’éventualité peu probable où votre coût du financement serait supérieur à 37 %, l’escompte ne serait pas avantageux. Vous devriez alors accorder la priorité au service de votre dette.

Il importe également de considérer les flux de trésorerie. Si vous avez peu de liquidités, mieux vaut vous abstenir, même si le coût du financement ou le rendement du capital investi est supérieur à 37 %.

Quand offrir un escompte?

Devriez-vous offrir un escompte pour paiement hâtif à vos propres clients? En faisant le calcul en sens inverse, on constate que cela s’avère coûteux.

Le rendement du capital investi ou le coût du financement de votre propre entreprise doit être supérieur à 37 % pour qu’il soit pertinent d’offrir une clause 2 %/10, 30 nets, et supérieur à 18 % pour qu’il vaille la peine d’offrir une clause 1 %/10, 30 nets.

Par conséquent, à moins que votre entreprise ait des problèmes de trésorerie ou un rendement du capital investi très élevé, vous devriez probablement vous abstenir d’offrir un escompte pour paiement hâtif, comme l’indique Jorge Henao, conseiller d’affaires de BDC et expert en gestion financière.

Rentabilité peu probable

«Si votre client vous paie dans les 30 jours, l’escompte n’est probablement pas rentable d’un point de vue financier, souligne M. Henao. Par ailleurs, le fait de mettre fin aux escomptes pourrait inciter vos clients à retarder leurs paiements.»

Pour en savoir plus sur la gestion des flux de trésorerie et découvrir des histoires réelles d’entrepreneurs, téléchargez gratuitement le livre numérique de BDC intitulé «Maîtrisez votre trésorerie: Guide pour les entrepreneurs».


Partager

v17.9.0.10395