logo BDC

Modèle SaaS et revenus récurrents: les chiffres qui comptent

Partager

Le logiciel-service (SaaS) est devenu un moyen populaire d’offrir des solutions logicielles complexes et souvent coûteuses à une clientèle plus vaste.

Dans le monde du logiciel conventionnel, les entreprises devaient se procurer des licences de logiciels «perpétuelles» pour mener leurs activités. Autrement dit, pour pouvoir utiliser un programme informatique, les clients devaient acheter à la fois le logiciel et le matériel nécessaires. Bien sûr ils étaient alors propriétaires du logiciel à perpétuité, mais le déploiement et la maintenance de celui-ci pouvaient leur coûter très cher. Parfois, les coûts et la complexité en jeu étaient si importants que les petites et moyennes entreprises ne pouvaient pas utiliser certains logiciels.

En vertu du modèle «logiciel-service» – ou SaaS (pour «software as a service») – une entreprise loue un logiciel dans le cadre d’un abonnement mensuel, trimestriel ou annuel, plutôt que de l’acheter. Le logiciel est habituellement installé sur des serveurs à l’extérieur de l’entreprise et est accessible en ligne. Le client n’a plus à se soucier des coûts liés à la maintenance et au matériel.

En quoi le modèle SaaS est-il si différent?

Pour les entrepreneurs, le logiciel-service est un modèle d’affaires intéressant en raison de la prévisibilité des revenus générés, puisque ceux-ci proviennent de paiements effectués chaque mois, chaque trimestre ou chaque année par les utilisateurs finaux du produit. Ces rentrées de fonds sont appelées «revenus mensuels récurrents».

Dans le cadre d’un modèle de revenus récurrents, les utilisateurs finaux paient un service donné pendant une certaine période, appelée «durée de vie du client». Les clients qui sont satisfaits d’un service y sont fidèles longtemps et deviennent plus rentables pour le fournisseur au fil du temps. Mais ceux qui sont insatisfaits cessent rapidement de payer le service et s’en désabonnent sans tarder. Cet abandon se traduit généralement par une perte pour le fournisseur de logiciel, car le coût d’acquisition d’un client est habituellement très élevé.

Deux grands facteurs de réussite pour les entreprises de logiciels-services

Dans le cadre d’un modèle de revenus récurrents, les coûts associés à l’acquisition des clients et à la fourniture du service dépassent les revenus générés au début de la relation d’affaires. Cela s’explique par le fait que les clients paient chaque mois et pour un certain temps le service que l’entreprise leur fournit alors que celle-ci a dû engager dès le départ des dépenses pour fournir le service en question et acquérir ces clients. Voilà pourquoi les entreprises de logiciels-services qui veulent réussir doivent surveiller étroitement les deux facteurs ci-dessous.

1. Acquisition des clients

Si l’acquisition et l’intégration des nouveaux clients jouent un rôle essentiel dans n’importe quel modèle d’affaires, leur importance est encore plus grande dans un modèle de revenus récurrents. Les entreprises de logiciels-services dépensent généralement des milliers de dollars pour acquérir leurs clients et, la plupart du temps, elles doivent attendre plusieurs mois avant de tirer des profits de ces relations d’affaires. Toutefois, plus votre entreprise acquiert de clients au moyen du même investissement en marketing, plus votre période de rentabilisation est courte et plus le rendement de votre investissement par client est élevé.

2. Fidélisation des clients

Il est tout aussi important de fidéliser les clients que de les acquérir. Si une entreprise dépense des milliers de dollars pour acquérir un client, mais qu’elle le perd au bout de quelques mois seulement, elle aura perdu de l’argent au final. Toutefois, si son taux de roulement est faible et que les clients utilisent sa plateforme pendant plusieurs années, elle pourra compter sur une source rentable de revenus récurrents.

Trois indicateurs SaaS clés

L’utilisation d’un trop grand nombre de paramètres pour mesurer le rendement peut s’avérer déroutante et, dans le cas des petites entreprises, inutile. Les entreprises de logiciels-services en démarrage doivent se limiter à quelques indicateurs qu’elles surveilleront au fil de leur croissance. Je conseille à mes clients de se concentrer sur trois indicateurs clés.

1. Revenus mensuels récurrents (RMR)

En mesurant vos revenus mensuels récurrents, vous saurez combien de revenus votre entreprise pourra comptabiliser le mois suivant, mais surtout, vous pourrez déterminer la croissance de vos revenus d’un mois à l’autre au fil de votre expansion.

2. Coût d’acquisition du client (CAC)

Il s’agit de ce qu’il vous en coûte pour acquérir un nouveau client, soit généralement les coûts liés à la vente, à la commercialisation et à la fourniture de votre produit. Les entreprises mesurent généralement le CAC en additionnant les coûts d’acquisition du client enregistrés durant un trimestre et en divisant ce montant par le nombre de clients acquis pendant cette période. Cet indicateur est important, car il permet de surveiller les coûts liés à l’acquisition de la clientèle, en plus de fournir un point de comparaison pour évaluer le succès de vos efforts de vente et de marketing.

3. Taux de roulement

Il existe de nombreux moyens de mesurer le taux de roulement (perte de RMR, désabonnements, etc.), mais le concept est à peu près semblable quelle que soit la méthode: il s’agit de mesurer les pertes de clients payants et ou les résiliations de contrat. Ce taux est souvent exprimé en pourcentage mensuel, trimestriel ou annuel. Pour réussir, les entreprises de logiciels-services doivent surveiller rigoureusement leur taux de roulement, car cet indicateur est très révélateur de la solidité de leur clientèle et de l’efficacité de leur processus d’intégration.

En définitive

Les entreprises qui utilisent le modèle de revenus récurrents disposent d’une foule d’indicateurs de rendement clés pour évaluer leur situation. Elles doivent toutefois savoir lesquels sont pertinents pour elles. Pour tirer parti du modèle SaaS, je recommande de commencer par évaluer les trois indicateurs que j’ai mentionnés ci-dessus (RMR, CAC et taux de roulement). Au fil du temps, vous découvrirez lesquels sont les plus utiles pour votre entreprise.

Veuillez noter qu'il n'est pas possible d'ajouter de commentaires avec Internet Explorer à partir du réseau BDC.
Please note that it is not possible to add comments with Internet Explorer from the BDC network.

Partager

v17.9.0.10395