Steelworks Design: Bâtir une entreprise plus solide grâce à un comité consultatif

Lecture de 4 minutes

Rhonda Barnet - Owner of Steelworks Design

Cette réunion, Rhonda Barnet ne l’oubliera jamais.

La crise financière menait l’industrie automobile nord américaine au désastre, et les principales entreprises clientes de Steelworks Design, une entreprise d’équipement industriel gérée par Rhonda Barnet et son mari, Donald, étaient des constructeurs automobiles.

En octobre 2008, la crise avait coûté à Steelworks la moitié des ventes de ses équipements conçus et fabriqués à Peterborough, en Ontario. Avec l’énergie du désespoir, les Barnet tentaient de sauver l’entreprise… sans toutefois procéder à des licenciements, ce qui aurait été une première à Steelworks.

«Pour une petite entreprise familiale et tricotée serrée comme la nôtre, explique Rhonda Barnet, c’était trop difficile.»

Décision forcée

Les Barnet ont rencontré leur comité consultatif pour faire le point. Les trois membres du comité avaient occupé des postes de direction dans d’autres entreprises de Peterborough. Deux étaient à la retraite et la dernière personne, toujours en activité.

Les trois membres ont encouragé les Barnet à agir. Vice présidente des finances, Rhonda est aussi responsable des ventes, des ressources humaines et de la planification stratégique. Donald est président et responsable de l’exploitation.

«J’étais très émotive, raconte Rhonda Barnet. Mais si nous ne prenions pas ces décisions, c’est toute l’entreprise qui courait à sa perte. Le comité consultatif nous a donné le courage et la force de les prendre.»

Les Barnet ont finalement licencié la moitié des 18 personnes que leur entreprise embauchait à l’époque. Steelworks a survécu et a rebondi avec une croissance impressionnante: les ventes ayant presque doublé au cours des années suivant la crise de 2008.

Une ressource précieuse

Le comité consultatif a été une source très précieuse de conseils pour les Barnet, au delà de la récession. Il leur a donné des conseils concernant leurs efforts de diversification hors de l’industrie automobile, l’optimisation de leur gestion financière et même le choix d’une nouvelle banque.

«Je pense que c’est l’un des outils les plus utiles à une entreprise», affirme Rhonda Barnet.

Une étude de BDC le confirme. Intitulée Les comités consultatifs: un atout incontestable pour les PME canadiennes, elle montre que les comités consultatifs apportent des avantages considérables aux PME.

Un comité consultatif est un groupe de conseillères et conseillers dignes de confiance qui se réunissent régulièrement afin d’aider les propriétaires d’entreprise à prendre de meilleures décisions d’affaires et à élaborer une vision à long terme pour leur entreprise. Ce comité n’a ni pouvoir décisionnel ni responsabilité juridique à l’égard des entreprises, contrairement à un conseil d’administration.

Un gros impact

Dans le cadre de l’étude, BDC a commandé un sondage auprès des propriétaires d’entreprise pour en savoir plus sur leur expérience avec les comités consultatifs. La plupart des propriétaires d’entreprise (86 %) qui disposent d’un comité consultatif ont affirmé que celui ci a un impact important sur la réussite de leur entreprise.

BDC a également demandé à Statistique Canada d’analyser un échantillon de 3 902 clientes et clients de BDC. L’analyse révèle qu’au cours des trois années suivant la mise sur pied d’un comité consultatif, les entreprises enregistrent:

  • une croissance de leurs ventes plus élevée 66,8 %, comparativement à 22,9 % au cours des trois années qui ont précédé;
  • une croissance de la productivité plus forte 5,9 % en moyenne, alors qu’elle a augmenté de 3,2 % en moyenne au cours des trois années qui ont précédé.

Malgré ces avantages, l’étude révèle que seulement 6 % des PME canadiennes ont un comité consultatif.

Conseils indépendants

La conclusion est sans appel: plus de propriétaires d’entreprise devraient doter leur entreprise d’un comité consultatif.

Si former un comité consultatif demande des efforts, la plupart des spécialistes s’accordent pour dire que c’est du temps et de l’énergie bien employés compte tenu des avantages qui en découlent.

Chez Steelworks Design, Rhonda Barnet a été encouragée à former un comité consultatif par un avocat de la société qui l’a aidée à trouver deux dirigeants locaux. Le mentor de Rhanda Barnet (un de ses anciens patrons) a complété le trio.

Pour un dîner

Les membres ont accepté de rencontrer les Barnet une demi journée chaque trimestre. Leur tarif: le dîner.

Le groupe passait en revue les éléments du plan stratégique de l’entreprise, notamment le développement des affaires, la gestion financière et les ressources humaines.

Steelworks, client de BDC, crée aujourd’hui de l’équipement pour une clientèle très variée comme General Electric, Hitachi, Siemens, Rolls Royce et PepsiCo. Les exportations représentent environ 30 % de ses ventes.

Excellentes perspectives de croissance

Rhonda Barnet pense que l’entreprise a des «occasions de croissance incroyables» à saisir et qu’elle pourrait atteindre un chiffre d’affaires de 10 millions de dollars dans les prochaines années.

Un comité consultatif jouera un rôle décisif dans la réalisation de cet objectif.

«Si nous n’en avions pas mis un sur pied et progressé dans cette voie, nous serions probablement toujours restés une entreprise d’un million de dollars, une bonne petite entreprise familiale en somme, dit l’entrepreneure.

«Ce n’est pas notre ambition.»

Conseils aux propriétaires d’entreprise sur les comités consultatifs

  1. Trouvez des membres qui ont des compétences complémentaires aux vôtres et qui ont à coeur la réussite de votre entreprise.
  2. Trouvez des membres autonomes pour obtenir des conseils non biaisés par des intérêts personnels.
  3. Faites preuve d’ouverture face aux points de vue différents des membres du comité ou à leur remise en cause de vos idées.