Zéro émission d’ici 2040: une entreprise d’Edmonton mène la transition vers un secteur de la construction durable

L’accent mis sur les valeurs sociales et environnementales a permis à cette entreprise de construction d’installations commerciales de connaître une croissance rapide

Temps de lecture: 7 minutes

Partager

Entreprise non traditionnelle évoluant dans un secteur traditionnel, Chandos innove depuis longtemps.

Cette entreprise de construction basée en Alberta, lancée en 1980, est devenue rapidement une société appartenant à 100 % aux membres du personnel, avec une seule catégorie d’actions à droit de vote. Grâce à cette structure de capital social, l’équipe de direction de Chandos participe autant à la réussite de l’entreprise que son personnel de première ligne.

Chandos est devenue une entreprise axée sur l’équilibre entre les profits et les personnes, qui met l’accent sur la collaboration dans le secteur et a pour ambition de mener le changement dans le secteur de la construction.

Il ne fait aucun doute que nous avons obtenu des contrats pour lesquels notre entreprise n’aurait normalement pas été envisagée, et ce, grâce à notre approche de lutte contre le changement climatique.

Objectif «zéro émission» d’ici 2040

En 2020, Chandos a commencé à s’efforcer de réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES).

«Ce n’est pas facile de travailler pour une entreprise de construction qui compte sept bureaux et travaille sur une centaine de chantiers au cours d’une année. Vous devez repérer tout ce qui consomme du diesel, du gaz et de l’électricité et émet des gaz à effet de serre, et cela n’était pas une mince affaire», explique Jen Hancock, vice-présidente, Construction collaborative de Chandos.

Après avoir franchi la première étape consistant à mesurer ses émissions de carbone, Chandos a acheté des crédits carbone pour compenser ses émissions.

L’entreprise prend également des mesures pour réduire l’impact environnemental de ses activités. Elle a commencé à électrifier son équipement et son parc automobile diesel et a même numérisé son travail en utilisant des logiciels de comptabilité et des technologies de conception et de construction virtuelles. Elle prévoit de passer à terme à l’utilisation d’une énergie propre sur ses chantiers.

Un an plus tard, Chandos a franchi une nouvelle étape en annonçant un objectif zéro émission pour 2040. Ce plan est d’autant plus ambitieux qu’il va au-delà de ses propres opérations et comprend les émissions provenant des matériaux qu’elle achète et utilise pour réaliser ses projets de construction.

«Nous pouvons commencer à travailler avec notre chaîne d’approvisionnement et à demander: "Est-ce que vous faites le suivi des GES de votre béton? Comment obtenir le béton le moins carboné possible?" [...] Nous espérons qu’au cours des prochaines années, nous pourrons dire: "Ce fournisseur d’acier a le meilleur processus. Il a vraiment réduit ses émissions, nous n’achèterons plus que chez lui "», déclare Mme Hancock.

La durabilité comme outil de recrutement et de fidélisation

La directrice des ressources humaines de Chandos, Julie Wilson, estime que l’approche collaborative que l’entreprise utilise pour réaliser ses projets, l’attention qu’elle porte à la diversité et à l’inclusion ainsi que l’accent qu’elle met sur l’approvisionnement socialement responsable et l’impact environnemental joueront un rôle primordial dans le recrutement et la fidélisation à l’avenir.

«Je pense que le fait que les personnes soient fières du travail qu’elles accomplissent dans certaines organisations est très important pour les entreprises aujourd’hui, et le sera encore plus dans les cinq à dix prochaines années», dit-elle.

La jeune génération commence à s’interroger sur la durabilité. Ces cinq dernières années, nous avons commencé à constater un changement lors des foires d’emploi.

L’entreprise constate déjà que ces valeurs d’entreprise trouvent un écho auprès des plus jeunes.

«La jeune génération commence à s’interroger sur la durabilité. Ces cinq dernières années, nous avons commencé à constater un changement lors des foires d’emploi. Je pense cela représentera un facteur essentiel pour retenir et attirer du personnel, peut-être pas tout de suite, mais certainement dans un avenir proche», ajoute Mme Wilson.

Jen Hancock pense également que la durabilité jouera un rôle de plus en plus important auprès de la clientèle.

«Il ne fait aucun doute que nous avons obtenu des contrats pour lesquels notre entreprise n’aurait normalement pas été envisagée, et ce, grâce à notre approche intégrée de réalisation de projets axée sur la lutte contre le changement climatique», déclare-t-elle.

La première entreprise de construction d’immeubles commerciaux certifiée B Corp en Amérique du Nord

En 2016, Chandos est devenue la première et la plus grande entreprise de construction d’installations commerciales en Amérique du Nord à obtenir la certification B Corp.

Les entreprises B Corp sont des entreprises menant leurs activités d’une manière qui profite à la société dans son ensemble, en tenant compte de l’aspect social et environnemental autant que des profits.

«Remplir la demande de certification B Corp et faire ce qu’il faut pour devenir une entreprise certifiée B Corp exige de l’audace», explique Jen Hancock.

Elle souligne également l’excellence du mentorat de BDC, partenaire de longue date de Chandos.

«Les spécialistes nous ont dit: "Nous sommes là pour vous", et nous ont beaucoup soutenus au cours du processus qui a conduit à notre certification.»

En tant qu’entreprise B Corp, Chandos s’engage à respecter des normes rigoureuses en matière de responsabilité sociale et environnementale, de transparence publique et de responsabilité juridique. La certification mesure la performance globale d’une entreprise et évalue la manière dont ses activités, son modèle économique et ses profits influent sur le personnel, l’environnement, la clientèle et la collectivité.

Chandos a commencé à recycler vers 2008, en s’efforçant de détourner les déchets de la décharge sur autant de chantiers que possible. Le processus de certification B Corp a permis d’augmenter le taux de détournement des déchets de l’entreprise. Chandos s’est fixé pour objectif de détourner 80 % des déchets de chacun de ses projets, en recyclant autant que possible le béton, le bois, le papier, le plastique, le métal et les restes de cloisons sèches.

«La certification B Corp nous a permis de découvrir ce que nous faisions de bien, mais elle a également mis en évidence certaines de nos lacunes», explique Mme Hancock.

Chandos a créé une équipe de gestion de l’impact pour surveiller les initiatives B Corp, en se concentrant sur l’amélioration de l’entreprise en matière de diversité et d’inclusion, la réduction de l’impact de ses chantiers sur l’environnement et l’augmentation des pratiques d’approvisionnement socialement responsables de l’entreprise.

Accent sur une croissance sans émissions

L’accent mis par Chandos sur la durabilité de l’environnement permet d’élargir la clientèle de l’entreprise, ce qui entraîne une croissance globale de l’organisation. En 2019, Chandos est passée d’un effectif de 230 dans deux emplacements en Alberta à plus de 600 dans sept emplacements au Canada.

«Il y a indéniablement des projets que nous remportons grâce à notre approche relative à la durabilité. Un client actuel nous a dit: "Je vous ai choisis en raison de votre approche de lutte contre le changement climatique et de l’accent que vous mettez sur les matériaux à faible empreinte carbone." Nous avons donc vraiment réussi à décrocher des projets pour lesquels la durabilité était un facteur essentiel, et cela va souvent de pair avec notre approche de construction collaborative», explique Jen Hancock.

Partager