3 règles pour une culture d’entreprise innovatrice | BDC.ca
logo BDC

3 règles pour créer une culture d’innovation dans votre entreprise

Aithan Shapira fait part de ses trois règles d’or pour instaurer une culture d’innovation dans une entreprise

Partager

Artiste pendant 20 ans, Aithan Shapira peignait huit heures par jour. Avec le temps, il en est venu à accompagner d’autres artistes et a été fasciné par le fonctionnement de la créativité.

M. Shapira a fait un doctorat sur le sujet et a adapté ses constats au monde des affaires. Il a ouvert un cabinet de consultants, Making to Think, qui a conseillé des sociétés du Fortune 100 sur la façon d’accroître leur créativité et leur capacité de changement. Il donne également un cours très recherché sur le leadership à la Sloan School of Management du MIT.

M. Shapira est d’avis que la créativité est plus importante que jamais dans le monde de plus en plus complexe et changeant d’aujourd’hui. «Les entreprises doivent renforcer leur capacité de changer, affirme-t-il. Si elles ne changent pas, elles n’innovent pas. Les artistes ont 3 000 ans d’expérience en la matière.»

M. Shapira a divisé ses conseils en trois grandes règles pour instaurer une culture d’innovation dans une entreprise.

Règle no 1: Il y a des barrières et des obstacles au changement

Selon M. Shapira, de manière générale, les entreprises n’ont pas besoin de devenir plus innovatrices. Elles le sont déjà. Cependant, elles n’exploitent probablement pas pleinement leur capacité d’innovation.

«Le but n'est pas forcément d’innover plus, explique-t-il, mais d’éliminer les barrières qui bloquent la créativité. La limite de notre capacité d’innovation, de notre futur, ce ne sont pas la technologie ou les procédés, mais la personne qui est assise en face de moi et qui me dit que ça ne va pas marcher. C’est cela qui détermine la réussite ou l’échec d’un processus.»

Votre développement personnel permet celui de votre entreprise. Vous devez exercer votre propre aptitude à changer.

La première étape consiste à reconnaître les limites et les obstacles que vous et votre organisation devez changer. M. Shapira dit de cette étape qu'elle est la plus difficile pour devenir plus créatif.

«Le changement commence par vous, indique-t-il. Vos employés observent votre capacité à changer. Ils vous regardent et veulent vous soutenir. Votre développement personnel permet celui de votre entreprise. Vous devez exercer votre propre aptitude à changer.»

Le changement peut être déclenché par une simple modification de perspective. Pour cela, M. Shapira utilise une technique appelée l’apprentissage analogique, c’est-à-dire avoir une vue nouvelle de la situation en puisant dans des contextes similaires. «C’est une façon simple de déplacer le centre de gravité», conclut-il.

Règle no 2: La capacité de changement se renforce lorsqu’on se sent soutenu

«La règle no 2 aide à éliminer la règle no 1», explique M. Shapira. Soutenez les efforts que fait votre équipe pour changer et innover en récompensant l’apprentissage et en donnant la permission de faire les choses différemment.

M. Shapira ajoute: «Lorsque quelqu’un essaie quelque chose de nouveau, on lui demande “Quels ont été les résultats?”. On veut que les employés innovent, mais on les congédie s’ils échouent. Il faut plutôt demander “Qu’avez-vous avez appris?”, car c'est le changement qu’il faut rechercher. Pas la réussite. Le changement.»

M. Shapira donne l’exemple du réputé laboratoire d’innovation de Google, simplement appelé X. Il est reconnu que le personnel de X passe la majeure partie de son temps à essayer de briser ses propres inventions, à la recherche de leurs points faibles, avec l’objectif d'apprendre. «C’est le secret», a écrit Astro Teller, directeur du laboratoire, dans WIRED. «Attaquez-vous d’abord à tous les aspects les plus ardus d’un problème. Demandez avec enthousiasme: “Comment allons-nous défaire aujourd’hui ce que nous avons fait hier?”»

M. Shapira reprend cette idée: «Il faut se dire que ce n'est pas mauvais, mais différent. Dire que le jazz est une mauvaise musique, est-ce que ça a un sens? C'est une musique différente, pas mauvaise.»

Règle no 3: Le complément accroît le changement

Le compliment ne suffit pas pour stimuler le changement et l’innovation. Il faut également un complément (notez le changement de voyelle). Autrement dit, il faut compléter le changement pour l’amplifier et l’accélérer.

«Se limiter au compliment conforte le statu quo, prévient M. Shapira. Le complément englobe le compliment. Prenez la valeur d’une chose, puis complétez-la. C’est ainsi que l’on instaure une culture qui encourage le changement. C’est ainsi également que vous pouvez amener les autres à changer en se complétant les uns les autres dans un esprit de soutien.»

Cet article a été rédigé à la suite d’une discussion entre M. Shapira et les PDG qui ont participé à la Retraite excellence des PDG de BDC lors d’une séance d’accueil exclusive au C2 Montréal.

Partager

v17.9.0.10395