Logo - Banque de développement du Canada - BDC
Gestion des bâtiments  Article | Lecture de 8 minutes

Comment entretenir votre système CVC pour un maximum d’efficacité

Réduire l’impact sur le climat ainsi que les coûts de chauffage et de climatisation
Someone walking in a new office

Le chauffage et la climatisation représentent généralement l’essentiel de la consommation d’énergie d’un bâtiment, d’autant plus que de simples améliorations comme l’éclairage DEL permettent de réduire les autres charges énergétiques. L’utilisation de votre système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) de façon aussi efficiente que possible est donc primordiale pour réduire l’impact environnemental de votre bâtiment, assurer le confort et la santé des personnes qui l’occupent et réduire vos dépenses d’exploitation.

Pratiques exemplaires d’utilisation courante

Le système CVC est un élément majeur du bâtiment et son remplacement peut s’avérer coûteux et entraîner des perturbations; vous devez donc faire tout ce qui est en votre pouvoir pour qu’il fonctionne au mieux le plus longtemps possible.

Miguel Sousa, président et cofondateur de la société d’ingénierie environnementale Ambioner basée à Québec, explique qu’il faut d’abord acquérir une compréhension de base du système en place:

  1. De quel type de système s’agit-il?
  2. Quelle source d’énergie utilise-t-il?
  3. Quel est le calendrier d’entretien qui convient?

«Toutefois, vous n’avez pas besoin d’être une personne du métier ayant une connaissance approfondie de chaque composant», précise-t-il. Il ajoute que les systèmes CVC modernes sont très complexes et qu’une personne spécialisée dans ce domaine peut souvent vous faire profiter d’une expertise globale.

Si vous ne connaissez pas déjà les principes de base de votre système CVC, une ou un spécialiste en CVC pourra vous aider à cet égard. Comme cette personne aura accès à de la documentation et des informations de l’industrie, elle pourra vous renseigner sur la durée de vie prévue et le calendrier d’entretien idéal pour chaque pièce. Ainsi, vous pourrez en planifier et en budgétiser l’entretien et le remplacement.

La baisse contrôlée des températures lorsqu’il n’y a personne dans le bâtiment est l’une des mesures les plus efficaces, et elle n’exige aucun investissement.

Certaines pratiques exemplaires peuvent vous aider à éviter les problèmes:

  • Remplacer régulièrement les filtres à air. Les filtres à air s’encrassent au fil du temps, car ils retiennent les particules des contaminants présents dans l’air, ce qui oblige l’ensemble du système à travailler plus fort pour expulser l’air. Outre l’augmentation de la consommation d’énergie, les filtres encrassés ont également un impact négatif sur la qualité de l’air intérieur; il est donc important de les remplacer selon le calendrier recommandé par le fabricant.
  • Vérifier les réglages. La plupart des systèmes CVC autorisent un vaste éventail de réglages personnalisés. Certaines configurations peuvent influer fortement sur la quantité d’énergie consommée par votre système CVC, tout particulièrement les réglages de la programmation.

    «La baisse contrôlée des températures lorsqu’il n’y a personne dans le bâtiment n’exige aucun investissement», déclare Bruce Taylor, président et fondateur d’Enviro-Stewards Inc, une société de services-conseils en environnement basée à Elmira, en Ontario.

    Veillez également à ce qu’il y ait un écart entre la température de consigne de votre chauffage et celle de votre climatisation afin d’éviter que ces systèmes ne fonctionnent en même temps et ne s’annulent mutuellement.

  • Récupérer la chaleur si cela est possible. Les systèmes munis d’un récupérateur de chaleur peuvent utiliser l’air extrait de l’intérieur pour préchauffer ou prérefroidir l’air frais de l’extérieur. Cela peut réduire considérablement la quantité d’énergie que votre système CVC doit utiliser pour atteindre le niveau de température et d’humidité adéquat.
  • Surveiller constamment la performance du système. Bruce Taylor et Miguel Sousa affirment tous deux qu’une vérification annuelle de votre système par une ou un spécialiste en CVC est un bon début, mais il y a beaucoup d’autres contrôles que vous pouvez et devriez faire entretemps. Par exemple, une consommation d’énergie plus élevée que prévu pourrait signaler un problème. Pensez donc à installer des capteurs et des enregistreurs de données d’ampérage qui vous aideront à surveiller la consommation d’énergie et d’autres mesures de la performance.

Chaque système et chaque bâtiment étant différents, il est également utile de demander à votre spécialiste en CVC de vous recommander d’autres mesures à prendre pour réduire votre consommation d’énergie globale.

Rehausser l’optimisation de votre système CVC

Pour améliorer davantage l’efficacité de votre système CVC, faites preuve de créativité lorsque vous réfléchissez à ses fonctions de base et que vous envisagez d’autres façons dont il pourrait s’en acquitter en utilisant moins d’énergie.

Par exemple, l’une des principales tâches d’un système CVC est de fournir de l’air frais aux personnes qui occupent un bâtiment en aspirant l’air extérieur toute la journée et quotidiennement. Au bureau d’Enviro-Stewards, l’équipe a installé un mur végétal et configuré le système de ventilation de sorte que l’air vicié soit filtré par les plantes. Cela permet d’assainir l’air naturellement et de moins dépendre de l’air extérieur, ce qui réduit la nécessité de chauffer ou de refroidir cet air pour l’adapter aux conditions intérieures.

«Nous avons pu réduire de 97 % notre consommation d’air extérieur, explique Bruce Taylor. De plus, les tests montrent que la qualité de l’air que nous obtenons est en fait meilleure que dans des bureaux comparables avec l’ajout habituel de 10 % d’air frais extérieur.»

Dans une autre entreprise, il fallait augmenter le débit d’air frais à cause de la soudure industrielle qui y était effectuée. L’équipe de Bruce Taylor a donc installé des capteurs de données d’ampérage et les a reliés au système de ventilation. Lorsque ces capteurs détectent la surtension indiquant que les activités de soudage sont en cours, ils signalent automatiquement au système d’augmenter la ventilation jusqu’à ce que le niveau de puissance revienne à la normale après une période déterminée.

Dans d’autres cas, le système CVC peut aider à maintenir les stocks dans une plage de température particulière. Bruce Taylor rappelle que c’est la température du produit qui doit être mesurée, et non celle de l’air de la pièce. La température de l’air ambiant peut souvent différer de celle des stocks sans les affecter, et ces différences peuvent conduire à des réductions significatives de la consommation d’énergie du système CVC.

Comment savoir si votre système CVC est défectueux?

Le signe le plus évident de l’existence d’un problème est l’arrêt complet de votre système CVC, mais il y a généralement des signes avant-coureurs. Si vous remarquez n’importe lequel des éléments dans le cadre de la surveillance régulière de votre système, demandez à votre spécialiste en CVC d’examiner la situation et de prendre des mesures avant que tout le système ne tombe en panne:

  • Bruits inhabituels. Les systèmes CVC sont souvent bruyants par leur nature. Un niveau de bruit plus élevé ou des bruits différents des bruits habituels peuvent être les signes d’un problème.
  • Rouille visible. Si de la rouille ou d’autres détériorations sont visibles sur une pièce, celle-ci doit probablement être remplacée.
  • De l’eau là où il ne devrait pas y en avoir. Cela signifie que quelque chose doit être réparé. Réglez le problème le plus rapidement possible afin d’éviter tout dégât d’eau dans votre bâtiment.
  • Faible niveau du réfrigérant. Votre système CVC est censé être un système fermé. Si du réfrigérant doit être ajouté, cela signifie qu’il y a une fuite quelque part. Non seulement les fuites de réfrigérant coûtent cher, mais elles entravent la performance du système et nuisent à l’environnement. De nombreux réfrigérants sont connus pour contribuer au réchauffement de la planète; il est donc important de les contenir.
  • Variations brusques de la consommation d’énergie. Toute augmentation inexpliquée de la consommation d’énergie doit faire l’objet d’une enquête, que vous la remarquiez au moment de la surveillance de vos factures d’énergie ou de la consommation d’électricité de votre système CVC directement à l’aide de capteurs de données d’ampérage.
  • Plaintes concernant le confort. La plupart des composants d’un système CVC sont dissimulés et il n’est donc pas toujours facile de repérer les problèmes. C’est pourquoi les commentaires des personnes qui occupent le bâtiment doivent être pris au sérieux, car ils révèlent souvent l’existence d’un problème. Une hausse des plaintes concernant la température, l’humidité ou la qualité de l’air est un signe évident que quelque chose ne fonctionne pas correctement.


Est-il temps de remplacer votre système CVC?

Avec un entretien adéquat, vous pouvez prolonger la durée de vie de votre système CVC jusqu’à son maximum absolu. Toutefois, aucun système n’est éternel, quelle que soit la qualité de son entretien. Miguel Sousa recommande de tenir compte de la durée de vie prévue de l’équipement afin de commencer à planifier et à budgétiser son remplacement avant de ne plus avoir le choix.

«Une panne imprévue de l’équipement peut causer bien des désagréments, dit-il. Il est également probable que son remplacement vous coûtera plus cher que si vous l’aviez prévu.»

Lorsque la fin de la durée de vie prévue approche, cela vaut également la peine d’évaluer l’efficacité de votre système. S’il est très inefficace, il sera peut-être préférable de le remplacer rapidement.

Cependant, il est important de trouver le juste milieu entre les gains d’efficacité et l’empreinte carbone générée par ce remplacement. Vous devez mettre en balance les avantages environnementaux d’une plus grande efficacité et l’empreinte carbone liée à l’élimination de votre ancien système ainsi qu’à la fabrication et au transport de votre nouveau système.

Lorsque vous décidez de remplacer votre système, Bruce Taylor conseille de ne pas choisir automatiquement celui dont le prix d’achat est le plus bas.

«L’option la moins chère est presque toujours la moins efficace, explique-t-il. Et vous devrez composer avec cette inefficacité pendant des années.»

Il fait remarquer que le prix d’achat de l’équipement ne représente souvent que 15 % du coût total de possession, c’est-à-dire le coût non seulement de l’achat, mais aussi de l’exploitation et de l’entretien de l’équipement pendant toute sa durée de vie. C’est pourquoi il recommande de ne pas regarder uniquement le prix d’achat du nouveau système CVC et de procéder à une analyse complète du coût de possession de tout modèle envisagé.

Conseils en matière de CVC pour les propriétaires d’entreprise qui sont locataires

Qu’advient-il si votre entreprise loue ses locaux, et que vous n’êtes donc pas propriétaire du système CVC? Même si vous ne pouvez pas contrôler la façon dont le système est entretenu ou le moment où il est remplacé, il y a toujours des choses que vous pouvez faire pour tirer le meilleur parti du système CVC dans votre bâtiment.

Tout d’abord, si vous avez accès aux thermostats et aux réglages dans votre espace, assurez-vous d’en exploiter tout le potentiel. Programmez la baisse contrôlée des températures en fonction de vos horaires de travail et utilisez toutes les autres fonctions d’économie d’énergie disponibles.

Si vous n’avez pas accès à certains paramètres ou si vous souhaitez apporter des modifications plus importantes, faites-en la demande.

«Vos propriétaires pourraient faire preuve d’une plus grande ouverture aux suggestions que vous ne l’imaginez, déclare Bruce Taylor. Il n’y a donc aucun mal à demander.» De nombreuses améliorations augmenteront la valeur du bâtiment et les investissements importants peuvent être compensés par des remises et des programmes incitatifs. Si vous présentez un dossier solide après avoir mené votre recherche, vous obtiendrez peut-être les changements que vous souhaitez.

Si votre propriétaire refuse et si vous en avez les moyens, proposez de financer vous-même une partie ou la totalité des améliorations.

Si vos démarches ne donnent aucun résultat, Miguel Sousa suggère de tenir compte des améliorations nécessaires au moment de renouveler votre bail. Il recommande de négocier un rabais sur votre loyer pour compenser les coûts énergétiques plus élevés que vous pourriez payer pour un système inefficace, ou de rechercher d’autres locaux présentant une meilleure performance.

«L’argent est toujours un facteur, explique-t-il, surtout si votre entreprise est un locataire important. La menace de transférer votre entreprise dans un autre bâtiment peut être un moyen efficace de faire changer d’avis votre propriétaire.»

Votre vie privée

BDC utilise des témoins de navigation (cookies) pour améliorer votre expérience sur son site et à des fins publicitaires, pour vous offrir des produits ou des services qui sont pertinents pour vous. En cliquant sur «J’ai compris» ou en poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à leur utilisation.

Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.