Raisons pour lesquelles les transferts échouent souvent| BDC.ca
logo BDC

Raisons pour lesquelles les transferts d’entreprise échouent souvent

Partager

Un changement de propriétaire peut perturber gravement une entreprise. Selon une étude de BDC menée auprès de 200 PME canadiennes, seulement deux entreprises sur cinq ont atteint leurs objectifs financiers dans l’année suivant un transfert.

Même si vous êtes le vendeur, il y a de quoi vous inquiéter. Vous voulez vous assurer que votre entreprise perdure, que les employés vont bien et que le financement que vous avez accordé à l’acheteur vous soit remboursé, le cas échéant.

«Les gens croient que tout ira comme sur des roulettes après le transfert, mais ils ne se préparent pas assez pour que ce soit le cas», souligne Benoît Mignacco, directeur général à Capital de croissance et transfert d’entreprise, l’équipe de BDC qui finance les transferts d’entreprise. «Les prévisions sont souvent trop optimistes.»

M. Mignacco a quelques conseils utiles pour que le transfert d’une entreprise se déroule rondement.

1. Attendez-vous à des perturbations

Les entrepreneurs sous-estiment le stress et les bouleversements occasionnés par un changement de propriétaire. La moitié des entreprises sondées par BDC n’ont pas réussi à atteindre leurs objectifs financiers. Un autre 20 % s’est retrouvé en difficultés financières importantes.

«La rentabilité chute en raison des coûts de la transition, de l’adaptation à la culture d’entreprise acquise et des dépenses imprévues», ajoute M. Mignacco. «Il est important de penser aux scénarios hypothétiques afin de se préparer à ces perturbations.»

2. Assurez-vous une marge de manœuvre en matière de financement

Les transferts entraînent souvent un niveau d’endettement élevé qui peut empêcher l’obtention de fonds supplémentaires en cas de dépassement de coûts. Pire encore, les entreprises utilisent souvent des prêts à court terme pour financer la transaction. De tels prêts sont assortis de taux d’intérêt plus bas, mais ils doivent être remboursés rapidement. Cela peut causer de graves problèmes de trésorerie au cours de la période cruciale de 12 à 24 mois suivant la conclusion de la transaction.

Il est donc important, lorsqu’on évalue les options de financement, de penser aux modalités de remboursement, ce qui ne comprend pas uniquement le taux d’intérêt. Certains prêteurs offrent des congés de remboursement du capital, de plus longues périodes d’amortissement et des options de remboursement flexibles.

«Vous avez souvent besoin d’une plus grande flexibilité au départ», dit M. Mignacco. «Dans le cas où vous devez absolument atteindre les résultats prévus pour rembourser votre dette, que se passera-t-il si vous n’y parvenez pas?»

Si vous êtes le vendeur et que vous fournissez un financement pour l’achat, posez des questions à l’acheteur à propos de la structure de son capital et assurez-vous que l’entreprise a une bonne assise financière après la transaction.

3. Envisagez de vendre à un proche ou à un employé

Les transferts à un cadre actuel ou à un membre de la famille tendent à mieux réussir que ceux à un acheteur externe. Selon un sondage de BDC, un peu moins de la moitié des transferts à des proches atteignent leurs objectifs financiers. Or, c’est seulement près d’un tiers des transferts à un acheteur externe qui y parviennent.

«La culture d’entreprise est souvent sous-estimée», remarque M. Mignacco. «Dans une transaction avec un proche ou un employé, il y a moins de changement sur ce plan et les employés se sentent plus en sécurité. Le vendeur manifeste également un attachement personnel aux successeurs et est habituellement prêt à les aider en cas de problème.»

4. Ne comptez pas sur les synergies

Les synergies espérées entre l’entreprise de l’acheteur et la nouvelle entreprise fonctionnent rarement après la transaction. Lorsqu’elles fonctionnent, elles sont rarement aussi importantes que celles auxquelles on s’attendait et prennent plus de temps à se concrétiser.

5. Ayez une équipe de direction solide

L’équipe de direction est la clé d’un transfert d’entreprise réussi. Le processus est beaucoup plus simple lorsque les dirigeants connaissent parfaitement leur entreprise et disposent d’une stratégie de croissance clairement définie. Selon l’étude de BDC, la force, l’expérience et la proactivité de l’équipe de direction dictent grandement l’avenir de l’entreprise.

Pour en apprendre davantage, téléchargez notre guide sur la vente d'entreprise.

Partager

v17.9.0.10395