En raison de la panne mondiale de Crowdstrike, nous traitons les transactions manuellement et donnons la priorité aux client.es dont les décaissements urgents sont prévus pour aujourd'hui. Si vous avez une transactions urgente, veuillez contacter votre représentant.e BDC. 

En raison de la panne mondiale de Crowdstrike, nous traitons les transactions manuellement et donnons la priorité aux client.es dont les décaissements urgents sont prévus pour aujourd'hui. Si vous avez une transactions urgente, veuillez contacter votre représentant.e BDC. 

5 erreurs à éviter au moment de déterminer la valeur d’une entreprise

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre transaction en évitant ces erreurs d’évaluation

Lecture de 5 minutes

Que vous vouliez acheter une entreprise, vendre la vôtre ou offrir des actions, évaluer la valeur de l’entreprise en question sera inévitable. Pendant ce processus, il est extrêmement important d’éviter de commettre certaines erreurs d’évaluation. Rachel Chong, directrice, Capital de croissance et transfert d’entreprise à BDC, indique que ce genre d’erreurs «peut faire échouer une transaction en raison d’attentes irréalistes ou encore vous mener à vendre l’entreprise en deçà de sa valeur».

La détermination de la valeur d’une entreprise est un exercice complexe, qui peut se faire au moyen de diverses méthodes. L’évaluation peut être faite à différents degrés de détail et d’assurance. Il se peut même que des évaluatrices ou évaluateurs différents n’arrivent pas au même résultat.

Rachel Chong présente les cinq principales erreurs à éviter lorsqu’on détermine la valeur d’une entreprise.

1. Avoir des attentes irréalistes

Il arrive souvent que les propriétaires d’entreprise aient une vision trop optimiste de la valeur de leur entreprise. Il peut en être ainsi en raison d’hypothèses irréalistes sur le plan des bénéfices futurs ou des flux de trésorerie, d’une mauvaise compréhension de l’intérêt des acheteuses ou acheteurs pour leur entreprise ou d’un manque de connaissances sur la façon dont sont évaluées les entreprises.

C’est pourquoi des propriétaires d’entreprise peuvent en arriver à remettre en question les résultats d’une évaluation externe. «Des attentes irréalistes quant à la valeur de leur entreprise ou de sa croissance future peuvent donner l’impression que l’évaluatrice ou l’évaluateur ne croit pas en l’entreprise», explique Rachel Chong .

En même temps, les acheteuses et acheteurs peuvent aussi avoir des attentes irréalistes quant à la valeur de l’entreprise convoitée. Elles et ils peuvent notamment considérer payer plus cher pour l’entreprise en raison des synergies prévues. Il arrive souvent que les acheteuses et acheteurs sous-estiment les coûts liés à un transfert de propriété et surestiment les économies découlant de la fusion.

2. Tenter de faire sa propre évaluation

L’évaluation est un processus complexe qui peut se faire au moyen de diverses méthodes et à divers degrés de complexité et d’assurance. Le choix de la méthode d’évaluation dépend du type d’entreprise et du type de transaction, ainsi que des renseignements disponibles.

Des propriétaires d’entreprise qui essaient de déterminer la valeur d’une entreprise sans l’aide d’une ou un spécialiste en évaluation d’entreprise peuvent commettre des erreurs. Voici certaines des erreurs les plus fréquentes:

  • utiliser une méthode d’évaluation non adaptée au type d’entreprise ou à son niveau de rendement ou au degré de stabilité de ses flux de trésorerie
  • combiner de façon incorrecte des méthodes d’évaluation
  • négliger de normaliser les bénéfices au moyen de facteurs spéciaux, comme les éléments discrétionnaires et non récurrents ainsi que les dépenses et les revenus non liés au taux du marché
  • appliquer un multiple inapproprié du BAIIDA (bénéfice avant intérêts, impôts et dotations aux amortissements)
  • utiliser la valeur comptable des actifs plutôt que la juste valeur marchande
  • formuler des hypothèses irréalistes en matière de projections des flux de trésorerie ou de bénéfices
  • ne pas considérer l’évolution des tendances de vente
  • ne pas tenir compte de la capacité en matière de transfert de gouvernance et de propriété

3. Se garder de partager l’information

Lorsque vous avez recours à une évaluatrice ou un évaluateur d’entreprise, vous devez être prêt à lui communiquer des renseignements détaillés sur l’entreprise et à collaborer avec cette personne. «Des propriétaires d’entreprise peuvent se sentir mal à l’aise de révéler des renseignements confidentiels, indique Rachel Chong . Mais il est essentiel de fournir toute l’information nécessaire afin d’obtenir une évaluation réaliste.»

De plus, le processus ne se limite pas à fournir des chiffres et à attendre le montant de l’évaluation. L’évaluatrice ou l’évaluateur doit souvent effectuer des visites sur place, rencontrer le personnel clé et poser des questions de suivi pour bien comprendre l’entreprise. «Il s’agit d’un processus complexe», ajoute Rachel Chong.

4. S’attendre à une valeur fixe

L’évaluation n’est pas une science exacte. Il est peu probable qu’on vous donne une valeur précise de l’entreprise que l’ensemble du marché acceptera. «Il existe une idée faussement répandue selon laquelle l’évaluation donne une valeur exacte de l’entreprise, fait remarquer Rachel Chong. Il ne suffit pas d’appliquer un multiple.»

Les évaluatrices et évaluateurs établissent généralement une fourchette de prix auxquels se vendrait probablement l’entreprise à une partie sans lien de dépendance. (Autrement dit, une acheteuse ou un acheteur qui n’a pas de raison de payer un prix supérieur ou inférieur à la juste valeur marchande. Par exemple, une ou un membre de la famille pourrait payer moins cher.) On peut s’attendre à une fourchette plus étendue pour les petites entreprises et les entreprises dans certains secteurs, comme la technologie.

L’évaluation reflète également la valeur de l’entreprise en tant que telle, soit sa valeur sans synergies potentielles ou considérations stratégiques de la part de l’acheteuse ou acheteur. Il est courant que ce chiffre ne soit pas le même que le prix de transaction final. Les facteurs suivants peuvent avoir une incidence sur le prix:

  • les intérêts stratégiques de l’acheteuse ou acheteur ou les synergies prévues
  • l’empressement de vendre
  • la diligence raisonnable
  • le financement
  • la capacité de l’entreprise à assurer un transfert de propriété en douceur

5. S’attendre à ce que l’évaluation ne change pas

Il arrive souvent que les propriétaires d’entreprise supposent à tort qu’une évaluation demeurera la même au fil du temps. Cette situation peut causer des conflits entre les propriétaires. Par exemple, les membres de la famille d’une ou un propriétaire peuvent ressentir de la frustration si l’entreprise est vendue et que sa valeur augmente par la suite.

En fait, la valeur d’une entreprise peut changer pour de nombreuses raisons, notamment les conditions du marché, une nouvelle réglementation et les tendances de vente.

Vous voulez en apprendre davantage?

Découvrez les facteurs qui influent sur la valeur d’une entreprise et les mesures que vous devez prendre pour établir un prix juste lorsque vous achetez ou vendez une entreprise en téléchargeant notre guide gratuit pour les propriétaires d’entreprise: Évaluation d’entreprise.

Votre vie privée

BDC utilise des témoins de navigation (cookies) pour améliorer votre expérience sur son site et à des fins publicitaires, pour vous offrir des produits ou des services qui sont pertinents pour vous. En cliquant sur «J’ai compris» ou en poursuivant votre navigation sur ce site, vous consentez à leur utilisation.

Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.