Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Quel montant pouvez-vous utiliser sur votre marge de crédit d’exploitation?

Le montant que vous pouvez utiliser sur votre marge de crédit d’exploitation varie chaque mois – voici comment le calculer

Temps de lecture: 6 minutes

Partager

Plusieurs entrepreneurs pensent qu’ils peuvent utiliser la totalité de leur marge de crédit d’exploitation chaque mois. Or, ce n’est pas le cas. Le montant qu’il est possible d’utiliser, appelé la position bancaire, varie en fait mensuellement selon les stocks de l’entreprise et ses comptes clients (aussi appelé comptes débiteurs).

Il est important de savoir bien calculer sa position bancaire afin de s’assurer d’utiliser le montant auquel l’entreprise a droit. De plus, un calcul prévisionnel devrait faire partie du processus budgétaire.

«Plusieurs dirigeants d’entreprises ne sont pas au courant de cette réalité, ou n’accordent pas assez d’importance au calcul de leur position bancaire, mais il est de leur responsabilité de s’assurer de ne pas emprunter plus que ce que permet leur entente bancaire», affirme Caroline Comiré, vice-présidente adjointe, Restructuration d’entreprise, BDC.

Le résultat ne devrait pas être une surprise. Il faut prévoir quelle sera sa capacité d’emprunt chaque mois et bien planifier ses liquidités en fonction de ses besoins.

Le niveau des stocks et des comptes clients affecte la capacité d’emprunt. «Le calcul à faire peut être complexe et plusieurs entreprises font des erreurs en calculant par exemple une capacité plus élevée que ce qu’elle est réellement», explique Amélie Jacques, directrice, Restructuration d’entreprise, BDC.

L’entente bancaire décrit toujours précisément comment calculer sa position bancaire, et cela peut varier considérablement d’une institution financière à une autre. De plus, même si le but du calcul est de déterminer la position de la banque en cas de réalisation des actifs, ce même calcul est effectué dans un contexte d’activités normales de l’entreprise afin de s’assurer que la banque est toujours couverte en cas de liquidation.

Mmes Comiré et Jacques expliquent ci-dessous les grandes étapes du calcul d’une position bancaire et de la capacité réelle d’une marge de crédit d’exploitation.

1. Vérifier la somme autorisée pour la marge de crédit

La somme autorisée pour la marge de crédit est inscrite dans l’entente bancaire remise à l’entreprise par l’institution financière lorsqu’elle accorde la marge de crédit. C’est la somme maximale que l’entreprise pourra emprunter.

À fin d’exemple, disons que la marge de crédit autorisée est de 1,7 million de dollars.

2. Calculer la capacité d’emprunt

Le calcul de la capacité d’emprunt permet de déterminer le montant que vous avez droit d’emprunter sur votre marge de crédit autorisée.

Le calcul se fait comme suit:

Comptes clients admissibles + Stocks admissibles − Créances prioritaires = Capacité d'emprunt

A. Calculer les comptes clients admissibles

Il faut d’abord calculer l’admissibilité des comptes clients inscrits dans les états financiers mensuels, en y soustrayant les éléments indiqués dans l’entente bancaire. Les comptes dus depuis 90 jours et plus sont un exemple de comptes clients souvent exclus par les ententes bancaires. «La banque les exclut compte tenu des chances plus faibles de les recouvrer», indique Mme Jacques.

L’entente bancaire prévoit aussi généralement le retrait des comptes interentreprises, soit lorsque différentes entreprises d’un même groupe se vendent des produits entre elles.

Il faut normalement aussi exclure les comptes fournisseur débiteur, soit les comptes clients qui sont aussi des fournisseurs, «parce qu’ils ont le droit de compenser dans certains contextes», explique Mme Jacques. Il est important de noter que d’autres types de comptes clients peuvent être inclus dans le calcul; le mieux c’est de consulter votre entente bancaire pour avoir les données précises.

Comptes clients 1 000 000 $
Comptes dus depuis 90 jours et plus - 75 000 $
Comptes interentreprises - 45 000 $
Compte fournisseur débiteur - 15 000 $
Total des comptes clients admissibles 865 000 $

La banque se donne également une marge de manœuvre sur les comptes clients. À titre d’exemple, disons qu’elle prend 75 % des comptes clients; le montant admissible aux fins du calcul de la capacité d’emprunt est donc de 648 750 $.

865 000 $ X 75 % = 648 750 $

B. Calculer les stocks admissibles

La prudence est de mise lorsqu’on calcule les stocks admissibles puisque, par exemple, ils peuvent ne pas tous compter pour le même pourcentage dans le calcul de la capacité d’emprunt. Ainsi, le calcul peut comprendre les matières premières à 40 % et les produits finis à 60 %. Certains types de stocks sont même à soustraire complètement. Comme les comptes clients, la banque se garde une marge de manœuvre dans le calcul.

«Par exemple, les produits en cours de fabrication pourraient être exclus du calcul de la capacité d’emprunt puisque la banque pourrait considérer qu’il serait trop coûteux de payer pour compléter la fabrication, indique Mme Jacques. On élimine aussi les produits désuets et les échantillons parce qu’ils ne valent presque rien.»

Donc, à titre d’exemple, sur des stocks totaux de 1 470 000 $, la capacité d’emprunt est de 827 000 $.

Matières premières 275 000 $ X 40 % = 110 000 $
Produits finis (sans les échantillons et les produits désuets) 1 195 000 $ X 60 % = 717 000 $
Total des stocks admissibles 827 000 $

C. Calculer les créances prioritaires

«Les créances prioritaires sont toutes les créances pour lesquelles la loi prévoit un paiement en rang prioritaire aux autres créanciers comme les taxes de vente et les retenues à la source», explique Mme Jacques. Celles-ci doivent donc être soustraites du calcul de la capacité d’emprunt.

Taxes de vente  12 000 $
Retenues à la source  45 000 $
Salaires et vacances  120 000 $
Total des créances prioritaires   177 000 $

D. Calculer votre capacité d’emprunt

Enfin, il faut introduire les bons chiffres dans la formule présentée plus haut pour connaître votre véritable capacité d’emprunt.

Comptes clients admissibles + Stocks admissibles - Créances prioritaires = Capacité d’emprunt

648 750 $ + 827 000 $ - 177 000 $ = 1 298 750 $

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple, nous sommes loin, ce mois-ci, de la marge de crédit autorisée de 1,7 million de dollars.

3. Calculer sa position bancaire

Avec ce travail préalable, il devient donc possible de facilement calculer sa position bancaire en soustrayant l’utilisation de la marge de crédit (dans l’exemple: 1 600 000 $) à la capacité d’emprunt pour le mois.

Capacité d’emprunt - Utilisation de la marge de crédit = Position bancaire 

1 298 750 $ - 1 600 000 $ = - 301 250 $

On comprend donc que même avec une marge de crédit autorisée de 1 700 000 $, l’entreprise ne peut utiliser que 1 298 750 $. Si elle utilise 1 600 000 $ sur sa marge de crédit, l’entreprise se trouve en déficit de garantie de 301 250 $. Il faut alors trouver vite des solutions afin de réduire le déficit de garantie et respecter la capacité d’emprunt.

«Ce calcul permet de voir si l’entreprise a encore des fonds sur sa marge de crédit, ou si elle est en déficit de garantie, indique Mme Jacques. Le résultat ne devrait pas être une surprise. Il faut prévoir quelle sera sa capacité d’emprunt chaque mois et bien planifier ses liquidités en fonction de ses besoins.»

4. Planifier ses besoins en liquidités

Connaître sa position bancaire chaque mois permet de mieux planifier ses besoins en liquidités. «C’est important parce qu’une entreprise en période de croissance très rapide se retrouve souvent aux prises avec des enjeux de liquidités, fait remarquer Mme Comiré. Si cette croissance se fait de façon incontrôlée, c’est un signe avant-coureur de difficultés financières pour l’entreprise

Pour réussir votre croissance, il est donc essentiel que vous sachiez si votre marge de crédit sera suffisante pour répondre aux besoins de votre entreprise lorsque vous obtenez de nouveaux contrats ou réalisez des acquisitions.

«Face à un besoin de liquidités, il faut présenter ses nouveaux contrats à son banquier et faire augmenter sa marge de crédit, affirme Mme Comiré, l’objectif étant de ne jamais se retrouver en déficit de garantie.»

Afin de vous aider à y avoir plus clair, vous pouvez consulter votre comptable et votre banquier.

Partager