logo BDC

Les leaders mondiaux pour le climat arborent un «B»

Partager

Lors de la dernière conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, qui s’est tenue à Madrid, des gens du monde entier se sont réunis pour discuter des moyens de réduire les gaz à effet de serre à l’échelle mondiale d’ici 2050, conformément à l’Accord de Paris. Ce n’est pas une mince affaire.

Malheureusement, les pourparlers ont échoué. Par contre, le dernier jour, un geste audacieux a suscité un regain de confiance: 500 entrepreneurs certifiés B Corp ont pris d’assaut la scène pour annoncer que, contrairement à certains, ils n’attendraient plus. Ils vont faire en sorte que leur entreprise atteigne le seuil «zéro émissions nettes» d’ici 2030, soit dans 10 ans, et donc 20 ans plus tôt que l’objectif de Paris. (Par «zéro émissions nettes», on entend l’atteinte d’un équilibre global entre les émissions rejetées dans l’atmosphère et les émissions qui en découlent.)

Les entrepreneurs B Corp prennent les devants

En tant que représentants de BDC, nous n’avons pas été surpris par ce geste audacieux d’entrepreneurs B Corp. Nous connaissons ces gens. Même si la plupart d’entre eux sont d’abord animés par une motivation sociale, c’est-à-dire qu’ils veulent souhaitent que la réussite de leur entreprise contribue à faire du lieu e l’endroit où ils vivent résident un meilleur endroit où vivre, ils souhaitent aussi diriger des entreprises de façon à ne pas nuire à l’environnement. Pour ce faire, il faut bien sûr s’attaquer notamment au carbone, le gaz à effet de serre le plus courant qui rend le climat de la Terre de plus en plus inhospitalier pour nous, les êtres humains.

Voici ce que nous remarquons:

1. Ils agissent par eux-mêmes.

Ils sont profondément enclins à agir. Ils n’attendront pas les «signaux du marché» qui font l’objet d’un grand battage, mais sont difficiles à saisir comme les taxes sur le carbone ou le changement de préférences des investisseurs. L’analyse coûts-avantages classique sous forme d’arbre décisionnel n’est pas pour eux. Ils décident d’agir, ils déterminent la meilleure façon d’agir pour leur entreprise, et ils foncent. Ces leaders mondiaux pour le climat n’attendent après personne!

2. Ce sont des gens hybrides.

Lorsqu’ils se demandent comment aider à éviter une crise climatique, ils pensent différemment des philanthropes ou des militants. Ils réfléchissent plutôt comme entrepreneurs qui sont aussi des citoyens: Compte tenu de ce qu’est mon entreprise et de ce qu’elle fait, quel est le geste le plus pertinent et le plus fort à faire? Cela n’est pas évident. Cette façon d’être les empêche de poursuivre des objectifs qui sont louables, mais mauvais pour leur entreprise, comme recueillir des fonds pour la protection de la forêt tropicale en Amazonie si l’empreinte écologique de leur chaîne d’approvisionnement endommage la forêt boréale ici même au Canada.

3. Ils agissent (pour la plupart) eux-mêmes.

La majorité d’entre eux n’ont pas besoin des services de consultants dispendieux ou n’y ont pas recours. Ils trouvent un guide pratique qui explique comment agir et ils le font eux-mêmes. Les questions environnementales de l’évaluation B Corp sont leur guide de prédilection. Ceux qui agissent insistent souvent pour apprendre à le faire, et font alors appel à des firmes expertes comme l’entreprise B Corp ClimateSmart.

Mais quelle est donc mon empreinte écologique? Voici 7 questions à se poser

  1. Est-ce que je connais la source d’énergie que mon entreprise utilise, p. ex., le charbon, le nucléaire, l’hydroélectrique ou le solaire? Et est-ce que je sais quelle quantité d’énergie elle consomme?
  2. Selon la source d’énergie et la consommation d’énergie de mon entreprise, est-ce que je connais ses émissions de gaz à effet de serre?
  3. Est-ce que je sais quelle quantité de déchets mon entreprise produit?
  4. Les installations de mon entreprise (dont elle est propriétaire ou locataire) sont-elles construites selon des normes environnementales rigoureuses? Respectent-elles des normes de construction écologique comme la certification LEED?
  5. Est-ce que je connais ou surveille la quantité d’eau consommée par mon entreprise?
  6. Ce que je vends a-t-il un impact sur l’environnement?
  7. Les produits ou les procédés de mon entreprise sont-ils conçus pour préserver la nature ou la rendre à son état initial de quelque façon que ce soit?

Nous avons lancé notre deuxième saison de balados relatifs aux entreprises B Corp, L’effet B Corp. Écoutez les histoires inspirantes des entrepreneurs B Corp.

Veuillez noter qu'il n'est pas possible d'ajouter de commentaires avec Internet Explorer à partir du réseau BDC.
Please note that it is not possible to add comments with Internet Explorer from the BDC network.

Partager

v17.9.0.10395