L’investissement a porté ses fruits pour cette entrepreneure | BDC.ca
logo BDC

Les investissements et la détermination portent leurs fruits pour cette entrepreneure

Nicole Desjardins a fait passer l’effectif de son entreprise de sept à 35 employés en seulement trois ans.

Partager

Investir et s'entourer des personnes: conseils d'une entrepreneur

Voyez comment Nicole Desjardins, femme entrepreneur, a fait croître CRM Desjardins en s’entourant des bonnes personnes et en investissant dans son entreprise.

Nicole Desjardins a souvent pensé que contrairement aux femmes les hommes entrepreneurs avaient la chance de pouvoir s’investir pleinement dans le développement de leur entreprise. Cette mère de famille monoparentale a simultanément élevé deux filles, fondé une entreprise en expansion et dirigé une association locale de femmes d’affaires.

Toutefois, ce n’est pas son horaire chargé qui lui posait des problèmes durant ses premières années comme entrepreneure. Le plus difficile, c’était d’amener les gens à faire confiance à une femme propriétaire d’entreprise. «La banque disait: “Il faut que votre mari signe.” Je répondais: “Mais c’est parce que je n’en ai plus! Je vous assure que je vais rembourser.”», explique t elle.

Malgré la résistance, Mme Desjardins a tenu bon et n’a jamais abandonné. Son entreprise, CRM Desjardins, offre 24 heures sur 24, sept jours sur sept, des services de nettoyage résidentiel, commercial et industriel aux victimes d’un incendie, d’une inondation, d’un acte de vandalisme ou de tout autre sinistre. Elle a connu une rapide expansion ces dernières années grâce à la vision et à la détermination de Mme Desjardins et aux investissements que celle-ci a su faire en temps opportun.

L’entreprise établie à Terrebonne (Québec), juste au nord de Montréal, a vu son effectif passer de sept à 35 employés en moins de trois ans et fonctionne à plein rendement.

Poussée par la détermination

Pendant des années, CRM Desjardins a offert des services de nettoyage, de construction et de restauration des biens après sinistre.

En 2000, lorsqu’elle a pris une pause pour aller naviguer à la voile dans les eaux du Pacifique Sud, Mme Desjardins a confié les rênes à ses filles. L’entreprise avait alors décidé de se concentrer uniquement sur les travaux de construction.

À son retour, Mme Desjardins a décidé que CRM devait offrir aux assureurs un service clé en main, c’est-à-dire recommencer à offrir les travaux d’urgence et de restauration des biens.

L’existence frugale qu’elle avait menée sur le voilier lui avait fait apprécier la valeur des objets de la vie de tous les jours.

«Après une telle aventure, j’ai réalisé qu’il était possible de vivre heureux avec peu, indique t elle. Lorsque je suis revenue, je me suis dit que l’on jetait facilement des biens qui pouvaient être nettoyés.»

La restauration des biens lui permet également d’offrir un réconfort et un soulagement aux victimes de sinistre. Celles-ci retrouvent souvent des objets auxquels elles sont sentimentalement attachées ou des objets impossibles à remplacer.

Des investissements qui portent leurs fruits

Mme Desjardins a compris que son entreprise devait prendre de l’expansion pour pouvoir offrir ce service de façon concurrentielle. Avec l’aide de BDC, elle a fait l’acquisition d’un nouvel édifice de 2 300 mètres carrés (25 000 pieds carrés) abritant ses bureaux et son entrepôt. Elle a également acheté une chaîne de nettoyage par ultrasons à la fine pointe de la technologie pour attirer d’autres clients.

Ces investissements se sont avérés très rentables, puisqu’ils ont accéléré la croissance de l’entreprise.

«Les gens d’affaires disent toujours qu’ils n’ont pas d’argent pour investir, mais si tu n’investis pas, tu n’es plus concurrentiel et tu risques de perdre de la clientèle. Il est préférable d’aller chercher du financement pour développer son entreprise. C’est ce que nous avons fait.»

Aucune crainte du risque

Cette recherche indique que les femmes entrepreneurs sont généralement moins enclines que les hommes à prendre des risques. Plus particulièrement, elles ont moins tendance à demander du financement et, lorsqu’elles le font, elles empruntent des montants moindres. Elles sont en outre plus susceptibles de rembourser leurs emprunts par anticipation.

Pour encourager les femmes entrepreneurs à démarrer une entreprise et à la faire croître, BDC s’engage à augmenter les prêts qu’elle accorde aux entreprises détenues majoritairement par des femmes. Elle a aussi pris l’engagement d’accorder du financement supplémentaire aux partenaires communautaires et créé une équipe interne de champions chargés d’appuyer les femmes entrepreneurs.

Le cas de Mme Desjardins illustre parfaitement que la prise de risques calculés peut accélérer la croissance d’une entreprise.

«Être entrepreneur, c’est ne pas avoir peur de prendre des risques, poursuit-elle. Je sais ce que je suis capable d’accomplir. Si j’ai des idées, j’y vais. Je ne veux pas qu’il y ait quatre paliers qui me disent non. Je suis en affaires pour ça.»

Favoriser la croissance et devenir plus efficace

Pour tirer le maximum de son nouvel édifice, Mme Desjardins a travaillé avec un expert en efficacité opérationnelle de BDC, qui l’a aidée à optimiser le rendement de l’équipement de nettoyage et a appliqué des pratiques simplifiées aux activités de l’entrepôt, notamment en créant des postes de travail séparés pour les divers services.

Mme Desjardins a également installé des écrans à l’étage de l’atelier afin de permettre la communication de l’information entre les services.

«Tous ces investissements ont créé pour nous une capacité de croissance, fait-elle remarquer. Alors on s’est dit: “On a de beaux bureaux, on a un entrepôt très bien organisé, nos techniques de travail et nos outils informatiques sont à la fine pointe, nos employés et nos partenaires professionnels sont expérimentés et font notre fierté, alors là on fonce!”»

Mme Desjardins a fondé son entreprise dans les années 1970. Elle a commencé par fournir des services d’entretien dans des immeubles publics. Puis, elle a ajouté à son offre les services d’entretien ménager résidentiel et commercial.

Pendant que son entreprise prenait de l’expansion, des clients ont commencé à solliciter des services de nettoyage après sinistre.

Établir un réseau solide

Selon Mme Desjardins, c’est grâce à sa participation à l’Association des femmes d’affaires du Québec (l’ancêtre du Réseau des Femmes d’affaires du Québec) qu’elle a réussi à bâtir un réseau de femmes d’affaires vers qui elle pouvait se tourner pour obtenir du soutien.

«Je ne serais pas rendue où je suis si je n’avais pas eu du soutien. Ce fut un tremplin pour moi, dit-elle. C’était de la visibilité, de la clientèle et les femmes s’entraident habituellement entre elles.»

Mme Desjardins croit aussi que sa détermination et son attitude positive l’ont aidée à traverser les périodes difficiles.

«Je suis une personne indépendante et très positive. Quand je veux quelque chose, je suis assez tenace, fait-elle observer. En affaires, tout le monde vit des hauts et des bas. Il y a toujours pire, ce n’est jamais la fin du monde!»

Le conseil qu’elle donne aux autres entrepreneurs est de se démarquer de ses compétiteurs et de bâtir une équipe forte.

«La clé du succès est d’être bien entouré. Il faut que le personnel partage la philosophie et les objectifs de l’entreprise. Il faut aussi être différent. Quand je rencontre un client potentiel, il faut que je sois capable de lui dire que je fais des choses que les autres ne font pas. Sinon, pourquoi me choisirait-il, moi?»

Partager

v17.9.0.10395