Restructuration: 7 conseils pour renouer avec la rentabilité

Suivez ces conseils pour donner un nouveau souffle à votre entreprise

Lecture de 4 minutes

Partager

Une évolution rapide du marché, une technologie perturbatrice, un objectif de rendement plus difficile à atteindre, des changements réglementaires imprévus… plusieurs situations peuvent affecter la rentabilité de votre entreprise.

Procéder à une réorganisation d’une entreprise peut permettre de la remettre sur les rails, mais vous devez vous assurer de suivre les bonnes étapes et d’avoir le bon entourage dans ce processus. Suivez ces conseils pour démarrer votre réflexion du bon pied.

1. Ayez un regard lucide sur la situation

La pire erreur à faire quand la courbe de croissance pique du nez: être dans le déni. Même si la perspective d’avoir à procéder à une restructuration est souvent mal vécue – alors qu’elle est un moyen d’adapter votre entreprise à une nouvelle réalité –, il importe de regarder la réalité en face.

«C’est souvent la chose la plus difficile à faire, mais vous aurez besoin de prendre un pas de recul pour analyser la situation telle qu’elle est», explique René C. Leduc, vice-président, Restructuration d’entreprise à BDC. «Plus vous attendrez, plus les mesures à prendre seront conséquentes et difficiles à mettre en place.» Réagir sans trop tarder augmentera vos chances de rebondir rapidement.

2. Faites appel à une aide externe

Demander conseil à une ou un spécialiste vous aidera à bâtir le plan d’action de la restructuration.

Procéder à une restructuration n’exige pas les mêmes compétences que de veiller au développement de l’entreprise.

«Dans les entreprises familiales, il arrive fréquemment que la direction se dit qu’elle en a vu d’autres et qu’elle saura s’en sortir encore une fois. Procéder à une restructuration n’exige pas les mêmes compétences que de veiller au développement de l’entreprise. Une ou un spécialiste externe peut vous aider à piloter le changement. Dans certains cas, il peut même être préférable de confier la tâche à une nouvelle personne pour prendre les décisions qui s’imposent», conseille René C. Leduc, qui dirige une équipe de conseillères et conseillers d’affaires dont le rôle est d’accompagner les propriétaires d’entreprise dans la restructuration d’entreprise.

3. N’évitez pas les changements nécessaires

Vous aurez des décisions à prendre, et certaines seront plus difficiles à mettre en place que d’autres. Vendre des actifs, procéder à des coupures de personnel, revoir son plan d’affaires… des changements s’imposent.

«Le statu quo n’est pas une option», affirme René C. Leduc.

Procéder à une restructuration ne se résume pas à réduire les coûts. C’est aussi adapter le fonctionnement de l’entreprise aux nouvelles exigences du marché. Vous aurez besoin de conserver les compétences indispensables à la nouvelle vision.

«Il est parfois nécessaire de privilégier les membres de votre équipe qui sont capables d’évoluer dans un nouvel environnement au détriment d’autres qui, malgré leur expérience, seront moins aptes à s’adapter aux changements», ajoute René C. Leduc.

4. Faites preuve de transparence avec votre banque

Ce n’est pas le temps de changer d’institution financière, un réflexe fréquent quand le bilan se détériore.

«Vous devez plutôt montrer à votre banque que vous avez un plan de restructuration solide, que vous avez un bon entourage et que vous êtes capable de prendre les décisions, explique René C. Leduc. La personne spécialiste que vous aurez embauchée pourra vous aider dans cette démarche délicate mais essentielle.»

Rappelez-vous, un manque de communication est souvent mal perçu et peut miner la confiance des banques alors que vous en avez le plus besoin.

5. Assurez un suivi rigoureux

Mettre en place un plan de restructuration exige un suivi régulier afin d’en mesurer l’avancement concret.

Selon l’ampleur des difficultés, cela peut prendre environ 24 mois pour stabiliser la situation et ensuite renouer avec la rentabilité.

Une analyse des résultats, autant sur le plan opérationnel que financier, doit être faite au minimum sur une base mensuelle. «C’est ce qui permettra de corriger les écarts négatifs sans délai pour ne pas laisser la situation se détériorer», dit René C. Leduc.

6. Créez des liens solides avec vos fournisseuses et fournisseurs

Une autre erreur à éviter serait de ne pas informer vos principaux fournisseurs et fournisseuses de votre situation. Vous avez plutôt besoin de développer des liens encore plus solides avec eux et elles.

«La situation exige d’être proactif afin de maintenir une bonne communication. Vos fournisseuses et fournisseurs vont être des parties prenantes du plan de restructuration puisqu’il faudra négocier des ententes de paiement. Les informer du plan de match est essentiel», explique René C. Leduc.

7. Prévoyez de nouveaux investissements

Quand la situation aura commencé à se rétablir, il sera temps de penser à investir pour que votre entreprise devienne plus performante. «À l’origine des difficultés, c’est souvent le retard qu’elle a pris en matière de productivité et d’innovation. C’est ce qui a miné sa compétitivité, soutient René C. Leduc. Les cycles d’innovation ont tendance à raccourcir. La dirigeante ou le dirigeant d’aujourd’hui se doit d’être bien au fait des changements dans son industrie pour ne pas se faire dépasser.»

Aucune entreprise, peu importe sa taille, n’est à l’abri d’une crise. Il faut éviter de voir cette dernière comme un échec, il s’agit plutôt d’un réalignement avec son marché. Se remettre sur pied exigera de la détermination et, surtout, de la résilience. «Selon l’ampleur des difficultés, cela peut prendre environ 24 mois pour stabiliser la situation et ensuite renouer avec la rentabilité», conclut René C. Leduc.

Partager