Quel est votre style de leadership?

Comment être le meilleur leader pour aider vos employés à s’améliorer
Partager

Le leadership efficace est l’une des compétences les plus importantes qu’un entrepreneur peut apporter à son entreprise. Pour être un leader efficace, vous devez d’abord savoir quel genre de leader vous êtes.

«Il y a 50 ans, les gens pensaient qu’il n’y avait qu’une seule façon d’être un leader, déclare Jivi Cheema, conseillère d’affaires principale à BDC. Aujourd’hui, nous savons qu’il y a toutes sortes de leaders et de façons de diriger, chacun ayant ses forces et ses faiblesses.»

En fait, jusqu’à 50 styles de leadership différents ont été recensés, mais on peut les regrouper en cinq grands types:

  1. Transformationnel
  2. «Laisser-faire»
  3. Participatif
  4. Transactionnel
  5. Autocratique

Lorsque vous aurez déterminé quel terme vous décrit le mieux, vous pourrez peaufiner votre approche et tirer le maximum de votre équipe.

Où vous situez-vous?

Voir grand: le leadership transformationnel

Les leaders transformationnels ont souvent de grandes idées et des plans ambitieux. Ils visent haut et n’ont pas peur du changement. Ils veulent un environnement créatif et ont peu de limites. Par conséquent, ils s’attendent à ce que leurs équipes fassent preuve d’un grand esprit critique à l’endroit de leur travail et d’un sens aiguisé des responsabilités.

AVANTAGES
  • Les équipes disposent des moyens d’agir et ressentent souvent plus de satisfaction au travail.
  • Les organisations dirigées par des leaders transformationnels font souvent preuve d’une grande ingéniosité et sont très innovantes.
  • Les leaders subissent moins de pression parce que la prise de décisions et les responsabilités incombent à l’ensemble de l’organisation.
INCONVÉNIENTS
  • Les leaders transformationnels peuvent parfois se perdre dans leur vision: ils n’arrivent pas toujours à assurer une bonne exécution.
  • Les équipes peuvent avoir de la difficulté à traduire la vision en action: elles peuvent aussi avoir de la difficulté avec l’exécution.

«Tout va bien»: le leadership du «laisser-faire»

À l’instar de leurs homologues transformationnels, les leaders qui privilégient le laisser-faire n’imposent pas beaucoup de discipline ou de structure à leur organisation. Ils laissent les membres de l’équipe élaborer leurs propres processus et approches, en leur accordant une grande autonomie.

AVANTAGES
  • Les employés sont libres de travailler de la façon qui leur convient le mieux, pourvu qu’ils accomplissent le travail.
  • Les membres de l’équipe ont l’occasion de s’améliorer en présentant et en gérant leurs propres idées et projets.
INCONVÉNIENTS
  • Les structures, les plans, les objectifs et les indicateurs de rendement sont habituellement mal définis; il est donc difficile de mesurer le succès et les membres de l’équipe restent dans l’incertitude quant à leur rendement.
  • Les membres de l’équipe doivent être très motivés, sans quoi les initiatives clés risquent d’échouer.

Tous pour un et un pour tous: le leadership participatif

Les leaders participatifs travaillent par consensus, en demandant l’avis de tous les membres de l’équipe avant d’aller de l’avant.

AVANTAGES
  • Certaines équipes, surtout dans les secteurs des sciences et de la R. et D., sont très heureuses de pouvoir s’exprimer sur l’orientation de l’entreprise et sur leur travail.
INCONVÉNIENTS
  • Parvenir à un consensus exige souvent du temps: il peut être difficile de prendre des décisions rapidement, ce qui limite la souplesse de l’entreprise.

Pensez à ce qui pourrait arriver si vous faisiez quelque chose de différent. Il ne s’agit pas de changer radicalement votre attitude, mais d’essayer un autre style qui peut donner des résultats différents.

Les résultats d’abord: le leadership transactionnel

Comme le nom l’indique, les leaders transactionnels voient la relation gestionnaire-employé dans une optique transactionnelle, c’est-à-dire que les employés sont payés pour accomplir les tâches qui leur sont attribuées. Par le passé, il s’agissait du type de leadership le plus courant, mais au fil des ans, la valeur accordée à l’établissement de relations constructives a mené à d’autres approches.

AVANTAGES
  • Ce type de leadership est très clair; les membres de l’équipe ont toujours une idée précise de ce qu’on attend d’eux ainsi que de leur rendement.
INCONVÉNIENTS
  • Les membres de l’équipe ont peu l’occasion de s’améliorer sur le plan personnel ou de faire des suggestions, ce qui peut miner leur moral et leur motivation.
  • Le leader subit des pressions plus fortes, car il est responsable de l’ensemble de la réflexion et de la prise de décisions.

«À ma façon, un point c’est tout»: le leadership autocratique

Mme Cheema prévient que parmi tous les styles de leadership possibles, celui-ci est le moins constructif. Les leaders autocratiques donnent des directives explicites et ne sont pas intéressés par les commentaires de leurs équipes. Les employés doivent faire ce qu’on leur dit, sans remettre en question les directives.

AVANTAGES
  • Ce type de leadership peut être très efficace dans les bonnes circonstances, habituellement dans des situations où la précision et l’uniformité ne sont pas négociables et où les réflexions indépendantes ne sont pas souhaitables, comme dans les organisations militaires.
INCONVÉNIENTS
  • Le leadership autocratique peut être extrêmement démotivant pour les membres de l’équipe.
  • Très peu d’entreprises prospèrent en utilisant ce style de leadership à long terme.

Vous pouvez utiliser plusieurs types de leadership

Bien que chaque leader ait un style général qui correspond probablement à un des types décrits ci-dessus, peu de gens n’en utilisent qu’un seul constamment. Mme Cheema explique qu’une fois que les leaders connaissent leur style principal, ils peuvent s’exercer à utiliser d’autres styles à différents moments pour obtenir des résultats précis.

Lorsque vous comprenez les différents styles de leadership et leurs effets, vous pouvez faire des choix stratégiques afin de déterminer quel style utiliser au bon moment.

«J’aime pousser les gens un peu à l’extérieur de leur zone de confort, dit Mme Cheema. Je leur demande ce qu’ils font, et ce que cela leur apporte. Et puis je leur dis: "pensez à ce qui pourrait arriver si vous faisiez quelque chose de différent. Il ne s’agit pas de changer radicalement votre attitude, mais d’essayer un style différent qui peut donner des résultats différents.»

Partager