Comment déterminer la valeur des actifs incorporels | BDC.ca
logo BDC

Comment déterminer la valeur des actifs incorporels lors de la vente de votre entreprise

Partager

Les actifs incorporels comme le fonds commercial et la propriété intellectuelle peuvent représenter une part considérable de la valeur globale de votre entreprise. Mais quelle est la valeur de ces actifs? Voilà une question qui est souvent à l’origine de différends au moment de la vente d’une entreprise.

Selon Laura-Lee Brenneman, directrice de l’équipe Capital de croissance et transfert d’entreprise de BDC, la détermination de la valeur des actifs incorporels est un exercice hautement subjectif qui est à la fois une science et un art. Pour compliquer les choses, les entrepreneurs ont tendance à surestimer la valeur des actifs incorporels de leur entreprise.

«Il se peut que vos actifs incorporels constituent l’élément qui rehausse la valeur de l’ensemble de votre entreprise, qu’ils soient l’ingrédient secret pour lequel l’acheteur paie un supplément», explique Mme Brenneman. «Toutefois, s’entendre sur la valeur de ces types d’actifs et du reste de l’entreprise est bien souvent le plus important point de friction de la vente.»

Vous trouverez ci-dessous quelques conseils de Mme Brenneman, experte en évaluation d’entreprise et comptable professionnelle agréée, qui vous aideront à comprendre les actifs incorporels et à en déterminer la valeur.

1. Comprenez ce qu’est un actif incorporel

On entend par actif incorporel tout actif qui ne possède pas de forme physique et qui n’est pas de nature monétaire. Autrement dit, cette catégorie englobe les éléments qu’il n’est pas possible de toucher ni de voir, mais exclut les espèces et tout ce qui peut facilement être converti en espèces. Les principaux actifs incorporels sont la propriété intellectuelle, les marques de commerce, les marques, les listes de clients et, dans certains cas, les accords de non-concurrence. Bien que ces actifs soient parfois tous regroupés sous le nom de «fonds commercial», ce sont en fait des éléments distincts. Ils figurent généralement dans le bilan lorsqu’une entreprise en achète une autre ou lorsqu’un actif incorporel en particulier est acquis séparément.

2. Retenez les services de spécialistes

Au moment de vendre une entreprise, il est recommandé d’avoir recours à un spécialiste en évaluation pour déterminer la valeur de l’entreprise. Cela permet d’éviter les différends ou les malentendus entre l’acheteur et le vendeur.

Avant d’avoir recours à de tels spécialistes, obtenez des références ainsi qu’une soumission de deux ou trois experts en évaluation d’entreprise qui connaissent bien votre secteur d’activité.

«Vous devez trouver une personne qui possède les compétences et l’expérience nécessaires», soutient Mme Brenneman. «L’exercice exige bon nombre d’hypothèses. L’expertise et la compréhension des subtilités peuvent varier grandement.»

3. Comprenez le processus

Dans le cadre d’une vente, l’évaluateur ou l’évaluatrice attribue normalement une valeur à l’ensemble de l’entreprise visée, y compris ses actifs incorporels.

La méthode la plus courante consiste à calculer un multiple du BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements), qui constitue une mesure de la capacité d’une entreprise à générer un bénéfice d’exploitation.

Le multiple qui convient à votre entreprise dépend de certains facteurs, notamment vos perspectives de croissance, les conditions du marché et les multiples utilisés à l’occasion de ventes d’entreprises comparables. Pour connaître la valeur de vos actifs incorporels, vous repérez la valeur des actifs nets figurant dans le bilan et la soustrayez de la valeur globale de l’entreprise. Le résultat de cette opération correspond à ce qu’on appelle communément le fonds commercial. Certaines entreprises décomposent cette valeur incorporelle en divers types d’actifs incorporels comme les marques, les listes de clients et la propriété intellectuelle.

4. Réalisez une évaluation ciblée

Les évaluateurs peuvent également calculer précisément la valeur des actifs incorporels. Pour ce faire, ils utilisent généralement une des trois méthodes décrites ci-dessous.

  1. La méthode des bénéfices excédentaires consiste à déterminer les flux de trésorerie nets d’impôt que les actifs devraient générer. Cette méthode est parfois plus complexe (et plus coûteuse) que les autres, mais elle est généralement plus précise.
  2. La méthode des redevances consiste à anticiper le revenu qu’un actif devrait générer, puis à appliquer un taux de redevance comparable dans le secteur et à soustraire les impôts.
  3. La méthode fondée sur le coût consiste à déterminer ce qu’il en coûterait de développer l’actif (c’est-à-dire main-d’œuvre et matériel) et de tirer un rendement raisonnable du capital investi. Cette méthode est souvent utilisée lorsque l’entreprise est en début de croissance et qu’il est difficile d’établir des prévisions ou lorsqu’il n’y a pas suffisamment de renseignements pour recourir aux deux autres méthodes.

«Les actifs incorporels sont tous uniques», affirme Mme Brenneman. Tenter d’en déterminer la valeur sans comprendre toutes les subtilités inhérentes au processus ne produit pas un résultat très précis et peut entraîner de la frustration. Il vaut mieux demander l’avis de professionnels.»

Pour en apprendre davantage, téléchargez notre guide sur la vente d'entreprise.

Partager

v17.9.0.10395