Groupes-ressources d’employées et employés pour l’amélioration du milieu de travail

Lecture de 5 minutes

Partager

Que signifie l’acronyme LGBTQ2+? Devrais-je inclure mes pronoms dans ma signature de courriel? Puis-je employer le mot «Noir»? Comment une personne aveugle ou malvoyante effectue-t-elle son travail? Ai-je même le droit d’aborder ces sujets?

C’est le genre de questions qu’on pose de plus en plus aux entreprises. À BDC, nous avons trouvé notre propre façon d’y répondre avec les groupes-ressources d’employées et employés, ou GRE.

Les GRE se composent de membres du personnel bénévoles de l’ensemble de l’organisation qui favorisent le changement inclusif et fournissent un aperçu des besoins du personnel et de la clientèle issus de la diversité. Les membres de ces groupes soutiennent les communautés locales et aident leurs collègues à se sentir valorisés en raison de leurs différences et non en dépit de celles-ci.

Nous avons six GRE à BDC. Chacun est axé sur un aspect de la diversité:

  • les femmes
  • les peuples autochtones
  • les minorités visibles
  • les personnes handicapées
  • les membres de la communauté LGBTQ2+
  • les militaires, y compris les réservistes ou les vétéranes et vétérans

Chaque groupe compte de 10 à 30 membres. Ces personnes ont à cœur d’enrichir leur communauté et veulent se réunir pour échanger leurs idées et apporter des changements.

Favoriser la transformation

BDC a pour objectif d’aider les entrepreneures et entrepreneurs du Canada. Mais ces personnes se voient-elles dans notre organisation? Qu’en est-il de nos employés et employées?

Les groupes existent depuis une dizaine d’années, mais nous nous sommes vite rendu compte qu’ils avaient beaucoup de potentiel inexploité pour apporter des changements positifs; ils avaient une excellente occasion de partager leurs expériences et leurs points de vue sur la diversité, l’équité et l’inclusion au sein de l’entreprise, et de fournir de la rétroaction sur la façon de communiquer avec notre clientèle issue de la diversité.

Par exemple, au cours du Mois de l’histoire des Noirs, quatre employées et employés noirs du GRE axé sur les minorités visibles ont publié à l’interne leurs expériences et leur point de vue sur la signification de ce mois. Ces expériences ont immédiatement interpellé tout le pays: une des publications a récolté plus de 1 000 visionnements et 60 commentaires. C’est vraiment impressionnant pour une entreprise d’environ 2 500 employés et employées. C’était tellement puissant que nous avons commencé à encourager tous les GRE à partager leurs expériences.

Je crois que raconter une histoire est un outil puissant pour accroître la sensibilisation.

Les histoires peuvent changer une entreprise

Pour le Mois national de l’histoire autochtone en juin, une membre du GRE axé sur les peuples autochtones a décidé de publier à l’interne un billet quotidien sur les coutumes et la terminologie autochtones, dans lequel elle dissipait notamment certaines idées fausses courantes. Le personnel a adoré cette initiative. Elle a également partagé son histoire personnelle dans une vidéo et un blogue pour souligner les mesures que prend la Banque afin de soutenir les entrepreneurs et entrepreneures autochtones.

Cette initiative a déclenché une discussion. Les gens voulaient en savoir plus. Nous avons donc écouté et découvert des programmes sur l’histoire et la culture autochtones et la vérité et la réconciliation offerts par l’Université des Premières Nations. Aujourd’hui, cette formation intitulée «Les 4 saisons de la réconciliation» est un apprentissage obligatoire pour tout le personnel et une manière stimulante pour celui-ci d’en apprendre davantage sur les questions autochtones.

Faire de BDC une meilleure banque

Que faut-il donc pour avoir un programme de GRE réussi? Selon moi, il s’agit de veiller à ce que les GRE aient un but qui va au-delà du simple fait de se réunir, c’est-à-dire de s’assurer qu’ils ne sont pas seulement un club social, mais qu’ils se font réellement entendre.

La visibilité des groupes à BDC a augmenté de façon exponentielle au fil des ans. Auparavant, ils avaient une plateforme ou des occasions limitées de s’adresser à l’ensemble de l’entreprise. Ils ont maintenant cette capacité.

L’interprétation en langue des signes est un excellent exemple de la façon dont les GRE améliorent la situation pour tout le monde. Une employée sourde faisant partie du GRE axé sur les personnes handicapées est entrée en contact avec moi parce qu’elle avait de la difficulté à avoir accès à un ou une interprète. Nous avons pu améliorer la politique de l’entreprise en mettant en place l’interprétation en langue signée comme ressource pour l’organisation.

Cela signifie que le personnel et la clientèle ont désormais accès à un ou une interprète à tout moment. Ce service n’existait pas il y a deux ans. Aujourd’hui, il est pratique courante.

Je suis une personne qui aime les gens, alors c’est peut-être pourquoi il est si important pour moi de raconter des histoires. Cependant, je crois aussi qu’il est essentiel de nous exprimer sur la façon dont nous croyons en nos propres employés et employées. En donnant à notre personnel l’occasion de raconter leurs histoires au moyen des GRE, nous contribuons à bâtir une organisation plus solide, plus résiliente et plus inclusive dans l’ensemble. J’espère que nous continuerons d’avancer dans cette direction et que notre propre expérience pourra aider d’autres entreprises à apporter elles aussi des changements semblables.

Partager