Comment protéger votre entreprise contre les cyberattaques

Temps de lecture: 8 minutes

Partager

Qu’il s’agisse de rançongiciels, de violations de données ou de vols de fonds, les cyberattaques coûtent chaque année des millions de dollars aux entreprises canadiennes.

Nombre d’entrepreneur.es pensent que leur entreprise est trop petite pour être prise pour cible, mais les cyberattaques peuvent toucher n’importe quelle entreprise à tout moment. Un cinquième (16 %) des petites entreprises canadiennes et 28 % des moyennes entreprises ont été la cible d’une cyberattaque au cours des 12 mois précédant novembre 2021, selon une étude de BDC.

En prenant les risques au sérieux et en adoptant des mesures de cybersécurité pour se défendre contre eux, les propriétaires d’entreprises de toutes tailles peuvent protéger celles-ci et protéger leur clientèle.

Quelles sont les principales cybermenaces?

Les cybermenaces sont les dangers causés par les cyberattaques. Elles peuvent être importantes et comprennent ce qui suit:

Menaces financières: Les attaques coûtent cher. Selon une étude de BDC, 30 % des entreprises ayant subi une cyberattaque au cours des 12 mois précédant novembre 2021 ont déclaré des coûts d’au moins 50 000 $.

Menaces stratégiques: La perte de propriété intellectuelle (PI), les dommages aux réseaux et aux systèmes, et bien d’autres choses encore, peuvent compromettre la capacité d’une entreprise à affronter efficacement la concurrence.

Menaces à la vie privée: À la suite d’une fuite de données, des informations personnelles ou privées peuvent se retrouver entre les mains de personnes mal intentionnées, ce qui peut causer du tort à la clientèle, au personnel et à l’entreprise dans son ensemble.

Menaces à la sécurité: Lorsqu’une cyberattaque entraîne l’endommagement ou la prise de contrôle d’actifs comme des infrastructures publiques, la santé et la sécurité des gens peuvent être mises en danger.

Menaces à la réputation: La confiance du public et de la clientèle à l’égard d’une entreprise peut être gravement compromise par une violation.

Bien que les menaces – et les conséquences – puissent être graves, de nombreuses entreprises ne sont pas prêtes à y faire face. Seulement 55 % des entreprises forment leurs employés contre d’éventuelles cyberattaques, selon une étude de BDC.

Mythes courants sur la cybersécurité

Dans de nombreux cas, le manque de préparation est dû à des mythes et à des idées fausses sur la cybersécurité.

Les cyberattaques ne nous toucheront pas.

Fait: Les cyberattaques sont ciblées et peuvent arriver à n’importe qui.

Les cyberattaques viennent de l’extérieur.

Fait: Elles sont souvent le résultat d’une collaboration entre des personnes malveillantes à l’interne et des pirates à l’externe.

Les cyberattaques sont impossibles à arrêter.

Fait: Une approche méthodique en matière de cybersécurité, mise en œuvre grâce à de petits changements gérables, peut vous protéger.

La technologie nous protégera.

Fait: La technologie est un outil essentiel, mais la vigilance reste de mise.

Notre secteur est sûr.

Fait: Tous les secteurs peuvent être et ont été la cible de cyberattaques.

Le Canada a connu une hausse alarmante de cyberattaques en 2020 et la les rançons demandées ont augmenté de 170 % entre le premier semestre de 2021 et celui de 2020. Les petites entreprises sont souvent ciblées parce qu’elles sont perçues comme jouissant à la fois d’une propriété intellectuelle précieuse et de fonds considérables.

Types de cyberattaques

Les cyberattaques se présentent sous diverses formes.

  • Le logiciel malveillant est un logiciel qui accède sans autorisation à un ordinateur ou à un système et l’endommage.
  • Le rançongiciel verrouille les données et les retient en otage jusqu’à ce qu’un montant d’argent soit payé.
  • Les justificatifs d’identité compromis et les attaques par hameçonnage permettent aux pirates de voler des mots de passe avec l’aide de personnes malveillantes bien placées ou en manipulant des gens peu méfiants.
  • Les brèches de sécurité dans le nuage ciblent les éventuelles failles de sécurité des fournisseurs de services infonuagiques tiers.
  • Les attaques par rebond consistent à passer d’une entreprise à ses partenaires et à sa clientèle, à la recherche de vulnérabilités.

Quel que soit le type, les cyberattaques ont tendance à suivre un schéma commun en quatre étapes.

  • Reconnaissance – La cible est observée.
  • Intrusion – Le criminel pénètre dans un système par l’intermédiaire d’un logiciel malveillant, de justificatifs d’identité compromis, etc.
  • Violation – Les vulnérabilités sont exposées une fois que l’escroc se trouve à l’intérieur.
  • Atteinte – L’attaque est lancée pour causer des dommages, extorquer de l’argent ou extraire des données.

Les résultats d’une attaque peuvent être dévastateurs. Par exemple, en 2020, les pirates informatiques qui ont ciblé Vastaamo, une entreprise finlandaise en démarrage spécialisée dans la santé mentale, ont eu accès aux dossiers de la clientèle et ont envoyé des courriels d’extorsion au PDG et à la clientèle. Les escrocs ont demandé 40 bitcoins et menacé de divulguer 100 dossiers par jour jusqu’à ce que la rançon soit payée. Quelques mois après que la violation a été rendue publique, la société a fait faillite.

4 étapes pour renforcer votre cybersécurité

Une approche en quatre étapes peut renforcer considérablement vos défenses contre les cyberattaques.

1. Repérer les risques

Pour lutter contre les cybermenaces, il faut d’abord poser des questions.

  • Quels sont nos actifs les plus précieux?
  • Intégrons-nous le cyberrisque au risque commercial global?
  • Quelles sont les menaces potentielles auxquelles nous faisons face?
  • Nos contrôles de sécurité actuels sont-ils efficaces?
  • Avons-nous des politiques claires en matière de cybersécurité et ont-elles été communiquées?
  • Est-ce que nos employé.es comprennent les impacts du cyberrisque et nos responsabilités collectives?
  • Qui est actuellement responsable de la cybersécurité?

Voyez le personnel, les processus, les locaux et la technologie comme d’éventuels éléments de risque. Déterminez, parmi vos informations et vos données, lesquelles sont les plus précieuses – et les plus susceptibles d’être ciblées.

2. Créer des contrôles

Mettez en place des mesures telles que la détection des logiciels malveillants, des politiques et des protocoles de sécurité, une formation, le chiffrement des données et la gestion des risques liés aux actifs et à la chaîne d’approvisionnement pour protéger vos actifs et vos systèmes.

Envisagez de mettre en œuvre les mesures suivantes:

  • Programme officiel de gestion de la sécurité de l’information
  • Protection contre les logiciels malveillants
  • Politiques d’information et de sécurité, contrôle d’identité et d’accès
  • Formation du personnel en matière de sécurité de l’information, compétences de l’équipe de sécurité
  • Chiffrement, sécurité physique et sécurité environnementale
  • Gestion des correctifs, sécurité des réseaux et sécurité des communications
  • Gestion des actifs
  • Gestion des risques liés à la chaîne d’approvisionnement


3. Instaurer une culture axée sur la sécurité

Formez le personnel à penser en termes de cybersécurité et à adopter des pratiques sûres : une solide culture axée sur la sécurité peut grandement contribuer à protéger une organisation.

Le développement des compétences des membres du personnel à l’interne peut prendre beaucoup de temps et ne se limite pas à leur faire suivre un cours. Si vous avez de toute urgence besoin de ces compétences au sein de votre équipe, la meilleure solution peut être de faire appel à des services de consultation ou à des spécialistes pour une courte période.

4. Surveiller et améliorer

Vous devrez installer un logiciel ou faire appel à un.e fournisseur.euse de services pour surveiller votre réseau et repérer les anomalies et les éventuels incidents de cybersécurité avant qu’ils ne causent des dommages.

Au fil du temps, vous serez en mesure de définir des points de référence et de mesurer l’efficacité de votre solution pour répondre aux menaces et protéger les systèmes grâce aux plus récents logiciels.

Créer un plan de réponse aux incidents de cybersécurité

Si une cyberattaque se produit, un plan de réponse aux incidents de cybersécurité peut réduire les coûts liés à la violation des données. Le plan doit porter sur la manière dont vous allez enquêter sur l’attaque, annoncer la nouvelle à vos partenaires et à votre clientèle et informer des tiers tels que la police, les organismes de réglementation ou les parties prenantes.

La plupart des plans de réponse aux incidents comportent six étapes.

  • Repérer – Trouver la brèche.
  • Contenir – Limiter les dégâts.
  • Éradiquer – Éliminer la cause profonde de la brèche.
  • Rétablir – Restaurer les systèmes.
  • Réévaluer – Déterminer ce qu’il faut améliorer et comment.
  • Échanger les connaissances – Informer les autres entreprises et autorités de l’attaque et de la manière de prévenir des attaques similaires à l’avenir.

Améliorer ses compétences en matière de cybersécurité

En investissant un peu de temps, de formation et d’argent, il est possible de faire beaucoup pour prévenir les cyberattaques et limiter leurs effets néfastes.

Il est possible de se défendre contre les méthodes courantes utilisées par les pirates informatiques pour prendre le contrôle d’un réseau en mettant en place des contrôles de cybersécurité de base. En suivant un ensemble de normes ou en obtenant une certification en matière de cybersécurité, tels que la certification ISO 27001, vous pourrez appliquer les notions de base de la cybersécurité. Vous indiquerez également à votre clientèle et à vos partenaires que vous prenez la sécurité au sérieux et que vous avez investi dans des processus et des systèmes pour protéger les données de la clientèle.

BDC peut vous aider à investir dans la cybersécurité et à choisir des prêts pour acheter la technologie, le matériel ou les logiciels nécessaires. Nous pouvons également vous aider à préparer votre entreprise à la certification et à naviguer dans le processus de certification.

N’hésitez pas à communiquer avec nous si vous souhaitez entamer le processus.

Partager