Comment choisir un prêt commercial: 5 facteurs à considérer

Lecture de 4 minutes

Partager

Au moment de magasiner un prêt commercial, un grand nombre de propriétaires d’entreprise font l’erreur d’examiner uniquement le taux d’intérêt au détriment des autres facteurs.

Bien qu’il soit important de tenir compte du taux d’intérêt au moment de choisir un prêt commercial, ce n’est pas le seul aspect à prendre en considération. Évitez de céder trop de contrôle et de souplesse rien que pour faire diminuer votre taux d’intérêt de quelques points de pourcentage. Autrement, au moindre pépin, votre entreprise et les actifs que vous aurez donnés en garantie pour obtenir ce taux inférieur risquent de se retrouver dans une position précaire.

Comparez les offres disponibles

Les banques offrent différents produits de prêts. Les principales différences résident souvent dans les détails. Demandez des précisions par rapport à ce qui suit.

  • Quels types de prêts sont offerts par chaque banque?
  • Quelles sont les politiques et les procédures d’autorisation des prêts? Qui autorisera votre prêt?
  • Y a-t-il des directrices ou directeurs de comptes qui se spécialisent dans votre type de prêt ou d’entreprise? Ces personnes sont parfois mieux placées pour apprécier et comprendre vos activités.
  • Votre directrice ou directeur de comptes est-elle ou est-il en mesure de négocier avec vous? Par exemple, pourriez-vous obtenir une réduction des frais et des modalités de remboursement plus souples?

Ne croyez pas votre banque sur parole. Mettez à profit votre réseau de contacts d’affaires. Demandez-leur de vous parler de leur expérience avec une banque donnée, de la qualité du service, des problèmes qu’elles et ils ont pu avoir, de ce qui était négociable ou non, et de ce que la banque recherchait dans une demande de prêt.

Avant de vous engager auprès d’une institution prêteuse, vous devriez examiner les cinq facteurs suivants.

1. Durée du prêt

Quelle durée l’institution prêteuse est-elle disposée à offrir?

Un prêt à long terme entraîne des coûts d’emprunt plus élevés, mais cette dépense peut en valoir la peine pour éviter de vous heurter à des problèmes de trésorerie.

2. Montant du prêt

Quel pourcentage du coût de votre projet votre institution prêteuse est-elle disposée à financer?

Cela déterminera l’importance de l’investissement que vous devez faire et s’il convient de diversifier vos relations en matière de financement en faisant affaire avec une deuxième banque.

3. Souplesse

L’institution prêteuse offre-t-elle des options de remboursement flexibles?

En tant que propriétaire d’entreprise, vous savez que même les meilleurs plans peuvent mal tourner à la suite d’imprévus. Il est important d’avoir une franche discussion avec votre banque sur ce qui arriverait si vous étiez incapable d’effectuer les remboursements prévus. Votre banque vous permettrait-elle, par exemple, de reporter temporairement les remboursements du capital? Il est important de vous en informer à l’avance. N’attendez pas d’être en situation de crise.

4. Garanties

Quelles garanties exige-t-on de votre part en cas de défaut de paiement?

Si vous êtes en défaut de paiement, votre banque peut demander au tribunal le droit de vendre les biens affectés en garantie. C’est toujours une solution de dernier recours puisque tout le monde y perd.

Les garanties peuvent comprendre vos comptes clients, vos biens meubles (équipement et autres immobilisations), vos stocks, vos biens immobiliers, vos garanties personnelles et les cautionnements de tierces parties. Le type de garanties que vous offrez dépend de la nature de votre entreprise, des modalités et conditions de la banque et de la marge de manœuvre que vous avez pour négocier.

Vous devez savoir quels biens vous risquez de perdre en cas de défaut de paiement. Ce risque peut s’étendre au-delà des actifs de votre entreprise et inclure vos biens personnels.

5. Information financière et clauses restrictives

Quelles obligations la banque impose-t-elle en matière d’information et de rapports financiers?

La plupart des modalités de prêts comportent des obligations en matière de communication de l’information financière. Il s’agit des états et des rapports financiers que vous devez fournir à la banque chaque année dans un délai donné, selon la convention de prêt. Les petits prêts comportent généralement moins d’obligations en matière d’information financière.

Une clause restrictive est un accord conclu entre une banque et une personne qui emprunte en vertu duquel cette dernière s’engage à respecter diverses conditions afin d’obtenir un prêt. Une emprunteuse ou un emprunteur qui n’honore pas une clause restrictive contrevient aux modalités de son prêt, si bien que la banque pourrait exiger que l’intégralité du prêt lui soit remboursée.

Par exemple, dans le cadre d’une clause restrictive, vous pourriez convenir de ne pas obtenir d’autre prêt ou de maintenir un certain ratio financier à un niveau donné.

Protéger vos liquidités courantes

Il est important de négocier un prêt qui répond à vos besoins et à ceux de votre entreprise. C’est pourquoi vous devriez déterminer avec soin quand et combien emprunter, et en combien de temps vous voulez rembourser votre prêt.

Bon nombre de ces considérations ont trait à la protection des liquidités courantes de votre entreprise – pour faire en sorte que vous puissiez continuer de financer ses activités quotidiennes.

Pour d’autres conseils, téléchargez un exemplaire gratuit de notre guide intitulé Comment obtenir un prêt commercial: un guide pour préparer une demande gagnante.

Partager