Les entrepreneurs canadiens prévoient hausser leurs investissements à 140,5 milliards de dollars en 2018

La croissance économique alimente la confiance des entreprises et les intentions d’investissement
2018-01-16

Montréal, le 16 janvier 2018 – La croissance économique canadienne plus vigoureuse que prévue en 2017 augmentera la confiance des entreprises en 2018, ce qui fera bondir les projets d’investissement des petites et moyennes entreprises, indique une nouvelle étude publiée aujourd’hui par BDC. L’étude révèle que les PME prévoient réaliser des investissements totalisant 140,5 milliards de dollars, en hausse de 3 % par rapport à 2017, principalement dans le but de soutenir leur croissance.

Cette hausse est en grande partie imputable à une vague de plans d’acquisition d’entreprises, une tendance de fond qui s’explique par le vieillissement de la population canadienne et le départ à la retraite des entrepreneurs de la génération du baby-boom. Les entrepreneurs prévoient dépenser 79 % de plus pour l’acquisition d’autres entreprises en 2018, soit 18,9 milliards de dollars, alors qu’ils y avaient consacré 10,6 milliards de dollars en 2017.

«Les résultats de l’étude sont très encourageants, car les investissements des PME sont essentiels à la santé économique du Canada», déclare Pierre Cléroux, vice-­président, Recherche et économiste en chef à BDC. «En effet, 99,7 % des entreprises canadiennes sont des PME. Lorsqu’elles investissent, elles deviennent plus productives et plus concurrentielles et elles peuvent offrir des salaires et des avantages sociaux plus attrayants.»

Par région, la Colombie-Britannique et les territoires (hausse de 17 % des investissements prévus), l’Alberta (hausse de 12 %) et le Québec (hausse de 11 %) affichent les perspectives d’investissement les plus prometteuses, tandis que les entreprises de l’Ontario prévoient réduire leurs investissements de 1 % en 2018 et qu’on anticipe des baisses plus marquées dans les autres régions.

Un important virage: des investissements davantage voués au capital humain et moins axés sur les actifs tangibles

Selon l’étude, le manque de personnel qualifié constitue le principal frein à l’investissement, les pénuries chroniques de main-d’œuvre étant plus marquées dans les zones rurales du Québec et de la Nouvelle-Écosse.

Cependant, les dépenses consacrées à la R.-D. et à la formation des employés augmenteront de 2,4 milliards de dollars au total cette année, confirmant le virage qu’ont entamé les entreprises canadiennes depuis de nombreuses années dans leur façon d’investir. Leurs investissements augmentent en effet chaque année depuis que BDC a commencé à réaliser son sondage sur les intentions d’investissement en 2015. Ces constats sont d’ailleurs confirmés par une recherche de Statistique Canada qui montre que, ces 30 dernières années, la croissance des investissements a été plus rapide du côté des actifs intangibles – tels que la propriété intellectuelle, la R.-D. ou la formation des employés – qu’en ce qui concerne les actifs tangibles.

Le manque de liquidités générées par l’entreprise et le risque associé aux projets d’investissement sont les autres principales raisons invoquées pour ne pas investir.

Voici quelques autres constats de l’étude de BDC:

  • Le soutien à la croissance a été le motif le plus souvent cité pour justifier un investissement en 2018, suivie par l’augmentation de la valeur de l’entreprise et la volonté de rattraper la concurrence.
  • Parmi les secteurs, la technologie (hausse de 8 %) et les services (hausse de 7 %) affichent la plus forte croissance des intentions d’investissement, alors que la fabrication est stable et que l’on prévoit un recul dans le secteur de la construction et des ressources (baisse de 14 %).
  • Près de la moitié des moyennes entreprises (de 100 à 499 employés) entendent investir pour automatiser davantage leurs activités, alors que seulement un quart des entreprises comptant moins de 100 travailleurs prévoient faire de même.
  • Les entreprises qui investissent davantage s’attendent à une croissance plus forte de leur chiffre d’affaires. Parmi les PME qui prévoient une croissance des ventes d’au moins 20 % en 2018, 85 % ont l’intention d’investir.

La troisième étude annuelle sur les intentions d’investissement des PME réalisée par BDC s’appuie sur un sondage effectué en août et septembre derniers par la maison de sondage SOM. Au total, 4 019 entrepreneurs ont participé à l’étude.

À propos de BDC

BDC est la seule banque qui se consacre uniquement aux entrepreneurs. Sa mission consiste à soutenir l’entrepreneuriat canadien, plus particulièrement les petites et moyennes entreprises. Comptant 118 centres d’affaires partout au pays, BDC propose des solutions de financement et des services-conseils aux entreprises de tous les secteurs d’activité. Sa division d’investissement, BDC Capital, offre des services de financement par capitaux propres et par capital de risque, ainsi que des solutions flexibles de capital de croissance et de transfert d’entreprise. BDC est aussi la première institution financière canadienne à avoir obtenu la certification B Corp. Pour de plus amples renseignements, visitez bdc.ca.

- 30 -

Partager

v17.9.0.10395