Après deux ans de pandémie, les propriétaires d’entreprises continuent de faire face à des enjeux de santé mentale

  • Un plus grand nombre d’entrepreneur.es ont indiqué vouloir demander l’aide d’un.e professionnel.le de la santé mentale.
  • Les femmes entrepreneures, les jeunes entrepreneur.es et les entrepreneur.es qui font partie de groupes issus de la diversité connaissent plus de difficultés.
  • De nouveaux mécanismes d’adaptation font leur apparition, notamment la prise de congés et la méditation.

MONTRÉAL, le 27 avril 2022 – À l’occasion de la Semaine de la santé mentale au Canada, qui se déroule du 2 au 8 mai, BDC, la banque des entrepreneur.es du Canada, a publié son quatrième rapport sur l’état de la santé mentale des propriétaires d’entreprises du pays dans le contexte de la pandémie. Lors du plus récent sondage, réalisé du 24 janvier au 4 février 2022, les deux tiers (66 %) des répondant.es ont affirmé maîtriser la situation lorsqu’il s’agit de continuer de s’ajuster au contexte de la COVID-19, ce qui représente une légère baisse par rapport à mars 2021 (70 %). La bonne nouvelle est que la majorité (81 %) des propriétaires d’entreprises ont dit se sentir satisfait.es de leur santé mentale au moins une fois par semaine et que 44 % ont répondu l'être au quotidien.

«Deux ans après le début de la pandémie, la langueur et ses effets sont bien réels, dit Annie Marsolais, cheffe de la direction marketing et ambassadrice de la santé mentale à BDC. Ce phénomène diminue la motivation et perturbe la concentration, et les propriétaires d’entreprises n’y échappent pas. Les propriétaires et leurs entreprises ne font qu’un. Il est donc essentiel que ces personnes prennent soin d’elles-mêmes, psychologiquement et physiquement, afin de pouvoir assurer la prospérité de leur entreprise, subvenir aux besoins de leur famille et soutenir leur personnel.»

Lorsqu’il est question des sources de stress, la génération de revenus suffisants pour réaliser des profits et le paiement des charges font encore partie des principaux enjeux, mais de nouvelles inquiétudes surgissent. La restauration des sources d’approvisionnement (+ 6 %) et le défi de faire revenirla clientèle dans les emplacements physiques (+ 5 %) sont des facteurs ayant considérablement augmenté par rapport à l’an dernier.

Les propriétaires d’entreprises ont également signalé une légère augmentation des enjeux de santé mentale, comme une fatigue et une déprime accrues, et ont mentionné que ces difficultés nuisent à leur capacité à travailler. Ces sentiments sont davantage vécus par les femmes entrepreneures, les entrepreneur.es appartenant à des groupes issus de la diversité (particulièrement la communauté LGBTQ2+) et les jeunes entrepreneur.es (de moins de 35 ans), ce qui renforce la tendance constatée dans les précédents sondages.

Enjeux de santé mentale
(au moins une fois par semaine – tous.tes les répondants.es)
Févr. 2022 Mars 2021 Nov. 2020 Août 2020
Sentiment de fatigue, manque d’énergie 60 % (+3 %) 57 % 60 % 64 %
Sentiment de déprime 43 % (+3 %) 40 % 47 % 39 %
Impression que des problèmes de santé mentale nuisent à la capacité de travailler 34 % (+3 %) 31 % 37 % 31 %

Selon Joaquin Poundja, Ph. D., psychologue à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas, ces résultats concordent avec ceux d’autres études qui indiquent que la pandémie a une plus grande incidence psychologique sur les jeunes adultes et les femmes. «Certes, ces groupes sont plus touchés par les répercussions sur la santé mentale, mais, selon les résultats du sondage, ils sont aussi plus susceptibles de prendre en main leurs enjeux de santé mentale, un atout important qui peut les aider à faire face efficacement aux difficultés causées par la pandémie actuelle.»

Depuis mars dernier, près de deux fois plus d’entrepreneur.es ont indiqué vouloir demander l’aide d’un.e professionnel.le de la santé mentale au moins une fois par semaine. M. Poundja ajoute que ces résultats pourraient être un signe de progrès en ce qui concerne la déstigmatisation de la santé mentale.  L’étude a révélé que les principales stratégies d’adaptation sont restées les mêmes (faire une promenade, faire de l’exercice), mais que l’utilisation de nouvelles tactiques (comme prendre des vacances et faire de la méditation) a augmenté depuis la première étude en août 2020.

Stratégies d’adaptation
(au moins une fois par semaine)
Févr. 2022 Mars 2021 Nov. 2020 Août 2020
Prendre une pause, faire une promenade 48 %(+1 %) 47 % 51 % 47 %
Faire de l’exercice 46 %(-1 %) 47 % 45 % 41 %
S’appuyer sur des relations personnelles et familiales 35 %(+5 %) 30 % 31 % 28 %
Prendre un congé, des vacances 26 %(+8 %) 18 % 21 % 24 %
Faire de la méditation 16 %(+4 %) 12 % 11 % 10 %

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la plus récente étude ou avoir accès à des ressources gratuites sur la santé mentale et le bien-être, visitez le site bdc.ca/bienetre.

À propos de BDC

BDC est la banque des entrepreneur.es du Canada. Elle offre un accès à du financement ainsi que des services-conseils afin d’aider les entreprises canadiennes à croître et à réussir. BDC Capital, sa division d’investissement, propose une vaste gamme de solutions de capital de risque. Depuis plus de 75 ans, BDC a pour objectif de soutenir les propriétaires d’entreprises de tous les secteurs et à toutes les étapes de leur croissance. Pour en savoir davantage et pour consulter gratuitement plus de 1 000 outils, articles et histoires d’entrepreneur.es, visitez bdc.ca.

– 30–

Partager