Du soutien financier et des ressources pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Soutien pour les entreprises touchées par la COVID-19.

Planification stratégique: comment y intégrer le développement durable?

Mesurez votre impact environnemental et faites participer vos partenaires à votre processus de réflexion

Temps de lecture: 2 minutes

Partager

De nos jours, la protection de l’environnement, la lutte aux changements climatiques et la responsabilité sociale sont des préoccupations que les entreprises se doivent d’intégrer à leur planification stratégique.

«D’ici 2025, une entreprise qui n’aura pas une compréhension fine de ses émissions de carbone court un risque stratégique important», affirme Jean-Michel Champagne, responsable du développement durable et chargé de cours à HEC Montréal.

M. Champagne estime d’ailleurs qu’un plan stratégique doit aller plus loin et voir au-delà de la seule perspective du développement durable. «Aujourd’hui, observe-t-il, on voit un nombre croissant d’entreprises dont le propos transcende les profits.»

Il offre les conseils suivants pour aider les entrepreneurs à intégrer le développement durable dans leur planification stratégique.

Pourquoi inclure la responsabilité sociale dans sa stratégie d’affaires?

Une démarche stratégique d’entreprise qui fait une place à la responsabilité sociale peut être motivée par plusieurs raisons:

  • une justification pratique (c’est bon pour les affaires);
  • un contexte légal (il faut se transformer parce que les lois évoluent et imposent de nouvelles directives);
  • une motivation morale (c’est le rôle de l’entreprise de faire des changements, de montrer l’exemple, de conscientiser l’industrie).

De plus en plus d’entreprises intègrent spontanément une posture morale à leur planification stratégique. 

Pour appuyer l’importance d’une démarche de développement durable et de responsabilité sociale dans un plan stratégique, l’enseignant de HEC donne l’exemple de la crise bancaire et financière de 2008.

«De nombreuses recherches, note-t-il, ont démontré que les entreprises qui avaient une meilleure gouvernance sociale, environnementale et éthique se sont mieux adaptées à la crise, se sont remises plus vite sur pied et ont été plus résilientes.»

Les avantages mesurables du développement durable

  • Efficacité énergétique– Réduire sa dépendance aux énergies fossiles est économique et rentable.
  • Mobilisation de l’équipe– Les actions positives des entreprises inspirent leurs employés. On peut commencer par le recyclage ou l’installation d’éclairage D.E.L, mais il y a aussi des actions plus subtiles comme les incitatifs pour utiliser le transport en commun.

Mesurer et comprendre avant tout

Il est primordial de savoir d’où vous partez et quelles sont les initiatives les plus pertinentes pour votre entreprise. Ainsi, la première étape de toute initiative de durabilité devrait être de mesurer et de comprendre votre situation actuelle.

Commencez par répondre avec le plus de rigueur possible aux questions suivantes :

  • Quelles sont vos sources d’énergie?
  • Quelle place occupent les déplacements?
  • Quelle quantité d’émissions de carbone vos activités produisent-elles annuellement?
  • Combien de déchets sont produits annuellement par votre entreprise?

Quand vous aurez dressé un portrait global de vos émissions, vous pourrez vous engager à prendre des mesures pour réduire votre empreinte écologique.

Être sobre en carbone dans l’ensemble des opérations est un avantage concurrentiel que de plus en plus d’entreprises exigent de leurs fournisseurs.

«Connaître et comprendre, bientôt ce ne sera plus une vertu, mais ça devra faire partie des engagements des entreprises», affirme M. Champagne.

Évaluer les émissions directes, indirectes et parallèles de votre entreprise vous permettra, en effet, de déterminer les bonnes mesures à prendre et d’en établir l’ordre de priorité.

Faites participer toutes les parties prenantes à la conception de votre plan stratégique

Votre entreprise a peut-être déjà entamé une transition écologique, à moins que vous ne soyez dans une démarche de réflexion sur le virage vert à prendre. Dans les deux cas, vous devez faire une place au développement durable dans votre plan stratégique.

«La stratégie d’affaires doit, dès le début, intégrer toutes les parties prenantes et pas seulement celles qui sont liées au point de vue économique de l’entreprise, précise M. Champagne. Si on ne vise que le profit, on manque l’aspect responsabilité qui est crucial pour un plan stratégique durable.»

Il recommande donc d’intégrer dès le départ vos actionnaires, vos fournisseurs, vos clients et vos employés clés dans l’élaboration de votre plan stratégique. En fonction du type d’activités que vous menez et de l’endroit où vous opérez, vous devrez parfois inclure certains élus et groupes de citoyens dans votre réflexion afin d’assurer l’acceptabilité sociale de votre stratégie.

Quels outils faut-il utiliser pour rester concurrentiel dans une économie durable?

M. Champagne considère que la nouvelle économie sera faible en émission de carbone. C’est pourquoi, selon lui, il est important d’estimer le juste prix des ressources dans votre plan stratégique.

De plus, un nombre croissant d’actionnaires, d’investisseurs et de prêteurs demandent aux entreprises de démontrer leur rendement par rapport à la réduction des gaz à effet de serre ainsi que de faire la preuve de leur démarche d’amélioration continue.

Champagne cite comme référence Global Reporting Initiative (en anglais seulement). L’organisme international vise à soutenir les entreprises dans la production de bilans de responsabilité sociale et environnementale. Il propose notamment une soixantaine d’indicateurs généraux et environ 80 indicateurs spécifiques qui permettent aux entreprises d’élaborer des directives en matière de développement durable afin d’avoir une incidence positive sur leurs rendements économique, environnemental et social.

«Il existe aussi des normes de référence, ajoute M. Champagne, comme le Sustainability Accounting Standards Board (SASB), un organisme à but non lucratif qui élabore des normes de comptabilités durables.» Ce dernier établit les informations sur les questions environnementales, sociales et de gouvernances importantes pour les investisseurs. Il s’adresse cependant essentiellement aux entreprises publiques ou cotées en bourse.

Pour l’enseignant en responsabilité sociale des entreprises, la certification B Corp est sans doute le Graal des entreprises qui agissent dans l’intérêt public. Toutefois, cette certification est complexe à obtenir. C’est pourquoi il recommande d’intégrer d’abord dans votre plan stratégique des mesures simples: efficacité énergétique, approvisionnement responsable, réduction des déchets, bien-être des employés, contrôle des émissions et de l’eau, etc.

Inspirez-vous des mesures des autres

«Les meilleures références en matière de développement durable, affirme M. Champagne, ce sont les pairs. L’amélioration des uns inspire les autres. Alors qu’en général, les entreprises cachent jalousement les détails de leurs plans stratégiques, en matière de développement durable, elles sont nombreuses à partager leurs succès et à aider leurs compétiteurs.» On pense notamment à Patagonia ou à Beau’s Brewery au Canada.

«Les histoires de succès sont nombreuses, dit M. Champagne. De plus en plus d’entrepreneurs bâtissent des entreprises qui répondent à des enjeux sociaux et environnementaux.» D’après lui, ce sont les meilleures sources pour vous inspirer dans votre plan stratégique.

M. Champagne croit par ailleurs que les entreprises n’auront bientôt pas le choix de déclarer leurs émissions polluantes dans leurs rapports financiers. «Les fonds et les banques vont avoir des exigences extra-financières», soutient-il. Il s’agit d’une raison de plus pour faire une place au développement durable dans votre plan stratégique.

Partager