Comment protéger votre entreprise d’un feu | BDC.ca
logo BDC

Comment protéger votre immeuble commercial contre le feu

Partager

Avant d’acquérir un immeuble, vous devez évaluer les mesures de protection contre le feu ainsi que le coût de leur amélioration.

L’incendie de vos locaux vous coûtera plus que le bâtiment lui même. Si vous ne parvenez pas à réimplanter rapidement vos activités ailleurs, la continuité même de votre entreprise pourrait être en danger.

Des coûts importants

Les incendies engendrent un coût social et économique considérable. En effet, d’après une étude de l’Institut de recherche en construction, le coût des incendies au Canada dépasserait 11 milliards de dollars par année, y compris des pertes de près de 3 milliards de dollars.

La protection d’un bâtiment contre le feu dépend de deux facteurs principaux: la résistance au feu des matériaux utilisés dans sa construction ainsi que la présence et l’agencement des dispositifs de lutte contre les incendies.

Des méthodes de calcul pour évaluer les risques

Les méthodes utilisées pour déterminer la vulnérabilité au feu d’un bâtiment font parfois appel à des modèles qui simulent le développement et la propagation du feu, les mouvements de la fumée, le délai de réaction des occupants pour l’évacuation et l’efficacité des services d’incendie locaux.

Dans la plupart des cas, ces calculs sont effectués par des ingénieurs spécialisés dans la protection contre l’incendie qui travaillent pour des sociétés de consultation en matière industrielle. Ces spécialistes analyseront votre situation et vous aideront à choisir le meilleur système de protection contre le feu pour votre édifice.

Une politique relative à tous les travaux générant de la chaleur, comme les travaux de soudure, devrait être établie pour garantir le respect des normes établies par le Code national de prévention des incendies du Canada (CNPI). Il faut procéder à cette surveillance tant pour les travaux intérieurs qu'extérieurs.

Systèmes de protection disponibles sur le marché

Il existe sur le marché une vaste gamme de systèmes de protection contre l’incendie. Pour choisir le système qui vous convient, vous devrez connaître les activités qui seront accomplies dans les locaux ou dans différentes sections du bâtiment.

Les gicleurs conventionnels pourraient faire l’affaire dans certaines parties de l’édifice alors que d’autres salles devraient être équipées de systèmes au CO2.

Parmi les systèmes les plus courants, citons les systèmes à eau qui font appel à des gicleurs automatiques conventionnels, les systèmes sans eau qui utilisent souvent l’air comprimé et sont conçus pour les lieux où l’eau ne peut pas être utilisée comme agent d’extinction, et les systèmes à mousse pour les zones à risque élevé qui abritent des liquides ou des matières inflammables.

Les systèmes cycliques et intégrés fournissent seulement la quantité d’eau ou de mousse nécessaire au contrôle du sinistre. Ils se déclenchent et s’arrêtent automatiquement grâce à des détecteurs spéciaux. Les systèmes au CO2 sont recommandés pour des lieux où il ne faut pas utiliser d’eau comme agent d’extinction. Ils sont tout indiqués pour les salles informatiques et d’autres installations dotées d’équipements vulnérables. Les systèmes au gaz peuvent également être utilisés pour réduire certains risques, notamment dans les entrepôts ou usines de matières inflammables ou explosives, ainsi que dans les aires de chargement d’hydrocarbures.

Cela dit, ces systèmes ne seront efficaces que s’ils sont jumelés à un système de détection approprié et à une quantité suffisante d’appareils portatifs de lutte contre l’incendie, comme des extincteurs, des hottes de protection ou d'autres dispositifs.

Il faudrait aussi prendre contact avec les pompiers de votre municipalité et organiser avec eux une visite des lieux afin qu’ils se familiarisent avec l’endroit et les installations. Si les risques d’incendie le justifient, cette visite devrait se faire une fois par an.

Plan d’évacuation

Le plan d’évacuation de votre entreprise doit être conçu pour répondre à diverses situations. Dans la majorité des cas, l’évacuation partielle est suffisante pour protéger les personnes en danger.

Le plan d’évacuation doit être automatiquement déclenché dès qu’un incident dangereux survient. Le personnel affecté aux urgences internes dans votre entreprise et, si possible, des organismes extérieurs devraient connaître l’ensemble des mécanismes de déploiement du plan afin de pouvoir les appliquer efficacement. Selon la taille de l’organisation, un plan d’évacuation devrait comprendre les volets suivants: l’établissement des points de rassemblement, des responsabilités hiérarchiques claires pour mettre en œuvre le plan, ainsi que la fixation de critères pour décider du moment d’évacuer les locaux.

Tout le monde dans votre entreprise doit connaître le plan d’évacuation. Vous devriez prévoir tous les ans des exercices d’évacuation de types différents.

Partager

v17.9.0.10395