logo BDC

Et que le meilleur gagne

Jean-René Halde
Président et chef de la direction
Banque de développement du Canada (BDC)

Comme toute grande aventure, le parcours d’un jeune entrepreneur est rempli d’action, de péripéties et de risques. Pour réussir, le héros doit affronter l’inconnu et surmonter les obstacles.

Souvent, les jeunes entrepreneurs ambitieux sont mis le plus rudement à l’épreuve lorsque leur entreprise arrive à la croisée des chemins, c’est-à-dire au moment où un choix judicieux fera passer leur entreprise au niveau supérieur de réussite.

Que ce soit par un investissement important, la conquête d’un nouveau marché ou l’élaboration d’une nouvelle stratégie, un entrepreneur dont l’entreprise se trouve à la croisée des chemins doit utiliser tout son savoir-faire pour prendre la bonne décision et aller de l’avant.

Le parcours est stimulant, mais le résultat est loin d’être assuré. En effet, seulement la moitié des entreprises canadiennes comptant des employés franchissent le cap des cinq ans. Et les difficultés sont encore plus colossales pour les jeunes propriétaires d’entreprises. Bien souvent, ils ne disposent pas de l’expérience en affaires, des ressources financières ou de l’accès à des conseils d’experts sur lesquels les entrepreneurs d’expérience peuvent compter aux moments qui sont déterminants pour le développement de leur entreprise.

Mais quand ils réussissent, les avantages peuvent être énormes – non seulement pour le jeune entrepreneur, mais aussi pour l’ensemble du Canada. Après tout, les petites et moyennes entreprises sont le moteur de notre économie. Elles représentent 99,8 % de toutes les entreprises et dynamisent l’innovation, la productivité et l’emploi.

Notre défi consiste à encourager un plus grand nombre de jeunes à tenter l’aventure et à aider ceux qui le font à réussir. L’automne dernier, BDC a publié l’indice de la nouvelle activité entrepreneuriale, qui a pour objectif de mesurer le taux de création de nouvelles entreprises à l’échelle du pays. Selon cet indice, le nombre d’entreprises créées par la catégorie des 25 à 44 ans a constamment diminué de 2006 à 2011.

Notre pays en fait déjà beaucoup pour soutenir les jeunes entrepreneurs, notamment grâce à l’aide apportée par les gouvernements fédéral et provinciaux, les organisations non gouvernementales et les groupes financés par le secteur privé. Les organisations, telles que la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs, ACE et Jeunes entreprises – pour ne nommer que celles-là – font un travail remarquable pour appuyer et récompenser les jeunes entrepreneurs.

La création de programmes sur l’entrepreneuriat dans les universités est une excellente nouvelle, tout comme la multiplication des programmes de démarrage d’entreprises et des incubateurs d’entreprises.

N’empêche que nous avons tous un rôle à jouer pour faire du Canada une société plus entrepreneuriale en encourageant les jeunes talents à voir l’entrepreneuriat comme un choix de carrière valorisant et gratifiant. Pour ce faire, nous devons changer notre mentalité et accepter le fait qu’un entrepreneur qui se lance dans un projet puisse échouer. Certains de nos plus grands chefs d’entreprises sont des « entrepreneurs en série » qui ont changé de direction plusieurs fois avant de devenir prospères.

Nous pouvons aussi donner de notre temps, mettre à profit nos compétences et partager notre expérience en vue d’aider les jeunes entrepreneurs à bâtir leur entreprise. Plus particulièrement, un mentor peut jouer un rôle crucial dans la vie d’un jeune entrepreneur. C’est pourquoi il faut qu’un plus grand nombre de gens d’affaires aguerris offrent de leur temps pour accompagner la prochaine génération, que ce soit de façon informelle ou dans le cadre d’un des nombreux programmes de mentorat et de stages.

À BDC, nous cherchons à faire notre part pour soutenir les jeunes entrepreneurs partout au Canada, et ce, de plusieurs façons. Par exemple, nous organisons chaque année le concours Prix jeune entrepreneur BDC (PJE). Nous croyons que ce concours est une excellente façon de mettre en valeur les jeunes entrepreneurs parmi les meilleurs au Canada et d’inciter les autres à suivre leur exemple.

Cette année, le concours PJE est axé sur les moments déterminants dans la vie d’un jeune entrepreneur. Nous invitons les propriétaires d’entreprises âgés de 18 à 35 ans à s’inscrire et à se disputer le Grand prix de 100 000 $ et un 2e prix de 25 000 $ en services de consultation. Nous voulons qu’ils nous parlent d’un tournant décisif ou d’un moment déterminant que vit actuellement leur entreprise et de la solution qu’ils proposent. Pour en savoir plus, visitez le site Web du concours à www.bdc.ca/pje.

Nous savons qu’il faut plus que de la passion pour diriger une entreprise prospère. Cela prend aussi de la persévérance et des compétences, sans oublier la capacité à choisir la bonne voie au moment déterminant. Ce n’est pas un parcours facile. Mais, au fil des mois, au fur et à mesure que les moments déterminants sont franchis, les jeunes entrepreneurs ambitieux passent à un niveau supérieur, gagnent en confiance et prennent de l’essor.

Encourageons-les, donnons-leur un coup de main et célébrons leurs réalisations. Ils contribuent à créer un avenir meilleur pour tous les Canadiens.



Partager

v17.9.0.10395