Démarrer entreprise: Conseils pour entrepreneurs autochtones | BDC.ca

Démarrage d'entreprise

Besoin de financement et de conseil?

Par où commencer?

Trouvez avant tout une idée qui a du potentiel. Documentez-vous le plus possible en consultant vos amis, votre famille, la bibliothèque, d'autres propriétaires d'entreprise, Internet, etc. Vous devez être convaincu, et convaincre les autres, que votre plan est logique et commercialement viable, c'est-à-dire qu'il vous permettra de générer des revenus suffisants pour régler vos factures et gagner votre vie.

Vous trouverez gratuitement sur notre site web de l'information, des outils et des articles instructifs pour vous aider à lancer votre entreprise.

Préparation et planification

Préparez un plan qui vous donnera une idée précise du montant que vous pouvez espérer recevoir, du montant que vous prévoyez dépenser, et du moment où vous prévoyez le faire. Incluez au moins les coûts pour la première année – voire pour deux ou trois ans. Vous saurez ainsi combien vous devrez emprunter ou puiser dans vos économies pour démarrer votre entreprise.

Le plan d'affaires de BDC peut se révéler fort utile. La plupart des entrepreneurs confient également l'élaboration de leur plan d'affaires à des spécialistes (comptables ou propriétaires d'entreprise chevronnés, par exemple).

Le processus de prêt

Il est important d'analyser les diverses sources auprès desquelles vous pourriez vous procurer le capital de démarrage nécessaire. Lorsque vous décidez de vous adresser à une banque ou à une institution financière, mieux vaut être bien préparé. Il peut être utile de confier l'élaboration de votre plan d'affaires et d'autres documents à un professionnel (votre comptable ou un conseiller de BDC peuvent vous aider à cet égard). Pour faciliter vos démarches, voici ce qu'il vous faut:

  • Plan d'affaires
  • Bilans, états des résultats et états des flux de trésorerie prévisionnels (scénarios optimiste, pessimiste et réaliste)
  • Montant du financement nécessaire
  • Liste détaillée et coût des immobilisations (matériel, terrain, bâtiments)
  • Montant de la garantie (constituée sur un bien) que vous pouvez fournir
  • Montant que vous (et vos associés, s'il y a lieu) investirez personnellement

En cas de refus

Ne vous découragez pas. Prenez rendez-vous avec le gestionnaire de comptes, non pas pour essayer de le faire changer d'idée, mais pour mieux vous préparer en vue de votre demande de financement. Posez les questions suivantes:

  • Quels aspects du projet d'entreprise se sont avérés inacceptables?
  • Était-ce le secteur d'activité, l'emplacement, les produits, les employés, la structure du capital, la gestion?
  • Quels étaient les points faibles du projet? Comment puis-je l'améliorer?
  • Quels changements devrais-je apporter avant de présenter à nouveau cette demande?
  • Le prêteur finance-t-il ce genre de projet? Dans la négative, peut-il vous recommander une autre institution? Certains prêteurs privilégient des types de projet précis ou d'une certaine envergure ou encore des secteurs particuliers et peuvent refuser d'autres projets qui seraient par ailleurs acceptables.


Partager